Des images communes

paru dans lundimatin#279, le 14 mars 2021 Appel à dons Nous sommes à quelques jours du retour par la navette parlementaire de la proposition de loi sur la Sécurité Globale, en première lecture devant le Sénat. Son fameux article 24 sur l’enregistrement et la diffusion d’images captant les forces de l’ordre a fait couler beaucoup d’encre. Ironie de l’Histoire, les dispositions les plus polémiques de cette loi pourraient être réécrites par l’opposition, un siècle et demi, jour pour jour après qu’Adolphe Thiers et son gouvernement aient envoyé de nuit, la troupe commandée par le général Lecomte s’emparer des canons de la Garde nationale sur la butte Montmartre. L’article propose une réflexion sur la place de la photographie dans l’identification des participant.es à la Commune mais aussi son usage dans la guerre psychologique livrée entre Communard.es et Versaillais.es ainsi que sa résonance aussi bien dans l’écriture des mythes fondateurs de la République que dans notre propre imaginaire commun.

Cette histoire a été racontée plusieurs fois ; elle rappelle comment des communards et communardes qui avaient échappé au massacre mené par les troupes républicaines se sont fait rattraper par la répression parce qu’on les avait reconnu sur des photographies. Sauf que s’ils ont été balancés, ce n’est pas parce que la photographie aurait par essence à voir avec la mort mais bien parce qu’ils étaient, dans les termes, convaincus de participation à l’insurrection et se donnaient les moyens de rompre avec l’ordre existant. Et malgré une utilisation à leurs dépens par les Versaillais, ils le disent encore dans ces images.
La part des photographies dans l’investigation et leur efficacité à ce moment-là ont pu avoir été mis en doute ; il n’en reste pas moins qu’après l’écrasement de la commune, la préfecture dispose pour la première fois d’une masse inédite de portraits d’identification, effectués systématiquement sur presque tous les prisonniers et prisonnières.
Dans la foulée, le service photographique de la préfecture de Paris est officiellement crée au cours des années qui suivent. Que la modernisation de la police soit d’abord une tentative de conjurer ses pires frayeurs plutôt qu’une histoire autonome des technologies apparaît assez dans le refus qu’opposa huit ans plus tôt, en 1863, un ministre de l’Intérieur à une proposition d’identification générale de tous les prisonniers. Communardes et communards pris parce que prisonniers à Versailles, 1871.

Toute désorganisée qu’elle soit encore, cette tentative qui suit l’écrasement de la commune est déjà la mise en place d’un procédé sur une part importante de la population. Choisir ce moment-là plutôt que celui de la mise en place, quelques années après, des procédures de Bertillon et de son service judiciaire photographique pour identifier les récidivistes, c’est donc remettre un événement avant le dispositif qui doit chercher à empêcher son retour. Et une nouvelle fois douter de la bonne histoire, qui accepte sans trop de questions comme coupables tous ceux qui passent devant l’appareil, puis s’étonne qu’un dispositif semblable soit par la suite appliqué au reste de la population.
Depuis cette histoire ou de semblables, d’autres ont retenu la mise en garde, comme quoi les images peuvent mettre à la merci de l’État et de ses polices, servir à faire des rapprochements, agrémentant d’images un dossier que toutes les polices peuvent se refiler.
Ce qui a été retenu aussi, c’est que dans ces images de barricade celui qui n’a probablement pas eu de soucis alors qu’il était bien là, c’est le photographe. A priori après ça il s’est remis au service des mêmes bourgeois qui venaient dans son atelier faire enregistrer leur victoire. Peut-être qu’il s’enthousiasmait pour les événements et que ce n’est qu’après, ou malgré lui, qu’il passe à l’ennemi. Sauf que quelque part le pas est déjà franchi dans l’image. Qu’ils portent ou non un casque de CRS, il y a souvent assez de raisons pour en vouloir à ces preneurs d’images-là. Ça et la propriété des images. Parce que cette photographie de la commune, comme beaucoup, est déposée ; autrement dit, elle se dote de moyens pour ne pouvoir être redonnée autrement que là où elle est légendée une fois pour toutes. Barricade rue de Puebla, actuelle rue des Pyrénées, Paris.

En même temps qu’une partie de ces images peut toujours être à charge, elles disent aussi, pour ceux et celles qui n’étaient pas là comme à ceux qui, depuis lors, y reconnaissent une adresse, qu’il s’est passé quelque chose ; que cette rue qu’il est toujours possible de suivre aujourd’hui porte en elle un passé dont les traces sont à portée de main, qu’elle peut d’un coup s’agencer autrement, passer de la circulation au blocage ; et de là, être un moment de rencontre arraché au travail et à la vile police. Et que ceux et celles qui l’ont prise avaient une présence, un corps, que les portraits de Thiers ou des sabreurs à ses ordres n’ont pas recouverts. Même l’urbanisme haussmanien pensé pour anéantir toute possibilité d’insurrection a tremblé au passage de la commune.
Mais de ces prises de vues sur lesquelles s’imprimaient des morceaux d’une histoire révolutionnaire, cette époque savait en faire commerce dès les lendemains de la semaine sanglante. Si dans les textes l’État inquiet contrôle strictement leur diffusion, la fraude semble avoir été largement tolérée tant que son usage restait marchand. Le guide illustré de Paris-brûlé dans une poche et dans l’autre l’album des communard·es façon images Panini. En offrant une vision sensationnaliste de la chose, comme ce sera désormais le cas à la moindre occasion, cette exhibition-là cherche à mettre une distance entre les insurgés et les autres et prépare le terrain d’une collaboration active de la population aux poursuites policières. Mesures et fiches anthropométriques de 1890 à 1953 en passant par aujourd’hui.

L’histoire républicaine, qui fait moine de résoudre toutes les contradictions, travaille à faire oublier la haine de classe qui légendait les portraits des communard·es. Rien ne vaut alors un porte-voix de l’époque comme Théophile Gautier pour rappeler quels affects accompagnent ces images :
« Les bêtes puantes, les bêtes fauves, les bêtes venimeuses, toutes les perversités réfractaires que la civilisation n’a pu apprivoiser, ceux qui aiment le sang, ceux que l’incendie amuse comme un feu d’artifice, ceux que le vol délecte, ceux pour qui l’attentat à la pudeur représente l’amour, tous les monstres du cœur, tous les difformes de l’âme ; population immonde, inconnue au jour, et qui grouille sinistrement dans les profondeurs des ténèbres souterraines. »
Haine de classe étant peut-être un gros mot peut-être préférez-vous Flaubert ? « Je n’ai aucune haine contre les communeux, pour la raison que je ne hais pas les chiens enragés. »

Images de corps ordinaires.

Tous ces corps qui se découvraient une image et accédaient, par le studio ou la prison, à leur image. Après l’explosion de la cartoucherie Rapp.

Des insurgé·es prisonniers à Versailles des portraits ont été tirés à plusieurs exemplaires, souvent au format carte de visite. Des tirages destinés à la magistrature autant qu’au commerce auraient parfois été distribués aux prisonniers eux-mêmes, qui jusque-là n’avaient pour la plupart jamais eu les moyens d’en disposer. Ces cartes de visite se seraient échangées entre prisonniers pendant que la préfecture les alignait sur ses murs, dans ses albums et épinglait les prisonniers. Cadrés comme s’ils étaient libres, pas trop serrés, buste et tête un peu tournés, assis devant un fond neutre ; comme à l’école.
Depuis les instructions de prise de vue réglementaires ont encore resserré l’espace du cadre, fait perdre le buste et les bras pour apposer sur des documents obligatoires qui réclament encore nos gueules. Là c’était devenu facile de voir que ces photos réclamées et celles qu’on pouvait aimer n’avaient plus rien à voir et que constamment on nous les ferait payer. Photographies au format cartes de visite par Disderi – le même qui est l’auteur des clichés de cadavres de communards.

En entrant dans le cadre par l’atelier du photographe, les bourgeois s’inscrivaient dans une longue histoire du portrait, dont la photographie se faisait une variante. Pour les autres, l’entrée dans le cadre paraît davantage lié à un nouveau mode de rencontre avec le pouvoir ; un moment où pour administrer les corps il les lui fallait visibles et de préférence d’une manière qui conjure le pouvoir dont ils disposent. En premier lieu de façon à toujours parvenir à faire correspondre un corps, une image, un nom : à fonder une identité individuelle. Approcher cette autre histoire de la photographie c’est aussi voir que le portrait bourgeois ne reste pas inchangé ; peu de temps après la commune, la mode est au portrait en médaillon, aux cadres plus rapprochés, où le décor disparaît presque entièrement : tous les clichés n’ont jamais été aussi proches des fiches signalétiques – et il est trop facile de simplement se moquer de cette envie de se faire singulariser. Avec la diffusion de masse de la photographie, des historien·nes et d’autres racontent que chacun·e a gagné l’accès à sa propre image – ou qu’on avait tous·tes enfin droit à notre portrait bourgeois. Répondre uniquement que cela a fait de tout le monde des bagnards en puissance est le genre de vérité qui sera toujours vécue comme insatisfaisante, parce qu’elle vient aussi recouvrir les usages potentiels dans lesquels entrent les images. Ceux où malgré tout se sont ouvertes de fragiles puissances, des adresses, qui demandent à être saisies ; sous peine de ne faire que répéter surveillance, spectacle, contrôle et de les faire préexister à tout.

Communard·es devant la colonne Vendôme avant sa chute prochaine, photographie Bruno Braquehais.

Par un renversement délicieux, il est arrivé à des communard·es de reprendre cette convention à la mode de la photographie commerciale en studio, qui faisait poser l’empereur comme le bourgeois à côté d’une colonne – accessoire parmi d’autres presque toujours en toc pour donner un faux luxe aux portraits. Ils ont donc posé à côté d’une colonne, préférant le portrait de groupe et le plein air, puis ils et elles ont abattu la colonne et la convention.
Encore quelque chose qui n’était pas prévu par les photographes officiels : l’image d’un groupe qui n’est ni celui de la famille ni celui de la caserne ou de leurs dérivés, un groupe avec des limites imprécises et une distribution des rôles incertaines. Et oui, probablement pas que de purs révolutionnaires, des habitantes, des passants, n’importe qui.
Dans leurs recherches forcenées pour identifier tout le monde, les difficultés des historien·nes furent les mêmes que celles des flics. Les incendies de la commune ne se résument pas à un geste désespéré avant l’écrasement, et ils sont un peu plus que le cauchemar qui viendra hanter les différents gouvernements : ils impliquent aussi la destruction des archives de l’état-civil et d’une partie de celles de la police – et un moment où enfin les scrupules des communard·es envers la propriété privée tombent. La rue de Rivoli Incendiée.

Des photographies de la commune, la plupart concernent les lieux et les personnages ; les événements importants ne sont jamais là. Il y a le matériel encombrant, la difficulté technique de faire des instantanés, avec parfois des recours aux photomontages pour compenser – à commencer par les exécutions de communards et communardes, histoire que le public s’en délecte.
Depuis, en arrivant à avoir des images tournées au cœur des événements on a cru l’avoir, l’événement, au moment même. On y a cru, y gagnant surtout en spectaculaire, tout en perdant en réalité en capacité de raconter, d’agir. Ne serait-ce que parce que dans ce fameux moment même on a déjà perdu les mains du ou de la photographe, soucieux du prix de son matériel, souvent plus occupé de ce qu’il peut couvrir de l’événement.
Couvrir, comme on dit tirer dans le tas, ou bien souvent recouvrir, par du déjà connu, du déjà-vu tout ce qui fait événement. Comme elles semblent parfois encore capables de rendre nerveuse la flicaille il serait probablement idiot d’abandonner complètement l’idée léguée par la presse des images qui rendent compte des coups reçus et des coups donnés ; mais alors tout en continuant à pointer l’impuissance qu’elles organisent lorsqu’elles n’offrent que la possibilité de protester, ne posent d’autre horizon que d’identifier des « innocents » ou qu’elles reconduisent cette séparation factice entre ceux qui agiraient et ceux qui regardent. Ou encore que, même entre les mains de photographes indignés, elles retrouvent malgré tout leur fonction première : réaffirmer que l’État est maître de ses territoires et qu’il ne s’embarrassera pas des moyens pour mater tout ce qui survient.
Trop souvent ces faiseurs d’images sont restés isolés pour se positionner sur le côté ou à un point de vue dominant la situation, plutôt qu’au milieu de ceux qui y appartenaient. Une pensée pour des camarades plus inspirés qui filment pour créer des récits, se souvenir des gueules des bleus et virer les civils des manifs.
La vertu accusatrice des images qui devaient permettre de dire au monde la violence des gouvernants s’avère chaque jour de moins en moins convaincante. Ne faisant que nous entraîner dans une consommation toujours plus rapide d’images de corps meurtris, pour prétendre dénoncer cet état de fait ou pour s’en réjouir. Le temps ne rend pas les images des communards à moitié nus dans leur cercueil moins obscènes. Hier comme aujourd’hui ce besoin d’images exposant les corps violentés afin de leur accorder crédit, de se sentir affectés par eux, doit plus que jamais être interrogé.

La magistrature qui seule a le pouvoir d’apprécier la valeur légale des images – comme indice de preuve et non comme preuve – ne s’y trompe pas ; trop de fois les seules prises en compte sont celles favorables à la police. Va savoir si les bleus sont de meilleurs cinéastes amateurs, peut-être que l’usage répété du flash-ball apprend à cadrer sans trop trembler. Quant aux pannes récurrentes de leurs caméras dès que l’un d’entre eux tire, on doit pouvoir régler ça sans attendre qu’ils obtiennent plus de moyens.
En pleine exégèse filmographique les procureurs ne se lassent pas d’évoquer tout ce qui se serait passé hors-champ ou dans les ellipses, pour justifier la violence filmée. Confier la défense aux images, en espérant qu’elles suffiront à disculper les accusé·es demeure ainsi généralement un pari boiteux, un expédient faute de mobilisation collective.

Par rapport à des images qui seraient dans ce fameux moment même, celles prises avant ou après ne semblent pas forcément condamnées à rater ce qui peut se passer. Ce serait plutôt les premières qui tendent à réduire des corps à un signe, à une action lisible au premier coup d’œil qui vient les identifier – et qui les poursuivra. Sans mystère, ces images, n’appartiennent à aucun corps, sinon aux photographes en mal d’action qui apposent leur DR partout, au mieux plus soucieux de montrer qu’il y a des arrestations que du sort des arrêté·es. Objectivement une image de balance et de vendu.
Ce que les clichés les plus spectaculaires viennent aussi masquer, c’est un monde d’autres récits et gestes praticables, à commencer par ceux qui prennent moins la pose. Les lanceurs individualisés et solitaires – presque toujours masculins, les filles les photographes en font des Mariannes – resservis jusqu’à nausée, manquent terriblement d’imagination par rapport à toutes les pratiques plus opportunes, parce que dissimulées ou collectives, par exemple quand des camarades font écran ou que tout le monde s’y met.

À l’occasion de l’été 2011 outre manche, la presse a finalement découvert quelques sourires d’émeutier·ères. Que ce soit immédiatement pour y trouver une preuve permettant de leur dénier tout caractère politique dit assez, parmi bien d’autres choses, combien son imaginaire ne fonctionne que par séparation. Des appropriations diverses de ces images restent bien entendues possibles comme autant d’heureux détournements, pour chercher à réunir ce qui a été cloisonné ; tandis que demeure, pour ne pas se cogner au cadre, même agrandi, la nécessité d’aller chercher d’autres gestes, qui viennent rompre les séparations.
De tous ces moments où quelque chose a pu advenir, voire où on a donné un coup de main, rares sont les images qui aient réussi à en traduire quelque chose. Ils sont souvent loin de s’être passés sans, mais principalement de celles qui sont redondances, emblèmes, illustration. Encore bloqués d’un côté entre la clique RG-DCRI-presse et affinités, ou le riotporn, le dernier refuge a pu sembler être dans un usage amateur de la photographie, pour au moins conserver des présences et des moments – en se disant qu’on en gardera quelque chose, comme des petits restes affadis. Puis en cherchant dans les photos mises en ligne si on avait un ou une ami·e là, ou à chercher qui jette les premières pierres, on se dit que les flics devant leurs écrans devaient aussi les chercher, en disposant d’un nombre toujours plus étendu d’images. Numéro Zéro, Saed Antoni / cours sur le Bertillonage.

Côté youtube-facebook et assimilés, les histoires et les procès entendus ici et là, de Lyon, Nanterre ou Bristol, ont été à la mesure de ce qu’on pouvait imaginer : les vidéos postées par les copains et les apprentis journalistes étaient citées pour combler les manques des caméras de surveillance ou celles des hélicoptères de police ; petit rêve de flic, de vigile ou de balance citoyenne. Toujours le risque du recoupement, des flics qui se mettent à chercher un bonnet, des chaussures en plus du reste. Alors toutes les images deviennent risquées quand les bleus cherchent des noms, des complicités, parce que nos ami·es s’y trouvent.
D’ailleurs, toutes ces technologies, est-ce que ça marche ? Pas vraiment, ou du moins pas seulement là où elles le prétendent. Tout en pouvant se réjouir de l’inefficacité de bon nombre de caméras de surveillance, il n’empêche qu’au-delà de l’efficacité réelle ou supposée de ces dispositifs, ils laissent un sale goût derrière eux, quand insidieusement surviennent des inquiétudes quant à chaque geste et comment il peut se voir identifié, qualifié, mesuré à sa conformité. Les caméras n’attentent à la vie privée que de ceux qui sont assez protégés pour pouvoir s’y replier ordinairement, pour les autres les angles morts se réduisent.
Cette formule « d’atteinte à… » cache mal combien le privé est une fiction inatteignable pour tous ceux celles qui ont à faire à la ribambelle de contrôleurs. Ou que cette fiction, accolée sur celle d’une vie intérieure qui contiendrait tout épanouissement possible, sans déborder, a tout autant cessé d’être désirable.
Au-delà des usages, peut-être est-il d’abord possible d’esquisser ce que serait une pensée de flicaille des images. Penser comme des flics ne leur a jamais été propre, on peut y croire à sa fiche d’identité, à son étiquette. Puis à force de se prendre pour les images faites sur son dos, de devoir en permanence les confirmer ; à ramener toute chose à celui ou celle qui la possède, ce qui devient alors presque inaccessible c’est d’imaginer que quelque chose passe. Et avec d’imaginer tout ce que n’importe qui peut devenir en dehors des appellations policières qui lui sont collées.
Il n’y a sûrement que la CNIL pour encore penser que l’on détient ses papiers d’identité, jusqu’aux données biométriques contenues dessus, dès lors qu’ils sont dans nos poches. Pourtant, dans ces moments où l’on se voit en train de raconter sa vie comme il faudrait le faire au contrôleur, qu’on fait un album de profil comme pour valoriser son parcours, on mord déjà la ligne.
Penser comme des flics aussi par exemple chez ceux qui imposent une anthropologie qui se définirait à partir du visage, feignant d’ignorer l’anthropométrie, qui a été et reste encore la base de la surveillance, dans les images des caméras disposées partout, sur les papelards etc. L’arrivée de la reconnaissance faciale sonne comme son retour glorieux, où les mesures ne sont plus prises sur les corps mais directement sur les images des gueules, le tout numérisé et calculé avec des 1 et des 0. Des visages comme pièces à convictions permanentes, épinglés, points noirs sur mur blanc.

S’ils n’avaient pas raté les occasions, ou s’ils avaient choisi un autre camp, peut-être qu’ils se rendraient compte de tout ce qu’un visage dissimulé n’a jamais empêché de laisser passer et de tout ce qu’il peut permettre, comme rendez-vous, comme partage de temps et d’expérience. Là on parle pas seulement d’aller chercher le pain en cagoule, mais aussi des moments où chacun oublie un peu sa gueule. Et qui souhaiterait le retour à des corps glorieux, même pris parmi ceux qu’il ou elle aime, risquerait toujours de se retrouver face aux visages publicitaires, et à ses canons, toujours dans un sens.
Par rapport à l’identification ADN et ses relatives difficultés de prélèvement, les images se fabriquent ou se récupèrent un peu partout et s’inscrivent dans des champs d’utilisations bien plus divers. Elles restent ainsi la médiation principale pour appréhender n’importe qui et lui faire correspondre une identité arrêtée. Si la menace vient du fait d’être épinglé et identifié, c’est-à-dire devenir quelqu’un, il semble que lorsque les corps sont montrés comme quelconques peut se faufiler une puissance, à même de leur rendre leurs moyens et leur pouvoir.
La production massive d’individus calibrés (jusqu’aux cas les plus disciplinaires comme les images anthropométriques, celles du tourisme, de la publicité ou de la chronophotographie de Marey qui cherche moins à inventer le cinéma qu’à dresser des corps) se voit perpétuellement doublée par des inventions constantes de ce que peut devenir un corps quand il est traversé par ce qui l’entoure – l’appareil distinguant d’ailleurs à peine les différentes parties de l’image. La neutralisation à marche forcée du fond pour faire émerger un sujet a participé à faire de tout fond un décor dans lequel des sujets dociles ne peuvent qu’interagir avec parcimonie et selon des gestes attendus.


Dans le même temps ne cessent de proliférer des corps quelconques qui ne sont pas définis par une tâche à remplir et une unique expression faciale : instantanés ou fragments de corps, pas par abstraction soudaine, mais bien parce que les corps appartiennent à une heure, à des conditions, dont ils sont inextricables. Chaque fois qu’elles arrêtent de dire qui est qui et qui a fait quoi pour chercher à penser ce que peut un corps, ou comment en inventer, on va peut-être déjà quelque part. Ce n’est qu’un usage parmi d’autres à expérimenter ou à retrouver, dans des images neuves ou celles déjà là. Les images n’ont pas à témoigner ; si elles font le compte des présents, du déroulement des choses ce n’est que de manière secondaire ; cette manière qui s’expose à un usage policier, individualisant les faits et gestes pour distribuer les peines.
Probable qu’on manque d’images, pas de nous ou de ce qu’on serait : d’images qui pourraient nous traverser, nous accompagner, conservant des angles morts et des zones d’opacité. Là où la transparence lisse tout ce qui peut survenir, les recoins qu’offrent ces derniers laissent une capacité de jeu, évitant de fixer gestes, identités, désirs.

Les images n’ont de valeur que si elles peuvent rendre les puissances communes qui nous habitent, faire que des gestes redeviennent accessibles à tout le monde, et surtout favoriser les rencontres. Des images qui serviraient seulement à rêver d’un passé révolu n’ont aucune chance d’affoler cette époque, jusqu’à ce que se mettent en place les conditions d’une rencontre, peut-être d’un début d’incendie.
Des liens, des traductions, des forces, ce sont des choses qu’elles peuvent comprendre – soit pas grand-chose à voir avec un droit à la liberté d’informer ou un droit à l’image. En la matière, un des programmes pourrait être de retrouver une joie iconoclaste, tout autant celle de fracasser les images qui menacent et sont nuisibles, que celle de retrouver des images avec lesquelles composer.
Cette photographie de la commune, comme d’autres, peut aussi se perdre sous couvert de conservation, devenir une photo dans l’album de famille, moi et papa chez les fédérés. Toujours le risque de l’approprier, de rendre sa légende inamovible. Comme quand on crie Vive la commune ! en toute occasion, sans faire attention à ceux qui nous entourent, où ce n’est plus vive la commune mais ma tradition mon clan. Alors une image se conserve, où ce qui est perdu c’est l’adresse dont elle pouvait être le support ; nous égal nous et s’épuise sur son petit empire des signes.
Les corps ordinaires n’ont rien à eux, ceux qui leur ont donné des propriétés l’ont fait contre eux, afin de pouvoir sans cesse demander à qui appartient ce geste, les mots que tu parles, quel groupe, à pouvoir dresser des pièces contre eux. Et ça les images peuvent le rappeler dès lors que les correspondances signe à signe qui n’en permettent pas d’autres sont déliées, dans les écarts, les situations ouvertes. Alors les empreintes et les signes parfois désignent, enferment et exposent au contrôle, mais chaque fois qu’ils débordent un il, un elle ou un nous, ou le seul relevé des faits et gestes, peut-être qu’ils contribuent à rendre habitables des mondes partagés, à de possibles communes.
2011

Poursuivre :
COMMUN, COMMUNE : G. Agamben, Nudités, 2009 et d’autres ; S. Andoni, Numéro Zéro, 2002, 27’ ; Collectif, La Commune photographiée, 2000 ; G. Ditmar, Paris sous la Commune – Par un témoin fidèle, la photographie, 2002 ; G. Doy, The camera against the Paris Commune , 1979 ; Anonyme, Du sang, de la chique et du mollard ! Sur l’ADN ; M. Foucault, La vie des hommes Infâmes, 1977 et d’autres ; G. Freund, Photography and Society, 1974 ; K. Marx, La guerre civile en France, 1871 ; G. Noiriel, Surveiller les déplacements ou identifier les personnes ? Contribution à l’Histoire du passeport en France, 1998 ; J. Petitjean, Recherches sur la photographie et la Commune, 1996 ; P. Piazza, La fabrique « bertillonienne » de l’identité, 2000 ; C. Phéline, L’image accusatrice, 1985 ; A . Shehadeh, To my Father, 2008, 52’.

EN FACE : A. Bertillon, La photographie judiciaire, 1890 ; M. Du Camp, Les Convulsions de Paris, 1878 ; Circulaire du 2 mars 2011 relative à la mise en œuvre de la loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public ; T. Gautier, Tableaux de siège ; Paris 1870-1871 ; Les actualités françaises célébrant les cent ans de la naissance de Bertillon ; Note d’observation de la Commission nationale de l’informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l’identité ; La Northwestern University Library qui s’est appropriée les droits d’une large collection d’image Siege & Commune.

https://lundi.am/Des-images-communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.