Données de connexion : une victoire en retard

https://www.laquadrature.net/wp-content/uploads/sites/8/2022/02/IMG_20220222_162746c.png

Posted on25 février 2022

Dans sa décision de ce matin, le Conseil constitutionnel vient de censurer, comme Franciliens.net et La Quadrature le lui demandaient, une partie de l’obligation de conservation généralisée et indifférenciée des données de connexion, c’est-à-dire la surveillance de masse des télécommunications. Cette censure est une bonne nouvelle, mais ne va pas, en pratique, mettre tout de suite fin à cette surveillance illégale.

Depuis sept ans, La Quadrature du Net et d’autres associations se battent contre cette surveillance des réseaux de télécommunications. Celle-ci permet aux services de police, de renseignement et à la Hadopi/Arcom d’accéder, pendant une année, à toutes les traces numériques que nous laissons en utilisant un téléphone ou un ordinateur. Pourtant, l’obligation imposée aux opérateurs et hébergeurs de conserver toutes ces données pour les besoins de la police était jugée illégale et disproportionnée depuis 2014 par la Cour de justice de l’Union européenne.

En sept ans de procédure, nous avons essuyé mépris et échec devant les juridictions françaises. Mépris de l’État de droit, d’abord, mis à mal par le gouvernement. Celui-ci ne veut pas respecter cette jurisprudence européenne confirmée par la victoire obtenue difficilement par La Quadrature, FDN, FFDN et igwan.net devant la Cour de Justice de l’Union européenne en 2020. En invoquant des inepties juridiques, la France demandait au Conseil d’État de ne pas appliquer une décision de justice qui, pourtant, s’impose sans discussion à elle.

Échec, ensuite, parce qu’en 2021, prétextant un état d’urgence permanent qui justifierait les pires mesures de surveillance, le Conseil d’État préféra finalement donner raison aux velléités sécuritaires du gouvernement.

Aujourd’hui, le Conseil constitutionnel vient toutefois de prendre un autre chemin. Il avait à se prononcer sur la question de la constitutionnalité d’une précédente version de la loi encadrant cette obligation de conservation généralisée et indifférenciée. En considérant que celle-ci est disproportionnée, le Conseil constitutionnel s’aligne donc avec la ligne jurisprudentielle européenne que nous défendons depuis le début de cette bataille. Après toute cette résistance de la part du gouvernement et du Conseil d’État, ce sursaut est une bonne nouvelle.

Cette censure arrive toute fois un peu tard. Déjà, le Conseil constitutionnel n’était saisi que de l’ancienne version de l’article L. 34-1 du code des postes et des communications électroniques. Celle-ci constituait la base juridique de l’affaire pénale à l’occasion de laquelle la question avait été posée. Mais, entre-temps, cet article a été réécrit à l’été 2021 par l’adoption de la loi renseignement. Si la conservation des données est toujours prévue par les nouvelles dispositions, la manière dont elle est encadrée est plus complexe et suit l’interprétation opportuniste du Conseil d’État. Nous ne pouvons donc pas affirmer que la décision d’aujourd’hui amène forcément à une inconstitutionnalité de la nouvelle version de cet article.

Ensuite, le Conseil constitutionnel a décidé de se limiter au champ pénal seulement, ce qui veut dire que ni la surveillance à des fins de lutte contre le piratage, ni celle à des fins de renseignement ne sont concernées par la décision d’aujourd’hui. Or, comme on le voit depuis 2015, et plus récemment avec la question du partage de renseignements, le Conseil constitutionnel n’a jamais voulu entraver le travail de ces services de renseignement, quitte à nier les droits fondamentaux.

Nous accueillons donc positivement la décision du Conseil constitutionnel qui permet de poser une nouvelle pierre à l’édifice de protection de la vie privée mais nous devons garder à l’esprit ses limites pratiques. L’effet et le coût politique sont à relativiser : il est facile pour le Conseil constitutionnel de censurer des dispositions qui ne sont plus en vigueur. De fait, cette victoire juridique arrive trop tard puisque les pratiques de surveillance ont été validées par les initiatives du Conseil d’État, du gouvernement et de sa majorité au Parlement. Nous allons suivre de près les suites qui pourraient être données à cette décision, ce travail n’étant possible que grâce à votre aide.

https://www.laquadrature.net/2022/02/25/donnees-de-connexion-une-victoire-en-retard/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.