Appel de 166 astronomes (le 14 janv. 2020) à stopper urgemment le lancement des satellites 5G

Publié le 14 janvier 2020 par Stop Linky Montpellier

L’Appel international des astronomes en italien, traduit par le Collectif-Nantes1-antilinky5G

Appel de 166 astronomes (le 14 janv. 2020) à stopper urgemment le lancement des satellites 5G

Voir les signatures des astronomes en cliquant sur ce lien.

Ceci est un appel international d’astronomes professionnels ouvert à la souscription pour demander une intervention des institutions et des gouvernements.

Depuis des siècles, les observations astronomiques depuis le sol conduisent à des progrès exceptionnels dans notre compréhension scientifique des lois de la nature. Actuellement, les capacités de l’instrumentation astronomique depuis le sol sont menacées par le déploiement de flottes de satellites.

À travers cet appel international et suivant les mêmes préoccupations exprimées par l’Union astronomique internationale, l’AIU [1] ainsi que d’autres institutions, nous lançons une demande formelle pour une protection accrue et une sauvegarde efficaces des observations astronomiques professionnelles depuis le sol, garantissant le droit d’observer un ciel. exempts de sources de pollution artificielles inutiles.

Tous les signataires, astronomes et collaborateurs souhaitent particulièrement manifester humainement et personnellement leur inquiétude et leur contrariété liées à la couverture dans le ciel produite par les satellites artificiels, qui représentent une dégradation dramatique du contenu scientifique pour une énorme ensemble d’observations astronomiques.

La dégradation du ciel n’est pas seulement due à la pollution lumineuse dans le ciel près des villes et des zones les plus peuplées, mais elle est également due aux flottes de satellites artificiels qui traversent et couturent de stries/trainées parallèles brillantes les observations à toutes les latitudes.

Les astronomes sont extrêmement préoccupés par la possibilité́ que la Terre soit recouverte par des dizaines de milliers de satellites, ce qui dépassera largement les quelque 9 000 étoiles visibles à l’œil nu. Ce n’est pas une menace lointaine. Cela se produit déjà. La société privée américaine SpaceX a déjà mis 180 de ces petits satellites, appelés collectivement Starlink, dans le ciel et prévoit de consteller le ciel entier d’environ 42 000 satellites. Ainsi, avec d’autres projets spatiaux de télécommunications dans un avenir proche (c.-à-d. L’anglais OneWeb, le Canadian Telesat, l’Amazon américain, Lynk et Facebook, le Roscosmos russe et le Chinese Aerospace Science and Industry corp), il pourrait y avoir plus de 50 000 petits satellites encerclant la Terre à diverses fins de télécommunication mais fournissant principalement Internet.

Ces nouveaux satellites sont petits, produits en masse et en orbite très près de la Terre dans le but de fournir une connexion Internet rapide avec des signaux à faible latence. Mais cette proximité les rend également plus visibles et plus lumineux dans le ciel nocturne (les satellites lancés par SpaceX, 180 à l’heure actuelle, sont plus brillants que 99% de la population d’objets visibles par l’orbite terrestre).

Le nombre total actuel d’objets catalogués en orbite terrestre est inférieur à 20000 parmi les engins spatiaux, les fusées, les missions fragmentées et autres débris connexes, donc avec seulement la flotte Starlink nominale, le nombre total d’objets en orbite va tripler (voir photos). (*)

Appel de 166 astronomes (le 14 janv. 2020) à stopper urgemment le lancement des satellites 5G
Appel de 166 astronomes (le 14 janv. 2020) à stopper urgemment le lancement des satellites 5G

À moyen et long terme, cela diminuera considérablement notre vision de l’Univers, créera plus de débris spatiaux et privera l’humanité d’une vue sans tache sur le ciel nocturne. Il a été calculé que la plupart de ces satellites seront visibles à l’œil nu (avec une luminosité comprise entre la 3ème et la 7ème magnitude, atteignant la luminosité des étoiles dans la constellation de la Petite Ourse (il n’y a que 172 étoiles dans le ciel entier dépassant la luminosité attendue des satellites Starlink, en particulier dans le lapse de temps entre le coucher et le lever du soleil). Ainsi, avec les satellites 50k, la «normalité» sera un ciel encombré d’objets artificiels (chaque degré carré du ciel aura un satellite rampant à l’intérieur pendant toute la nuit d’observation).

Non seulement les observations avec des télescopes à champ large seront endommagées (par exemple LSST [2] ou VST [3] ou Pan-STARRS [4],…), mais aussi les expositions profondes / longues avec des installations de petit champ seront inévitablement altérées, voir photo et [7].

Étant donné que les observations astronomiques de grande surface et les levés du ciel sont couramment utilisés dans les projets de surveillance et de recherche liés aux objets géocroiseurs et aux astéroïdes pour protéger la planète Terre des événements d’impact potentiels, de telles constellations de satellites pourraient avoir un impact négatif sur la capacité de prévenir et d’avertir l’humanité tout entière. (*)

Cette pollution lumineuse est extrêmement dommageable pour les observations astronomiques à toutes les longueurs d’onde. La récente tentative d’utiliser de la peinture non réfléchissante sur l’un des satellites Starlink n’arrêtera pas la dégradation des observations scientifiques pour deux raisons : 1) les étoiles et autres objets de l’univers seront éclipsés, nuisant ainsi aux études en fonction du temps (variabilité), et, 2) la capacité réfléchissante de la surface dépend de la longueur d’onde d’observation, donc ce qui devient sombre dans une partie du spectre (par exemple visible) reste brillant ou brille dans d’autres parties du spectre (par exemple infrarouge ou radio).

Il convient également de noter que pendant les opérations de service nominales, SpaceX prévoit de supprimer et de remplacer de 2 000 à 8 000 satellites Starlink chaque année, en les désintégrant dans la basse atmosphère, avec tous les problèmes connexes. (*)

Ce qui n’est pas largement reconnu, c’est que le développement des réseaux de télécommunications de dernière génération (depuis l’espace et depuis la Terre) va affecter profondément les observations radio-astronomiques (dans toutes les sous-bandes).

En particulier, les fenêtres spectrales des satellites en orbite terrestre basse identifiées pour communiquer avec les stations terriennes dans les bandes Ku (12-18 GHz), Ka (27- 40 GHz) et V (40-75 GHz) se chevaucheront avec les bandes nominales de radio- astronomie et par conséquent interféreront avec les radiotélescopes au sol et les radio- interféromètres, faisant entrer les détecteurs radio dans un régime non linéaire dans la bande K (18,26,5 GHz) et dans la bande Q (33-50 GHz). Ce fait compromettra irrémédiablement toute la chaîne d’analyse dans ces bandes, ce qui aura des répercussions sur notre compréhension de l’Univers, voire rendra la communauté astrophysique aveugle à ces fenêtres spectrales.

Encore pire, avec le développement technologique actuel, la densité prévue d’émetteurs radiofréquences est impossible à envisager. En plus des millions de nouvelles stations de base de points d’accès sans fil commerciaux sur Terre directement connectées aux environ 50 000 nouveaux satellites dans l’espace, produiront au moins 200 milliards de nouveaux objets de transmission, selon les estimations, dans le cadre de l’Internet des objets (IoT) d’ici 2020-2022, et mille milliards d’objets quelques années plus tard. Un si grand nombre d’émissions radioélectriques pourrait rendre impossible la radioastronomie à partir de stations au sol sans une réelle protection des zones de sécurité des pays où sont installées des installations de radioastronomie. Nous souhaitons éviter que le développement technologique sans contrôle sérieux ne transforme la pratique de la radioastronomie en une science ancienne disparue.

POUR TOUTES CES RAISONS

Nous, astronomes signataires de cet appel déclarons qu’ IL N’Y A PLUS DE TEMPS POUR DISCUTER, IL EST TEMPS D’AGIR !

NOUS DEMANDONS AUX GOUVERNEMENTS, INSTITUTIONS ET AGENCES DANS LE MONDE ENTIER :

– De s’engager à fournir une protection juridique aux installations astronomiques au sol dans toutes les fenêtres électromagnétiques d’observation disponibles.

– De suspendre d’autres lancements de Starlink (et d’autres projets) et appliquer un moratoire précis sur toutes les technologies susceptibles d’avoir un impact négatif sur les observations astronomiques depuis l’espace et depuis le sol, ou sur les investissements scientifiques, technologiques et économiques que chaque État engage dans les projets astrophysiques.

– De mettre en place une évaluation claire des risques et des impacts prédictifs sur les observatoires astronomiques (c’est-à-dire la perte de valeur scientifique et économique), en donnant des lignes directrices strictes aux particuliers, aux sociétés et aux industries qui voudraient planifier les investissements par satellite sans comprendre clairement tous les effets négatifs sur les installations astronomiques de première importance.

– Que la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis et toute autre agence nationale se méfient avant accorder la permission d’expédier en orbite des satellites non géostationnaires à orbite basse ou alternativement de limiter l’autorisation de seuls satellites se trouvant au-dessus de l’espace aérien du “pays d’origine”.

– D’exiger une coordination mondiale, où les agences astronomiques nationales et internationales peuvent imposer un droit de veto à tous les projets qui interfèrent négativement avec les installations astronomiques de première importance (note: ça peut aussi être « installations astronomiques existantes »que l’on trouve dans le texte en italien)

– De limiter et réglementer le nombre de flottes de télécommunications par satellite au “nombre strictement nécessaire” et les mettre en orbite uniquement lorsque des satellites de technologie obsolètes sont désorbités, conformément au Traité sur l’espace extra- atmosphérique (1967) – Art IX [5], et les Lignes directrices des Nations Unies pour la durabilité à long terme des activités spatiales (2018) – ligne directrice 2.2 c) [6], exigeant que l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique soit conduite «de manière à éviter [sa] contamination nuisible, et également les changements défavorables dans l’environnement de la Terre »,[… omissis…] les risques pour les personnes, les biens, la santé publique et l’environnement associés au lancement, à l’exploitation en orbite et à la rentrée d’objets spatiaux».

ENFIN

Toutes ces demandes sont motivées par la profonde préoccupation des scientifiques menacés d’être empêchés d’accéder à la pleine connaissance du Cosmos et inquiets de la perte d’un bien immatériel d’une valeur incommensurable pour l’humanité. Dans ce contexte, tous les cosignataires de cet appel jugent ABSOLUMENT NÉCESSAIRE de mettre en place toutes les mesures possibles pour protéger le ciel nocturne également sur le plan juridique. Il serait souhaitable d’adopter des résolutions contingentes et limitatives à ratifier avec des règles internationales communes, qui doivent être adoptées par toutes les agences spatiales pour assurer la protection des bandes astronomiques observables depuis le sol. Tout ceci pour continuer à admirer et à étudier notre Univers, aussi longtemps que possible.

Références:

[1] https://www.iau.org/https://www.iau.org/news/announcements/detail/ann19035/?lang

[2] https://www.lsst.orghttps://en.wikipedia.org/wiki/Vera_C._Rubin_Observatory

[3] https://www.eso.org/public/ –  https://en.wikipedia.org/wiki/VLT_Survey_Telescope

[4] https://en.wikipedia.org/wiki/Pan-STARRS

[5] https://www.unoosa.org/oosa/en/ourwork/spacelaw/treaties/introouterspacetreaty.html

[6] https://www.unoosa.org/res/oosadoc/data/documents/2018/aac_1052018crp/aac_1052018crp_20_0_html/AC105_2018_CRP20E.pdf

[7] Prédiction simulée de “seulement” satellites Starlink 12k dans le ciel : https://youtu.be/LGBuk2BTvJE

Cet appel / pétition peut être signé par des astrophysiciens et astronomes professionnels, des technologues / ingénieurs, des collaborateurs et des étudiants en doctorat impliqués dans des observations astronomiques professionnelles.

A noter que les phrases complétées par (*) ont été ajoutées le 13/01/2020.

Pour signer / souscrire cet appel / pétition, vous pouvez suivre ce lien.

Astronomers’ Appeal

Download EN_PDF – Download IT_PDF QUESTO APPELLO È STATO FIRMATO DA 166 ASTRONOMI -> VEDI FIRME (contatore aggiornato una volta al giorno) Questo accorato appello proviene dagli astronomi di tutto…

https://astronomersappeal.wordpress.com/?fbclid=IwAR0aYFp4cxE1E84zis7Q

Source: http://stoplinkymtp.over-blog.com/2020/01/appel-de-166-astronomes-le-14-janv.2020-a-stopper-urgemment-le-lancement-des-satellites-5g.html?fbclid=IwAR3gXo8aVL3h8UIxDKyrWeJueVsyhB5DIwLvGzSlGHX-6V_FsS-o9Kz2qFU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.