Cuba : répression contre les opposants (47)

12 mai 2020 par Floréal

Aujourd’hui : Jacqueline Heredia Morales, Carlos Alberto Alvarez Rojas, Yordanis Labrada Telles et Arianna Avila Gilart.

Jacqueline Heredia Morales.

Ces derniers temps, le Département de la sécurité d’État et la Police nationale révolutionnaire (sic) se sont particulièrement attaqués aux militants de l’Union patriotique de Cuba (UNPACU) et des promoteurs de la plateforme Cuba Decide.
Samedi dernier, les époux Jacqueline Heredia Morales et Carlos Alberto Alvarez Rojas, résidents de La Havane, était sortis acheter de la nourriture près de leur maison. Alors qu’ils se trouvaient dans une longue file d’attente, des fonctionnaires du ministère de l’intérieur (MININT) les ont arrêtés et transférés dans des unités de police.
Selon Jacqueline Heredia, porteuse du VIH, elle s’est vu refuser une assistance médicale pendant plusieurs heures jusqu’à ce qu’elle soit orientée vers une polyclinique. Elle a été libérée aux petites heures du matin, le dimanche, et a dû rentrer seule à pied chez elle, à plus de quatre kilomètres de là. Dimanche à l’aube, son mari a été libéré.

Carlos Alberto Alvarez Rojas.

« Ils nous ont torturés psychologiquement et ont ouvert un procès pour outrage », a déclaré Heredia au site CubaNet. « Mais en plus des mauvais traitements et des menaces, ils sont allés chez la grand-mère des enfants et lui ont fait signer un document dans lequel elle promettait de s’occuper de nos enfants lorsque nous serions à nouveau détenus, sous la menace que, si elle ne signait pas, ils seraient envoyés dans un foyer pour enfants », a déclaré la mère avec inquiétude.
« C’est scandaleux tout ce qu’ils nous font à moi et à ma famille, mes enfants sont traumatisés, je suis malade, et je ne suis pas une criminelle, je défends les droits de l’homme », a conclu Heredia, qui est aussi membre du mouvement des Dames en blanc.
Le 6 mars dernier, le couple avait déjà été arrêté alors qu’il quittait son domicile. À l’époque, ils avaient été menacés de poursuites pour les délits supposés d’agression et d’outrage pour avoir promu et participé à la Marche des tournesols le 8 septembre 2019.

En outre, la police politique a réprimé un autre couple de Santiago de Cuba, Yordanis Labrada Telles, coordinateur de l’UNPACU à Songo La Maya, et sa femme Arianna Avila Gilart, également militante, qui essayaient d’acheter de la nourriture dans un magasin de la ville où ils résident.

Labrada Tellez a été arrêté par trois agents de la Sécurité d’État et le chef de secteur du village, et conduit à l’unité de police locale, où on lui a saisi son téléphone portable et une clé USB.
« Selon les agents, j’allais filmer l’énorme file d’attente devant le magasin, alors ils m’ont emmené et ont volé mes affaires », a déclaré Labrada à CubaNet. Sa femme, qui se trouvait à l’autre bout du magasin au moment de l’arrestation pour acheter des boissons, a été informée par des voisins que son mari avait été arrêté.
« Quand je suis arrivé à l’unité, ils m’ont détenue également, m’ont pris ma carte d’identité et m’ont laissée pendant plusieurs heures, sans me dire que mon mari ne se trouvait plus dans cette unité de police. » Pendant que les officiers retenaient Arianna, Yordanis Labrada était transféré, menotté, vers une autre unité de police à six kilomètres de là.
« J’ai protesté pour le vol de mon téléphone, et j’ai été condamné à une amende de 30 pesos pour un prétendu désordre public. Avant de me relâcher, la police politique m’a dit que je devais me présenter à la même unité pour interrogatoire. Mais je considère que je n’ai pas commis de délit, que la situation épidémiologique est critique et qu’en outre il n’y a pas de moyen de transport pour que je quitte ma maison par mes propres moyens pour être interrogé dans une unité de police, menacé et offensé, et donc je n’irai pas », a déclaré l’opposant.

https://florealanar.wordpress.com/2020/05/12/cuba-repression-contre-les-opposants-47/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.