PEUPLE INGRAT

Le Brésil, sa Samba, son Carnaval, son football, sa classe politique « progressiste », la patrie de Lula, le syndicaliste parvenu au pouvoir, son taux de croissance,… bref son avenir envié par tous !

Le Brésil, sa Samba, son Carnaval, son football, sa classe politique « progressiste », la patrie de Lula, le syndicaliste parvenu au pouvoir, son taux de croissance,… bref son avenir envié par tous !

Et voilà que ce peuple comblé, respirant la joie de vivre, l’exemple même du bonheur dans ce monde cruel, descend dans la rue comme de vulgaires syndicalistes européens contestant les bienfaits des délocalisations et de la mondialisation. Ce peuple pacifique qui aime tant la fête et le football affronte une police qui n’était là que pour assurer son bonheur. Et pire que tout, il proteste, conteste, dénonce les frais engagés pour satisfaire ses désirs : les infrastructures sportives en vue du Mondial de football de 2014.

Bon OK, c’est vrai que les touristes venant pour cet évènement occupent les meilleurs hôtels, fréquentent les meilleurs restaurants, ont les meilleures places dans les stades… mais en retour, ils apportent des dollars et des euros, et créent des emplois ! Il faut bien s’occuper d’eux, les transporter, les nourrir, nettoyer leurs chambres, désinfecteur leurs WC, vider leurs poubelles, on peut aussi mendier quelques pourboires,… et même profiter de quelques services que la morale réprouve mais la police tolère… Bref un véritable el dorado pour le peuple.

Alors que tout le monde sait que le peuple brésilien ne vit que pour le football – voir les reportages depuis des années – mais aussi pour le Carnaval, ne voit-on pas des gens qui aujourd’hui revendiquent des choses impensables, insensées, comme le logement, l’éducation, la santé ! On pensait que des choses pareilles ne pouvaient exister que dans des pays décadents comme la France, l’Espagne, l’Italie,… mais pas de la part d’un pays en plein « boom économique » cité en exemple par les « experts » du Fond Monétaire International.

Décidément tout se perd. Mais dans quel monde vivons-nous ?

Ces valeurs sûres que sont la croissance économique, le charisme des leaders politiques, l’amour du sport, l’exotisme sont une fois encore en train de s’écrouler comme elles l’ont fait en Egypte, en Tunisie, en Turquie.

Décidément les peuples ne comprennent rien.

Tous ces pays exotiques, paradis touristiques sentant bon le soleil et le farniente sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis. Leurs peuples ignorants ne comprennent pas qu’ils vivent dans des pays qui sentent bon les vacances.

Et pour nous qui avons le sens des réalités se pose alors la vraie question :

Où partir cet été pour être tranquille ?
ob_fcefd0b8f29e2c3843f57ed6e04d5e4c_5013916-image.jpg

25 juin 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.