Libération kurde et révolution au Moyen Orient

vendredi 23 octobre 2015

Nous reproduisons ici l’appel du TEV-DEM avec au passage quelques explications et mise au point.

A ce jour, les médias institutionnels, les partis, la société civile occidentale décrivent à tort volontairement, par intérêt idéologique, révisionniste ou par ignorance l’expérience du Rojava comme séparatiste ou ayant le désir de créer un état distinct.
Nous connaissons bien l’intérêt idéologique de mentir et de falsifier la réalité de la part de toutes ces composantes clientélistes de la domination nationaliste internationale et néocoloniale. Cette attitude, sur des sujets aussi brûlants, mettant en péril des peuples entiers par rapport au droit onusien des peuples à disposer d’eux-mêmes, sert à mieux détruire et effacer de la mémoire toutes expériences qui sont différentes de celles des États-nations, car ce droit est applicable seulement aux états reconnus comme tel. Or, nous savons bien que cette idéologie « onusienne » figée, dépassée, datant du découpage impérialiste et arbitraire de la domination s’est fait au détriment de mosaïque de peuple opprimés, exploités et d’expériences qui proposent d’autres horizons ou solution que celui de la violence des nationalismes et de la logique cynique onusienne. Violence et logique qui veulent que pour seule règle on dessine une frontière d’un trait de crayon sur une carte sans se soucier de rien afin de nier les futurs problèmes en exterminant au passage des peuples dans une indifférence totale. Pourtant nos chers cols blancs de la communauté internationale aux états d’âme feints auraient tout intérêt à digérer l’organisation de la société démocratique au Rojava pour trouver des solutions, par exemple pour la contradiction intrinsèque citée plus-haut du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Mais le souhaitent-ils vraiment, car leur survie dépend de ces conflits mortels entretenus par l’impérialisme de ses États nationalistes ?


Le Mouvement pour une Société Démocratique (TEV-DEM) c’est quoi (1) ?

Un Projet pour la démocratisation de la société concernant les communautés pour le Moyen-Orient.

Le Tev-Dem, Mouvement pour une Société Démocratique trouve son équivalent dans le mouvement pour la libération et la paix en Turquie dans le DTK(2). Nous nous attardons ici pour expliquer sommairement ce que sont ces Mouvements pour une Société Démocratique. Le Tev-Dem (au Rojava) et le DTK pour la Turquie s’auto-organisent en assemblée populaire de quartier pour appliquer le projet de l’autonomie démocratique. Puis, parce qu’aucun quartier n’est jamais strictement séparé l’un de l’autre, il se trouve une autre assemblée au niveau communal qui englobe les assemblées de quartier, unité de base. Puis encore d’autres au niveau des cantons… Ces assemblées communales et de canton sont composées de délégués représentant ces assemblées de base etc. (lire la charte des Tev-Dem)… C’est l’autonomie démocratique prônée par le projet du confédéralisme démocratique.
Petit retour en arrière, depuis les années 1990 le mouvement « kurde » dans sa dimension inclusive n’a plus considéré la question kurde comme un simple problème d’éthnicité ou de nationalisme mais comme un mouvement visant à libérer et à démocratiser les sociétés dans les pays où ils vivent. Dans les 4 pays principaux issus du découpage colonialiste de l’après-guerre de 1914-1918 où habitent les kurdes la solution coloniale positiviste(*) de l’État nation a supplanté les anciens empires perse et ottoman. Cette solution nationaliste de ces états- nations – comme concrétisation d’un système de représentation idéologique et de domination de la modernité capitaliste de l’époque – n’a apporté que des ennuis pour toutes les minorités dans la région. Par exemple le génocide arménien.

Pour dépasser l’imposition violente du piège de l’État nationaliste plaqué au Moyen orient, un projet est adopté. Il est issu des organisations de la lutte et de l’union des communautés au Kurdistan réuni en congrès.

Le confédéralisme démocratique(3).

Le mouvement des communautés au Kurdistan pour survivre a du tourner tout d’abord le dos à l’état appréhendé comme phénomène religieux, à la bureaucratie clientéliste endogène(4) et à la monopolisation totalitaire d’un terrorisme d’État supplantant ses anciens adversaires de la domination féodale et nationale monarchique. Ainsi, est né le projet du confédéralisme démocratique. Cela dont tout le monde ici oublie pourquoi les communautés au Kurdistan luttent. Les nationalistes et jacobins néocoloniaux ou non, de droite comme de gauche préfèrent voir dans le combat des communautés au Kurdistan du Rojava une soi-disant lutte de libération nationale classique, mais cette analyse partielle, erronée, est issue des anciennes grilles de lecture post-guerre froide et ne tient compte en rien des évolutions idéologiques de la lutte des communautés au Kurdistan. Les autres y voit seulement le combat qu’ils mènent contre l’ état islamique.

Encore un État.

Alors que ce dernier combat leur a été imposé par les erreurs passées et présentes de ce que l’on appelle la communauté internationale.
Si cet appel à une très grande importance c’est qu’il définit une ligne de démarcation claire entre les forces de démocratisation de la société au Moyen-Orient et les pro état-nationalistes exclusifs comme valet de tel ou tel impérialisme avec leur partis politiques en alternance, ou par intérim, leurs ONG inféodées, Daech compris. Dis-moi par qui tu es recruté et de qui tu reçois tes dollars je te dirais qui tu es…

Les forces de démocratisation de la société par le TEV-DEM ou le DTK par exemple défendent l’auto-organisation, l’auto-défense populaire, l’émancipation, l’égalité entre tous les sexes, les genres. Par les outils et les moyens de lutte populaire dans les interactions entre communautés, partis, confessions ou ethnies. Cette organisation démocratique de la société est inclusive car toutes les tendances s’approprient une part du pouvoir par les moyens qu’ils se sont donnés (les assemblées populaires) et sont représentées dans les prises de décision au sein de ces assemblées. De par leurs formes d’organisation, elles sont aussi amenées à auto-défendre leur projet de démocratisation de la société pour survivre, pour ne pas mourir ou rejoindre le flot des réfugiés.

Le cadeau qui nous est offert celui du confédéralisme démocratique pourrait devenir un modèle de résolution pacifique des conflits quant au problème passé du découpage arbitraire des frontières par les états-nations et servir de base de travail pour résoudre ces conflits et l’extrême violence faite aux différents peuples lésés de la planète. En Commençant par résoudre le problème des différentes communautés et confessions qui composent le Moyen-Orient de la Palestine, à la Turquie en passant par la Syrie.

C.D.K.

(*) « Le positivisme est associé à une foi parfois presque religieuse dans le progrès scientifique »

Notes
1- Charte des TEV-DEM : : http://www.kedistan.net/wp-content/uploads/2015/10/charte-tev-dem.pdf
Nous, le peuple de Rojava, « Kurdistan de l’ouest », tout en croyant en l’Homme qui possède de grandes capacités créatives et riches acquises de la richesse culturelle et de la structure sociale dans lesquelles il vit…
2- DTK : « Nous avons déclaré notre modèle social de solution démocratique en opposition à la mentalité unitariste des structures étatiques qui mène systématiquement toutes les questions, et en particulier la question kurde, à une impasse. Nous projetons l’Autonomie pour le peuple kurde et l’Autonomie pour tous les peuples . http://fr.hdpeurope.com/?page_id=947
3- Par exemple dans Confédéralisme démocratique de Abdullah Öçalan ; L’État afin de « créer une culture et une identité nationale unique, ainsi qu’une communauté religieuse unique et unifié… Pour ce faire,… impose aussi une citoyenneté homogène… La notion de citoyen… », assimilation par la peur, peur, elle-même niée. « La citoyenneté moderne n’est rien d’autre qu’un passage de l’esclavage de la sphère privée à l’esclavage de la sphère publique étatique »*. Brochure ici : http://www.freedom-for-ocalan.com/francais/Abdullah-Ocalan-Confederalisme-democratique.pdf
4- « qui prend naissance à l’intérieur d’un corps, d’un organisme, d’une société, qui est dû à une cause interne ».
2-68.jpg


APPEL du « Mouvement de la société démocratique TEV-DEM »

Pour les forces démocratiques, les organisations et les mouvements sociaux :

3-4.pngLa crise en Syrie est à sa cinquième année. La machine de la guerre récolte encore la vie des gens civils, répand la mort et la destruction. Malgré la tenue de dizaines de conférences et de réunions, on a échoué à atteindre des formules de compromis et d’avoir des résultats espérés. Le pays se dirige vers une impasse sans trouver une solution. A un court terme les puissances internationales responsables du dossier syrien n’ont pas pu trouver une issue pour la crise en Syrie. La violence et la contre-violence ont causé des centaines de milliers de victimes et le même nombre de disparus et plus de deux millions de blessés et handicapés et des millions de personnes déplacées et la destruction presque complète de la plupart des villes, des villages et des infrastructures.

Des groupes terroristes sur la ligne de confrontation interviennent et exécutent des agendas et des projets qui s’opposent aux intérêts du peuple syrien. la Syrie s’enfonce de plus en plus dans un revirement dangereux et un tunnel noir difficile d’en sortir. Elle est devenue un terrain ouvert pour les conflits régionaux et internationaux. On peut d’un autre côté retenir des leçons importantes qui nous obligent, nous en tant que citoyens syriens à agir avec une responsabilité historique pour arrêter le déversement du sang syrien et mettre fin à la fragmentation, à la dispersion et à la déchirure qui s’aggravent dans la construction sociale et qui a provoqué le gaspillage des énergies de la communauté et du dynamisme interne.

Nous sommes dans le mouvement de la société démocratique TEV-DEM, nous ne nous sommes pas laissé traîner dans le dédale du conflit sectaire et religieux et nous ne sommes pas une partie du conflit qui aspire au pouvoir et veut remplacer un gouverneur par un autre. Nous avons insisté sur l’option pacifique, nous étions toujours contre la militarisation de la révolution, et nous avons réussi avec le reste des composants politiques et sociaux -kurde, arabe et syriaque à annoncer l’ auto-gouvernance démocratique dans les trois cantons (Cezira, Kobanê et Afrin).

Pour couronner la victoire de la Révolution et de la reconstruction de la Syrie libre et démocratique sur la base de l’union des diversités et le respect mutuel entre toutes les parties et les composants, nous trouvons la nécessité de la confluence de toutes les forces désireuses de construire une Syrie démocratique et une patrie pour tous. Pour parvenir à notre but il faut qu’on mette ensemble une feuille de route pour résoudre la crise du pays sur la base de la démocratie consensuelle, la justice, l’égalité, la discrimination positive entre les sexes, la liberté des femmes qui est la garantie de toutes les libertés, et l’engagement aux principes correspondent aux forces nationales (les représentants des composants, les organisations communautaires, les forces politiques qui croient à la résolution pacifique). Nous appelons à une réunion consultative pour trouver une solution politique.

Nous nous rendons compte qu’il n’y a pas de recette toute prête pour sortir le pays de sa crise qui, si elle continue, elle va menacer la région et le monde entier. Mais nous croyons que les efforts et les bonnes intentions des enfants de ce pays et de ses amis fleuriront pour sauver ce qui reste de la Syrie et protéger les autres contre les effets néfastes de la guerre. Ce dont on a besoin c’est une vision objective des forces démocratiques qui sont responsables moralement et émotionnelle de trouver une solution. Ce qui nécessite un travail et engagement conscient pour la cause du peuple. Pour avancer dans cette démarche nous invitons à élaborer des projets démocratiques où tous les composants de la Syrie puissent trouver une solution et participer à la construction. La Syrie sera une patrie démocratique participative décentralisée pour tous les Syriens. Elle sera gouvernée sur les principes du respect des droits démocratiques de chaque composant comme cela est prévu dans les lois, les normes internationales avec des garanties constitutionnelles.

Ainsi nous appelons tous les syriens de ne pas économiser les efforts pour trouver le chemin du salut. Nous invitons les Arabes, les Kurdes, les Assyriens, les Turkmènes ; les musulmans, les chrétiens et les Yézidis, les druzes, de mettre de côté leurs différences et de se donner la main et s’entraider pour ne pas laisser la Syrie seule à se baigner dans son sang.

Ensemble pour sauver la Syrie et construire un pays pour tous.

TEV-DEM : Le Mouvement de la société démocratique
11 septembre 2015
4-21.jpg
Sur le même sujet, d’autres articles et textes publiés sur ce site sont consultables ici :

http://www.oclibertaire.lautre.net/spip.php?rubrique146

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.