Retraite: la grande braderie en faveur du patronat continue !

Communiqué de la CNT66

CONFEDERATION NATIONALE DU TRAVAIL
HLM St Mathieu cour F, 39 rue des rois de Majorque
BP 90256 Perpignan Cedex 66002
09 50 82 59 90

On connait la méthode : les médias de masse commencent le travail, parlent de
déficit, des retraites qu’on ne pourra plus financer, sortent des chiffres contestables
( 20 milliards à l’horizon 2020), font passer dans la tête des gens qu’il n’y a pas
d’autres choix que d’appliquer les consignes de la commission européenne et omettent
de dire que 20 milliards c’est le montant du crédit impôts offert sans contrepartie au
patronat pour l’exercice 2013.Avant on parlait des déficits réels et prévisibles
maintenant ce sont les projections, les déficits potentiels, de la pure science fiction…
Des experts ou assimilés disent que nous sommes obligés de faire des efforts, on
commence à comparer puis à opposer les travailleuses(eurs) du public et du
privé .Puis un rapport est remis qui promet des réformes « nécessaires » et
« obligatoires » pour nous faire accepter de nouveaux sacrifices.
Comme au Portugal, en Grèce, en Irlande ou en Espagne et ailleurs, tout est bon pour
prendre le peu de richesse qui reste au travailleuses(eurs) et aux précaires pour le
transférer au capital.Tout est bon pour nous saigner alors que les riches se portent
bien et peuvent continuer à se gaver sur notre dos.
Ensuite, le « dialogue social » se met en place pour aboutir à un résultat que les
médias de masse présentent comme équilibrée alors qu’il prolonge la politique du
gouvernement précédent en faveur du patronat. Les représentants du MEDEF
prennent alors une posture d’insatisfait pour s’assurer d’autres cadeaux futurs
( allègement des cotisations familiales)comme pour la loi sur la flexibilité du travail
(ANI de janvier 2013) la CFDT, la CFTC, la CGC ont leur stylo dans la main pour
approuver ce nouveau recul.
On espère que les bureaucraties syndicales n’épuiseront pas les salariés entre
moments forts et journée d’actions.Construisons un véritable rapport de force à la
base et sur la durée qui permettrait d’enrayer cette machine capitaliste.C’est à nous
d’imposer le scénario qui peut nous faire gagner, c’est à nous de prendre en main nos
vies, personne ne le fera à notre place car ça continuera d’aller de pire en pire.
Décidons de profiter des prochaines mobilisations pour organiser partout des
assemblées générales pour agir contre la contreréforme des retraites mais aussi pour
remettre en cause les politiques patronales qui se succèdent et reprendre l’offensive
des travailleuses(eurs) et précaires.
Celles et ceux qui luttent peuvent perdre, ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu. La
CNT sera de ce combat partout où elle se trouve.

Manifestation à Perpignan ce mardi 10 septembre 2013 à 11h place
Catalogne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.