L’histoire de l’utopie Mondialiste

L’histoire de l’utopie Mondialiste

Aujourd’hui, bien que le Monde se soit mondialisé dans beaucoup de domaines, l’utopie mondialiste – qui eut son apogée fin des années quarante avec le nord-américain Garry Davis – n’est plus d’actualité. 

Un étrange et insoutenable paradoxe; car l’avenir du monde est plus que jamais une question qui concerne tous les peuples, tous les humains.

C’est pourquoi me paraît-il important de faire connaître l’histoire de cet idéal incarné par le citoyen nord-américain Garry Davis après avoir renoncé à sa nationalité en 1948 et se déclarant « premier citoyen du monde ». Car, si la bombe d’Hiroshima et les tensions nées de la guerre froide semblaient alors placer chacun devant l’alternative d’un monde uni ou le néant, aujourd’hui c’est l’irrationalité du développement capitaliste menaçant la survie de notre espèce qui nous place plus qu’hier devant cette alternative.

Si Socrate, Erasme ou Victor Hugo se voulurent en leur temps citoyens du monde, et des dizaines de milliers d’hommes et de femmes s’affirmèrent liés à la communauté mondiale avec Garry Davis, comment ne pas s’intéresser à un mouvement qui prônait l’utopie mondialiste et fut soutenu notamment par Einstein et relayé par des écrivains tels que Camus, Breton, Queneau, Vercors, etc., et amplifié par des périodiques issus de la Résistance et des journaux tels que Le Monde ou Le Canard enchaîné. Un mouvement qui en plus amena la préfecture du Lot à se proclamer Cahors Mundi, suivie par des centaines de villes et de villages…

C’est cet émoi populaire qui sans doute a incité Michel Auvray à faire le récit de ces événements – aujourd’hui méconnus – et qui firent alors la Une de la presse française. Et de le faire dans un livre, Histoire des Citoyens du Monde – Un idéal en action de 1945 à nos jours, dans lequel il nous décrit comment l‘aspiration à une « mondialisation » – le mot apparaît dans ce contexte – au service des peuples traversa les générations et transcenda les frontières.

Rappelons que Michel Auvray – historien et journaliste, spécialiste des relations armée-société – a publié déjà Objecteurs, insoumis, déserteurs. Histoire des réfractaires en France (Stock, 1983) et L’Âge des casernes. Histoire et mythes du service militaire (L’Aube, 1998), et qu’avec Histoire des Citoyens du Monde – Un idéal en action de 1945 à nos jours (IMAGO, 2020), il retrace pour la première fois l’émergence et l’apogée de cette singulière et passionnante utopie mondialiste. Un élan de fraternité universelle qui devrait être poursuivi aujourd’hui avec plus d’ardeur et conscience de son urgence qu’hier. Car, en effet, aujourd’hui plus que jamais l’alternative pour l’humanité est : un monde uni ou le néant!

Octavio Alberola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.