Le Sénat doit s’opposer à la reconnaissance faciale des masques

Posted on15 mars 2021

https://www.laquadrature.net/wp-content/uploads/sites/8/2021/03/steven-lasry-nbM-5w7e3aA-unsplash-scaled.jpg

Le 10 mars 2021, le ministre des transports M. Djebbari a autorisé par décret les gestionnaires de gares, de métro et de bus à déployer sur leurs caméras de surveillance des logiciels de détection de masque, prétextant un besoin statistique dans la lutte contre le Covid.

Ce décret est illégal : d’abord, seul le Parlement aurait le pouvoir d’autoriser un tel traitement, par exemple dans la loi Sécurité Globale actuellement débattue. Surtout, un débat démocratique aurait fait apparaître que cette surveillance, en plus d’être une atteinte supplémentaire à nos libertés, est inutile et donc injustifiable.

Le gouvernement a préféré contourner le Parlement et la loi en passant par décret, remettant entièrement en cause l’autorité du pouvoir législatif. Le Sénat doit contenir cette offensive anti-démocratique en adoptant l’amendement de la loi Sécurité globale qui propose un moratoire de 2 ans pour tout système d’analyse d’image automatisée.

Nous manifesterons pour cela devant le Sénat mardi 16 mars à 16h, square Poulenc à Paris, le jour où commenceront les débats en séance publique sur cette loi.

Un décret pour une start-up

Le 6 mai 2020, profitant de la panique sanitaire, la start-up française Datakalab avait tenté un coup d’éclat médiatique en offrant à la RATP, l’exploitant des transports parisiens, un logiciel de détection de masque déployé dans la station de métro Châtelet. Si l’opération avait réussi à faire parler de Datakalab, elle avait aussi attiré la CNIL qui fit savoir que ce dispositif était illégal pour défaut d’encadrement juridique. Dans ces conditions, avoir déployé ce logiciel constituait un délit puni de 5 ans de prison. Le logiciel a donc été remballé le 12 juin (le tout sans qu’aucune poursuite pénale ne soit engagée).

Ensuite, la RATP et Datakalab ont manifestement cherché du soutien auprès du gouvernement afin de bricoler ce « cadre juridique » qui leur permettrait de poursuivre leur expérimentation. C’est ainsi que M. Djebbari a adopté le décret du 10 mars 2021, tout en saluant publiquement Datakalab, pour qui ce décret était clairement pris. En retour, Datakalab remerciait le ministre dans une franchise symptomatique des sociétés autoritaires.

Difficile de savoir exactement pourquoi M. Djebbari souhaite autoriser l’activité illégale d’une start-up, mais on peut au moins constater une chose : cela renforce la stratégie globale du gouvernement visant à éroder la large opposition populaire contre la surveillance biométrique en rendant celle-ci de plus en plus présente dans nos vies.

Le contenu du décret

Dans les grandes lignes, le décret se contente de décrire l’expérience menée illégalement par Datakalab en mai 2020, puis de l’autoriser. Désormais, les gestionnaires de gares, de métro et de bus peuvent installer sur leurs caméras de surveillance un logiciel qui comptera deux choses : le nombre de personnes filmées et le nombre parmi celles-ci qui portent un masque. Un pourcentage est donné pour des tranches d’au moins 20 minutes et le décret prétend pour l’instant que le logiciel ne pourra servir qu’à faire des statistiques en ne visant ni à punir ni à identifier les personnes ne portant pas de masque.

En pratique, c’est le visage de l’ensemble des personnes filmées qui sera évalué par un logiciel d’analyse automatisée. De façon assez classique en matière de surveillance, le consentement ne sera pas demandé et les personnes ne pourront pas s’y opposer.

Difficile de savoir si la RATP souhaitera retenter son aventure avec une start-up délinquante. On peut le supposer. Mais Datakalab pourra aussi prospecter d’autres villes, notamment Cannes où elle avait commencé à déployer ses premières démonstrations de force dans la vidéosurveillance automatisée. Dans tous les cas, la start-up gagnera en réputation et améliorera son dispositif en l’entraînant sur nos corps mis gratuitement à sa disposition, et il faut redouter que d’autres start-up ne lui emboitent le pas.

L’illégalité du décret

Deux arguments juridiques suffisent à comprendre que ce décret est illégal.

Premièrement, la loi (l’article L251-2 du code de la sécurité intérieure) liste de façon limitée les objectifs que les caméras de surveillance peuvent poursuivre (lutte contre les vols, les incendies, les agressions, etc). La loi ne liste pas l’objectif statistique poursuivi par le décret, qui est donc contraire au droit. Pour être légal, le décret aurait du être précédé par une modification de la loi pour y ajouter cette finalité statistique.

Ensuite, l’article 4 de la loi de 1978 et l’article 5 du RGPD, ainsi que la Constitution, exigent que toute mesure de surveillance soit « nécessaire » à la finalité qu’elle poursuit. Elle ne peut être autorisée que si l’objectif poursuivi ne peut pas être atteint par une mesure moins dangereuse pour les libertés. Dans notre cas, il n’est absolument pas nécessaire d’analyser constamment le visage de l’ensemble de la population afin de faire des statistiques. Un comptage réalisé par des humains et sur la base d’échantillons est un procédé aussi facile que fiable.

Surtout, à écouter M. Djebbari lui-même, un tel comptage, qu’il soit réalisé par des machines ou des humains, est largement inutile pour lutter contre le Covid puisque selon lui : « les transports en commun ne sont pas un lieu de contamination particulier », notamment car « le port du masque est totalement respecté dans ces lieux ». La nécessité de l’installation de caméras d’analyse de visages, autre critère juridique fondamental, fait donc clairement défaut.

Le Parlement contourné

On comprend que c’est précisément car cette mesure de surveillance est inutile pour lutter contre le Covid que le gouvernement a préféré passer par décret. En effet, il aurait eu bien du mal à convaincre le Parlement d’autoriser une mesure aussi inutile qu’impopulaire. Et pour cause, sous la pression populaire, le Sénat lui-même a déjà commencé à repousser ce type de surveillance.

Dans sa position adoptée le 3 mars, la commission des lois du Sénat a précisé que les drones ne devaient pas servir à faire de la reconnaissance faciale, a limité la façon dont les agents de sécurité des transports peuvent accéder aux caméras de surveillance et a rejeté un amendement visant à généraliser la reconnaissance faciale sur les caméras de surveillance.

Si ces trois positions sont bien en-deçà de ce que le Sénat devrait faire pour corriger la loi Sécurité Globale dans son ensemble (voir nos critiques), elles se révèlent suffisantes pour dissuader le gouvernement d’essayer d’obtenir l’autorisation du Parlement afin de déployer des logiciels de reconnaissance de masques. Il a donc acté de le contourner, afin de décider seul par décret. Le message est clair : le gouvernement n’a besoin ni de loi, ni de Parlement ni de la moindre légitimité démocratique pour repousser chaque fois davantage les frontières de la Technopolice.

Contenir l’offensive autoritaire

Le gouvernement a en effet pris l’habitude de se passer de l’autorisation du Parlement pour déployer sa Technopolice : autorisation de la reconnaissance faciale massive en 2012 dans le fichier TAJ, centralisation des visages de toute la population dans le fichier TES, déploiement de caméras par hélicoptères et par drones, fichage politique des militants dans les fichiers PASP et GIPASP… 

Certes, aujourd’hui, suite à notre victoire au Conseil d’État, le gouvernement se retrouve obligé de demander au Parlement d’autoriser les caméras mouvantes dans la loi Sécurité Globale. Mais pour le reste, il a continué d’usurper le pouvoir législatif en autorisant des mesures de surveillance qui auraient du faire l’objet d’un débat démocratique puis être soumises au vote du Parlement, qui aurait probablement conclu au rejet de ces mesures injustifiables. Tant que personne ne l’arrêtera, le gouvernement continuera encore et encore à s’accaparer le pouvoir législatif tant les ambitions sécuritaires qu’il s’est fixé pour les Jeux Olympiques de 2024 sont immenses.

Le devoir du Parlement est d’obliger fermement le gouvernement à revenir devant lui chaque fois qu’il souhaitera étendre ses appareils de surveillance. Au Sénat, la gauche a proposé un amendement qui irait précisément dans ce sens en suspendant par principe et pendant 2 ans toute nouvelle extension des systèmes de vidéosurveillance. 


Sauf à renoncer à son rôle démocratique, le Sénat doit impérativement adopter cet amendement. S’il n’en fait rien, nous devrons probablement pallier la démission du Parlement en attaquant nous-même ce décret devant le Conseil d’État. Et puisque le Parlement n’a pas encore envisagé de léguer son budget aux nombreuses associations qui reprennent son rôle de contre-pouvoir, n’oubliez pas de nous soutenir si vous le pouvez 

!https://www.laquadrature.net/2021/03/15/le-senat-doit-sopposer-a-la-reconnaissance-faciale-des-masques/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.