LE CAPITALISME CONNECTÉ !

 

Après  la révolution industrielle suivie de la révolution financière,  aujourd’hui nous assistons à la 3e révolution du capitalisme, qui se concrétise par le développement exponentiel des objets connectés.  En effet, l’évolution technologique nous prépare un monde sous contrôle des multinationales  et du pouvoir politique, vassal de celles-ci.

Il n’est qu’à voir avec quel acharnement, par exemple, L’industriel ENEDIS, filiale 100% d’EDF, procède au déploiement des compteurs communicants Linky. Sachant qu’ils ne sont d’aucun intérêt pour les usagers et c’est même la cour des comptes qui le dit, en 2021 ENEDIS récupérera 506 millions €, alors que les avantages pour les usagers se font attendre. Il en va de la même utilité pour les autres compteurs connectés de gaz et d’eau.

Ces compteurs communicants, au même titre que tous ces objets connectés,  font partie de la volonté du capital de nous déposséder de notre libre arbitre, de notre mode vie sous prétexte de nous faciliter notre existence. Nous allons perdre notre réflexion et notre capacité à agir par nous-même.

Je suis interloqué par le manque d’intérêt que suscite cette problématique parmi les milieux militants de gauche et notamment  chez les libertaires de toutes tendance.

Le sujet ne manque pas d’aspect s’opposant notamment à la pensée libertaire. Outre que cette technologie est porteuse de perte d’emplois – suppression de la relève à pied —  écologiquement désastreux – 35 millions de compteurs électrique, 35 millions de compteurs de gaz et 11 millions de compteurs d’eau vont finir à la poubelle.

Un brouillard, de plus en plus dense, va nous exposer aux champs  électromagnétiques qui vont se diffuser dans notre milieu ambiant. Les ondes électromagnétiques sont reconnues potentiellement cancérogène par OMS. Une note du ministère de la santé de 2014 signale que le passage de la 3G à la 4G augmente de 50% le taux d’exposition. Aujourd’hui, Bouygues Télécom fait des essais de 5G à Bordeaux et en suivant à Montpellier, cette course ne s’arrêtera jamais.

Le but recherché étant de nous transformer en producteurs de données et d’enrichir les actionnaires déjà repus. Il existe dans les bourses, un secteur dédié aux achats et ventes de données, d’où l’intérêt pour le système de connaître nos profils afin que les marchands du net nous inondent  de propositions commerciales.

Sans oublier le contrôle de masse que pourrai faire un pouvoir, plus autoritaire encore que celui-ci, de nos données personnels.  Ce qui alimentera les divers fichiers déjà existants des services de renseignements.

Il est grand temps que les militants anticapitalistes s’emparent  du sujet et l’intègre dans leur critique du système économique globalisé.

Le monde ultra connecté est un monde autoritaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.