La Technopolice progresse, la Cnil mouline

https://www.laquadrature.net/wp-content/uploads/sites/8/2020/06/glace.png

Posted on3 juin 2020

Depuis la crise sanitaire, la vidéosurveillance automatisée s’ancre un peu plus dans l’espace public : détection automatique du port de masque, de la température corporelle, des distances physiques… Ces dispositifs participent à la normalisation de la surveillance algorithmique et portent de nouvelles atteintes à nos libertés. Ils sont installés sans qu’aucune preuve de leur utilité n’ait été apportée, et souvent dans la plus complète opacité. La Cnil, en ne réagissant pas publiquement à ces dérives, participe à leur banalisation et à celle de toute la Technopolice.

Cela fait plus d’un an que nous combattons à travers la campagne Technopolice le déploiement de la vidéosurveillance automatisée. Elle s’est en quelques mois répandue dans de multiples villes en France (voir celles – très nombreuses – répertoriées sur le forum et le carré Technopolice). La crise sanitaire a, comme dans d’autres domaines, amplifié le phénomène. Ainsi, pendant que d’un côté la police a déployé illégalement ses drones pour démultiplier son pouvoir de surveillance sur le territoire, plusieurs collectivités ont passé des contrats avec des entreprises pour implémenter de nouvelles technologies de surveillance.

À Cannes et dans le métro parisien, la société Datakalab a fait installer son logiciel de détection de port de masque. Plusieurs mairies et écoles ont de leur côté déjà mis en place dans leurs locaux des caméras pour mesurer la température des personnes, avec pour objectif de les renvoyer chez elles en cas de température trop élevée – une expérimentation du même type est d’ailleurs en cours à Roissy. Quant à la mesure des distances physiques, elle est déjà en cours dans les transports à Cannes, et pas de doute qu’avec les propositions de plusieurs start-up, d’autres villes réfléchissent déjà à ces dispositifs.

Normalisation et opacité de la surveillance

La multiplication de ces dispositifs en crise sanitaire participe évidemment à la normalisation de la surveillance algorithmique. Derrière leurs apparences parfois inoffensives, ces technologies en banalisent d’autres, notamment la détection de « comportements suspects » ou le suivi automatique de personne selon un signe distinctif (démarches, vêtements…). Alors même que leur déploiement est programmé depuis plusieurs années, comment croire un seul instant que ces dispositifs seront retirés une fois la crise finie ? Au contraire, s’ils ne sont pas vigoureusement contestés et battus en brèche dès aujourd’hui, ils viendront simplement s’ajouter à l’arsenal toujours plus important de moyens de contrôle de la population. Le maire qui fait installer des caméras thermiques dans son école ne les considère-t-il pas lui-même comme « un investissement à long terme [pouvant] resservir au moment des épidémies de grippe et de gastro-entérite » ?

D’ailleurs, à Paris, l’expérimentation de détection de masque par la RATP dans la station de métro de Châtelet s’inscrit « dans le cadre du programme intelligence artificielle du groupe et du LAB’IA ». Nous dénoncions en février ce programme qui consiste pour la RATP à permettre aux industriels sécuritaires d’utiliser les usagères et usagers du métro comme des cobayes pour leurs algorithmes de détection automatique. Quelles entreprises y participent ? Quels algorithmes y sont testés ? Impossible de le savoir précisément. Car c’est l’autre caractéristique de ces expérimentations : leur opacité. Impossible de savoir quelles données traite le dispositif de Datakalab et de quelle manière, ou ce que captent, enregistrent et déduisent exactement les caméras thermiques d’Aéroports de Paris, ou les algorithmes de détection des distances à Cannes. À part une maigre communication dans la presse, les conventions conclues n’ont pas été publiées. Le seul moyen pour y avoir accès est d’adresser aux différents organismes concernés des demandes CADA (voir notre guide) et se plier à leur bon vouloir sur ce qu’ils souhaitent ou non communiquer.

Des dispositifs probablement illégaux

Au-delà de la normalisation et de l’opacité, plusieurs questions juridiques se posent.

On peut déjà critiquer la nécessité et la proportionnalité de tels outils : l’article 5 du RGPD impose que les données personnelles traitées doivent toujours être « adéquates, pertinentes et limitées à ce qui est nécessaire au regard des finalités pour lesquelles elles sont traitées ». Autrement dit, et comme le dit la Cnil elle-même : « les données ne devraient être traitées que si la finalité du traitement ne peut être raisonnablement atteinte par d’autres moyens moins intrusifs ». Un tel questionnement semble totalement absent de la vidéosurveillance automatisée. N’y a-t-il vraiment aucun autre moyen de voir si des personnes portent un masque ou respectent des distances physiques que de les soumettre à une caméra et son algorithme ? N’importe quel humain semble pourtant capable de réaliser ces tâches. L’Humanité s’est très bien passée d’algorithme jusqu’à aujourd’hui.

Et quelle base légale pour ces dispositifs ? Par exemple, pour les caméras thermiques qui traitent des données dites « sensibles » (comme les données de santé) et dont le traitement est par principe interdit ? Il n’est autorisé que dans certaines conditions (article 9 du RGPD). Parmi ces exceptions, on trouve bien des motifs de « médecine du travail » ou de « santé publique » mais à chaque fois, de tels traitements doivent être basés sur le « droit de l’Union ou [le] droit de l’État membre ». Ce droit n’existe pas : il n’existe aucun cadre juridique spécifique à la vidéosurveillance automatisée. La Cnil dit d’ailleurs de nouveau elle-même : « En l’état du droit (notamment de l’article 9 du RGPD), et sauf à ce qu’un texte en prévoit expressément la possibilité, sont ainsi interdits aux employeurs (…) les opérations automatisées de captation de température ou au moyen d’outils tels que des caméras thermiques ».

De tels questionnements rejoignent ceux que nous posons constamment sur la vidéosurveillance automatisée et que nous avons soulevés lors d’un contentieux (aujourd’hui perdu) à Marseille. Comment ne pas s’étonner alors que la Cnil laisse se répandre cette Technopolice ?

Le silence coupable de la Cnil

Cela fait maintenant presque deux ans que nous avons rencontré des membres de la Cnil pour échanger sur ces sujets et depuis… rien. Ou presque : un avis sur les portiques de reconnaissance faciale et un avertissement sur un projet de capteurs sonores à Saint-Étienne (sur lesquels elle a volontairement communiqué). Et encore, seulement après que nous les ayons publiquement dénoncés et attaqués.

Depuis le début de la crise sanitaire, il semble bien qu’il y ait eu des échanges entre la Cnil et les entreprises ou autorités responsables sur les nouvelles expérimentations. C’est notamment le cas de celle à Cannes et dans le métro parisien, mais aussi pour l’expérimentation dans les aéroports. Or, là encore, aucune publicité n’a été faite sur ces échanges. Ils sont souvent pourtant d’un grand intérêt pour comprendre les velléités sécuritaires des autorités, des entreprises et pour mesurer les faiblesses des contrôles de la Cnil. C’était d’ailleurs le cas pour les portiques de reconnaissance faciale dans les lycées de la Région Sud où la Cnil avait rendu un avis non-public, que nous avons dû nous-même lui demander. La mollesse de la CNIL nous avait forcées d’agir de notre côté devant le tribunal administratif (où nous avons obtenu gain de cause quelques mois plus tard).

En dehors de ces quelques cas, l’action de la CNIL contre la Technopolice semble largement insuffisante. Son action se limite à émietter quelques principes théoriques dans ses communications (comme vu plus haut) mais n’en tire aucune conséquence concrète. Ou alors elle fait secrètement des contrôles dont nous ne sommes informés qu’après avoir attaqué nous-même le dispositif devant la justice. Ou alors elle ne veut rien faire. Rien sur les analyses d’émotions et la détection d’évènements violents en expérimentation à Nice, rien sur les logiciels de la société Briefcam installés dans plusieurs dizaines de villes en France, rien sur les capteurs sonores de Strasbourg, rien sur les logiciels de Huawei à Valenciennes.

Il est même extrêmement étonnant de voir être proposés et installés des outils de détection de température alors que la Cnil les a expressément interdits… On en vient presque à oublier qu’elle a le pouvoir d’ester en justice et de sanctionner (lourdement) le non-respect des textes [1]. Comme pour les drones, ce rôle semble quelquefois reposer sur les capacités contentieuses des associations.

Ce silence coupable participe à la prolifération des dispositifs sur le territoire français. Ces derniers, comme la reconnaissance faciale, doivent être combattus. Ils accroissent considérablement la capacité des autorités à nous identifier et à nous surveiller dans l’espace public, démultipliant les risques d’abus, et participent au déploiement d’une société de surveillance. Tout comme la reconnaissance faciale, ils entraînent un contrôle invisible, indolore et profondément déshumanisant.

[1] La critique de cette inaction de la Cnil pourrait d’ailleurs se faire de manière plus générale pour le peu de sanctions qu’elle rend au titre du RGPD, voir notamment 2 ans de RGPD : comparaison de l’application du règlement par les pays européens

Posted in Surveillance

https://www.laquadrature.net/2020/06/03/la-technopolice-progresse-la-cnil-mouline/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.