Sept ouvriers de SUD-PSA à Poissy en grève de la faim depuis le 18 septembre

arton5523-24b45.jpgA tout cela s’ajoute la recrudescence des accidents du travail, des maladies professionnelles et des arrêts de travail qui sont les conséquences d’un harcèlement moral et de pressions quotidiennes.

Des droits syndicaux bafoués.

Créée en 2006, la section syndicale SUD Industrie est aujourd’hui représentative au sein de PSA Poissy ce qui n’est pas du goût de la Direction qui n’a de cesse d’entraver les droits syndicaux : un local « poubelle » attribué comme « bureau », panneau d’affichage derrière une porte et à un autre emplacement que celui des autres syndicats, pas de dotation de matériel alors que cela est prévu dans la C.C., changement de postes de travail des militants SUD ou mise au placard, retrait de leur outil de travail, « traçage » des militants syndicaux, envoi des agents de sécurité lors de distribution de tracts sont notamment le lot quotidien des syndicalistes SUD et constaté par écrit par l’Inspection du Travail.

A tel point que la Cours d’Appel de Versailles a condamné la direction de PSA Poissy pour harcèlement moral et discrimination syndicale en mai 2013. Depuis…rien n’a changé ! le DRH est toujours soutenu dans son management et ses méthodes d’un autre temps.
Pressions et tentatives de divisions à l’encontre des grévistes de la faim

La première réponse de la Direction aux problèmes soulevés par les grévistes a été une tentative de les déloger par la force en voulant arracher banderoles et drapeaux avec l’équipe de sécurité, DRH en tête, suivie de nombreuses menaces en présence d’un huissier.

Les ouvriers de PSA Poissy venant exprimer leur solidarité à leur collègues sont filmés par la Direction et convoqués.

Face à la détermination des grévistes de la faim, la Direction parisienne a détaché un DRH pour « discuter » avec les grévistes, en fait essayer de les isoler et de les acheter en proposant d’examiner les seuls cas des grévistes et en affirmant son soutien au DRH de Poissy. La réponse des grévistes a été de claquer la porte et de réaffirmer, s’il en était encore besoin, que leur combat est celui de l’ensemble des ouvriers de Poissy.

La solidarité s’organise autour de leur combat. Des délégations d’organisations politique et syndicales, des individuels se rendent sur place, certains dorment avec eux.

Après avoir appelé à plusieurs rassemblements devant le pôle tertiaire de PSA Poissy et une permanence constante de militants qui passent exprimer leur solidarité avec la lutte des grévistes de la faim, il a été décidé en assemblée générale de constituer un comité de soutien.

Les objectifs de ce comité de soutien seront :

de coordonner les actions de solidarité et de les organiser,
de dénoncer la politique managériale et anti-syndicale chez Peugeot Poissy
d’appeler a l’unité intersyndicale interprofessionnelle pour casser l’omerta entourant les pratiques de PSA.

AL Yvelines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.