NE SAUVONS PAS LE SYSTÈME QUI NOUS BROIE !

« L’instabilité de la vie des individus, ballotés entre un présent peu satisfaisant et un no future érigé en idéal de la soumission, a été, pour « nos » dirigeants, ainsi que celles et ceux qui les servent, une excellente façon d’asseoir leur domination, ôtant aux individus toute perspective d’avenir sûr. » Alors que « la terreur d’État, l’asservissement industriel, l’abêtissement capitaliste et la misère sociale » frappent tout le monde, mais que la perspective de l’implosion du système capitaliste devient enfin plausible, il s’agit d’accompagner son effondrement et de s’organiser en « communes » qui privilégient l’être à l’avoir, parce qu’il n’y plus rien à attendre de l’État.

Désormais, plus besoin de coup d’État pour faire parvenir au pouvoir des oligarchies qui servent leurs intérêts, et la démocratie s’accommode d’actes qui n’ont rien à voir avec l’idée que l’on peut s’en faire. Eduardo Galeano nommait « démocrature », une dictature ayant l’apparence formelle de la démocratie.
Ce bref pamphlet, vif et incisif, ne paraîtra sans doute pas très original, aujourd’hui, à beaucoup de lecteurs. Pourtant, sa concision mérite qu’on s’y attarde. Et certaines recommandations ne sont pas si courantes : « On dirait que nous prenons un malin plaisir à chercher ce qui nous divise et nous singularise plutôt que ce qui pourrait nous réunir dans une action contre un ennemi commun. Tel est le fond du problème : nous imposer en tant qu’individu singulier, même si le prix est de ne pouvoir coopérer dans nos luttes. Or, nous avons un ennemi commun sans nul doute, du moment que nous le désignons ainsi : la dictature qui monte et qui, de jour en jour, nous force de fait à coopérer avec elle pour sauver de médiocres avantages matériels. »

En conclusion, le Sous-comité décentralisé des gardes-barrières en alternance appelle à désobéir et à « déserter les partis et les organisations qui collaborent avec les démocratures en place », à préparer la grève générale, à mettre en oeuvre la démocratie directe, la libre association et le partage des richesses. 


NE SAUVONS PAS LE SYSTÈME QUI NOUS BROIE !
Manifeste pour une désobéissance générale
Sous-comité décentralisé des gardes-barrières en alternance
50 pages – 1 euros
Éditions Le Passager clandestin – Paris – Avril 2009
www.lepassagerclandestin.fr





Voir aussi :

CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE

LES GOULAGS DE LA DÉMOCRATIE

https://bibliothequefahrenheit.blogspot.com/2020/03/ne-sauvons-pas-le-systeme-qui-nous-broie.html#more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.