En censurant la chanson de Craonne, le pouvoir rappelle qu’il est criminel

1-265.jpg

Une preuve de plus que les gens qui nous gouvernent sont les descendants directs des bourreaux de la Commune de Paris et des bouchers de Verdun.

EN CENSURANT LA CHANSON DE CRAONNE, LE POUVOIR RAPPELLE QU’IL EST CRIMINEL

N’en doutons pas une seconde, à la lumière de l’Histoire et de décisions arrogantes comme celle-là : nos dirigeants sont prêts à tout pour préserver leurs intérêts, même à nous prendre la vie.

D’autant plus qu’ils la volent déjà : chair à patrons, chair à canons.

Jusqu’au jour où, toujours plus nombreux, nous aurons décidé de les chasser, de les exproprier et de prendre nos vies en mains.

Avec, en tête, la mémoire de nos ainés martyrisés qui ont mille fois rêvé cette émancipation sociale que nous n’osons pas encore, mais que nous sommes pleinement en mesure de réaliser.

Viennent le temps des cerises et la fin du monde autoritaire.

Yannis Youlountas


Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.