Défense de la liberté D’expression

Mobilisons-nous les 23 et 30 janvier 2020 à 14h00 au Tribunal Correctionnel (TGI, place Arago) de Perpignan contre la répression de deux Gilets Jaunes.

Nos rues sont sous le contrôle du ministère de l’intérieur et du syndicat Alliance qui définissent ensemble les politiques de « maintien
de l’ordre » c’est-à-dire les conditions d’exercice de la violence contre nous.

Les 23 et 30 janvier à 14h00, deux Gilets Jaune sont convoqués
devant le Tribunal Correctionnel de Perpignan.

Le 05 Octobre 2019, Abdelaziz filmait comme la loi l’y autorise une manifestation de Gilets Jaunes. Les policiers se sont rués sur lui en
lui dérobant son téléphone puis l’ont roué de coups de matraque et lui
ont infligé un placage ventral après l’avoir jeté au sol. Après 48h de
garde à vue, il est poursuivi pour rébellion et est convoqué le jeudi 23
janvier 2020 à 14h alors qu’il a exercé une liberté fondamentale
reconnue par l’état français et la Cour Européenne des Droits de
L’homme.

La police de ce pays et le syndicat Alliance s’y opposent.
Le droit nous autorise à filmer des policiers en intervention et à
diffuser les images recueillies mais dans ses prises de position
publiques, le syndicat Alliance s’oppose à la Loi et donc à nos
Libertés.
Le 10 Décembre 2019, Nasser prend la parole au cours d’une
Assemblée Populaire se tenant en centre ville à la suite d’une
manifestation. Il conteste la légitimité de la présence du syndicat
Alliance dans nos cortèges. Les policiers, à la demande du directeur
départemental de la sécurité publique et du délégué départemental
d’Alliance 66, se sont jetés sur lui. Après 24h00 de garde à vue, il est
poursuivi pour provocation au crime et outrage. Alors qu’il a exercé une
Liberté Fondamentale reconnue par l’état français et la Cour Européenne
des Droits de l’Homme.

La police de ce pays et le syndicat Alliance s’y opposent comme ils l’ont fait à Rennes, Lille, Dijon ou Nice par exemple.
Depuis des années, le syndicat Alliance s’oppose à la loi française
en dénonçant l’obligation du port du RIO (d’ailleurs les policiers
illégalement, suivent les consignes d’Alliance) en soutenant résolument
l’utilisation d’armes de guerre contre la population (LBD40, grenades…)
et sur le terrain, en entravant la Liberté d’Expression.

A Perpignan comme ailleurs se sont généralisées des méthodes
autoritaires qui prennent la forme de détournements de pouvoir entravant
l’exercice de Libertés Fondamentales ce qui a été documenté durant le
mouvement des Gilets Jaunes par des manifestants lambda et des
journalistes qui sont nombreux à figurer sur le tableau de chasse de la
police.
Et la répression de la Liberté d’Expression s’exerce au-delà des
Gilets Jaunes ce que nous démontrent les vidéos prises par un motard
dont la BAC 75 casse la gopro caméra et celle de l’assassinat de Cédric
CHOUVIAT filmant l’intervention policière qui lui sera fatale…

La police et le syndicat Alliance entendent faire des juges des
auxiliaires de police.
Défendons-nous face aux attaques de la police et de son syndicat le
plus anti-démocratique.

Face à la répression du MOUVEMENT SOCIAL, ne restons pas seul et
rejoignons la communauté en LUTTE des Gilets Jaunes.

Déclaration De l’assemblée Générale Des GiLETS JAUNES 66 du
15 Janvier 2020




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.