“Bi Hev Re Serhildan. Ensemble, révoltons-nous.”

Article mis en ligne le lundi 28 septembre 2020

Le régime fasciste de l’AKP continue et intensifie sa répression sanglante, les arrestations et la torture ciblant les kurdes, allant jusqu’à arrêter vendredi 25 septembre au matin 82 cadres du HDP (parti démocratique des peuples) qui est le deuxième parti d’opposition en Turquie, par rapport à leur soutien aux manifestations pour Kobanê en 2014 (qui était à ce moment là aux mains de l’Etat Islamique). Toute personne opposée au régime est réprimée, torturée, réduite au silence.

La Turquie continue sa tentative d’invasion au Kurdistan irakien et au Rojava où elle bombarde les villages faisant de nombreuses victimes notamment à Heftanin et Shengal (Kurdistan du sud).

Le 18 septembre, au Kurdistan iranien, l’avocate Nasrin Soutoudeh âgée de 57 ans, opposante au régime, a été renvoyée en prison après 44 jours de grève de la faim pour avoir pris la défense d’une femme arrêtée pour avoir refusé de porter le voile. Elle risque 38 ans de prison dont 12 ans ferme. Cela révèle un durcissement du régime politique en Iran.

Au-delà de ces quelques exemples, il s’agit de l’ensemble de la population qui est concernée par les attaques du fascisme : arrestations et enfermement, torture de tout-e opposant-e, augmentation des féminicides.

Malgré ces attaques la lutte du peuple kurde et de toutes les personnes opposées aux régimes fascistes continue au Moyen-Orient et la solidarité se multiplie toujours à travers le monde.

C’est dans ce cadre de solidarité internationale que l’appel à la campagne « Bi He v Re Serhildan » était lancé au niveau européen par les groupes « TCŞ » mouvement des jeunes révolutionnaires et « TEKO-JIN » mouvement des jeunes femmes en lutte, pour lutter contre le fascisme.

A Marseille, notre groupe d’Internationalistes Solidaires rejoint la campagne « Bi Hev Re Serhildan : Ensemble révoltons-nous »,dont nous partageons l’appel ci-dessous [1].

C’est pourquoi nous avons manifesté le samedi 26 septembre 2020 une manifestation a traversé le quartier de la Belle de Mai pour protester contre le régime fasciste d’Erdogan et soutenir la résistance toujours très active, comme au Rojava et dans le reste du Kurdistan.

Mercredi 15 septembre 2020, Mehmet Yalçin militant pour les droits du peuple kurde, a été déporté vers la Turquie où il sera emprisonné et où il risque d’être torturé en tant qu’opposant au régime. L’Etat français lui ayant refusé sa demande de droit d’asile, piétinant la convention européenne des droits de l’Homme et la convention de Genève sur les réfugiés. Nous condamnons la complicité de l’Etat français avec le régime d’Erdogan.

La logique fasciste est partout la même, combattons-là partout où elle se manifeste.

Ensemble, révoltons-nous !
Bi Hev Re Serhildan !

Liberté pour tous les peuples en lutte !

[1] Communiqué de la campagne “Bi Hev Re Serhildan” traduite en français :

Aujourd’hui nous célébrons l’anniversaire de la révolution au Rojava, héritage de nos martyrs et de toutes nos amies qui ont combattu héroïquement sur le chemin d’une vie libre. Des milliers de nos amis et de personnes valeureuses ont sacrifié leurs vies afin de défendre les valeurs humaines du peuple kurde contre le génocide. Nous commémorons respectueusement les martyrs de la résistance au Başûrê Kurdistan et À Rojava.

L’État fasciste et génocidaire de Turquie continue de façon barbare à commettre un génocide, une assimilation et des politiques coloniales au Kurdistan. Le gouvernement fasciste AKP-MHP veut approfondir le génocide et prolonger la vie de son pouvoir en colonisant l’ensemble du Kurdistan.
L’État turc veut détruire la culture, l’identité et l’histoire du Kurdistan en attaquant de manière inhumaine les acquis, la société et les valeurs du Kurdistan. Alors que l’utopie d’une vie libre et alternative du peuple kurde se réalise, l’État turc s’enfonce.

Le régime fasciste d’Erdogan ne reconnait aucune loi internationale ni aucun principe moral. Le vio, la torture, le meurtre et le pillage des tombes des martyrs sont considérés comme acceptables par le régime d’Erdogan. Selon les rêves du “nouvel ottominisme”, non seulement la culture kurde mais les Kurdes devraient être éliminés de la Mésopotamie et du reste du monde.

Dans l’UE, alors que l’État turc joue les trois singes face aux attaques de génocide contre notre peuple, des enfants sont violés, des femmes sont systématiquement massacrées et tous ceux qui ont des opinions politiques différentes sont arrêtés. Le silence des membres de l’UE démontre clairement que des valeurs telles que la moralité et l’éthique sont vendues au nom du profit et des intérêts du capital. La torture systématique et l’isolement absolu qui continue dans la prison d’Imrali démontrent une fois de plus le partenariat des États fascistes et des États au pouvoir dans la mise à jour de la conspiration internationale.

La modernité capitaliste voit dans le paradigme de Rêber APO au Rojava une menace majeure pour son système.Car partout dans le monde, l’humanité voit le confédéralisme démocratique comme un espoir de vie alternatif. La résistance est le devoir de chacun dans ce système mondial où la nature est détruite par le système étatique au pouvoir, où la violence est sans commune mesure utilisée pour protéger le pouvoir, produisant des maladies, le fossé entre riches et pauvres etc.

Nous voyons chaque jour comment le fascisme a augmenté et la crise de la modernité capitaliste s’est aggravée. Le pillage, le fascisme et le sexisme sont les principaux piliers de la modernité capitaliste. Le fascisme se développe comme un Léviathan et ne peut être contrôlé. Le fascisme attaque alors que le chien de garde de l’État se rétrécit. Alors que les États membres de l’Union Européenne enfreignent leurs propres principes au nom de leurs intérêts politiques et économiques, ils ne font qu’adresser des avertissements mineurs à Erdogan pour qu’il s’habille en vitrine.
Le système étatique se concentre sur la destruction de la vie alternative avec toute sa puissance.
Ceux qui veulent vivre une vie alternative sont soit tués, soit arrêtés. Tout récemment, aux États-Unis, en Turquie, et en Allemagne, il y a une limite à ce que le fascisme nous montre. Nous sommes dans une crise mondiale et le fascisme a différents visages, mais ce sont tous des masques. George Floyd, le meurtre de Bariş Çakan, l’attaque raciste à Hanau, en Allemagne, ne sont ni les premières ni les dernières attaques.

L’assimilation et la guerre sont les vrais visages du fascisme. Le fascisme d’État-nation se manifeste par des pressions militaristes et des violences policières sur la société.
La résistance et les soulèvements dans les villes du Kurdistan, en Amérique et en Europe nous montrent l’esprit de la jeunesse et une position qui n’a jamais perdu sa vitalité. Les jeunes et surtout les jeunes femmes ne laisseront pas leur pays aux colons, aux fascistes et aux capitalistes.
Il est important pour nous de visibiliser notre force et de résister totalement à l’occupation de nos terres. La jeunesse est la force de la résistance ; nous devons nous lever ensemble et lutter contre le fascisme, le capitalisme et le patriarcat.

Une personne qui n’ose pas rêver ne peut pas avoir le pouvoir de se battre.

Nous voudrions répéter combien il est important de lutter ensemble pour un monde libre. Nous appelons tous les jeunes gens et toutes les jeunes femmes ; commençons des soulèvements dans l’esprit des révolutions de Madrid, du Nicaragua et du Rojava, élargissons la lutte et créons un monde libre tous ensemble. Ne nous contentons pas de rêver, mais réalisons et défendons nos rêves.

À cette occasion, nous annonçons que nous avons lancé la campagne « Bi Hev Re Serhildan », dans lequel nous détruirons à nouveau le fascisme, le colonialisme et le capitalisme. Ce n’est qu’en luttant ensemble que nous pourrons détruire le sexisme, le colonialisme, le fascisme et le capitalisme et créer un monde nouveau.

Nous invitons tout le monde à se joindre à la marche de révolte que nous avons lancé pour une vie libre et pour le monde. Aujourd’hui est le jour de la destruction du fascisme et de la création d’un monde libre avec le mouvement « Bi Hev Re Serhildan ».
Rompons l’isolement, brisons le fascisme et libérons le Kurdistan avec le mouvement « Bi Hev Re Serhildan ».

Vive la révolution du Rojava !
Vive les résistance de Madrid au Nicaragua !
Vive le leader APO !
Vive la résistance de Heftanin !

Bi hevre serhildan !

http://www.millebabords.org/spip.php?article34695

1 commentaire sur “Bi Hev Re Serhildan. Ensemble, révoltons-nous.”

  1. Soutien total à toutes celles et tous ceux qui luttent contre le régime fasciste d’Erdogan. Et dégoût absolu devant la presse collaborationniste (le mal nommé Libération) qui publie fake news et informations mensongères pour essayer de nuire à ceux qui luttent contre Erdogan et contre le fascisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.