LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE

Claude Guillon analyse l’arsenal législatif mis en place à partir de 1986, par les gouvernements de gauche comme de droite, lois d’exceptions adoptées au nom de la lutte contre le terrorisme, sans cesse renforcées et durcies, responsables de la détention de centaines de supposés « islamistes » pendant de long mois, souvent relâchés, puis d’opposants au système capitaliste. Deux décennies « antiterroristes » passées au crible.

Si l’arsenal pénal permettait de réprimer avec suffisamment de fermeté tous les agissements susceptibles de constituer des menées terroristes, son renforcement entendait renforcer « la subjectivité de l’appréciation des crimes et délits commis ». En cette période de transition géopolitique, « l’islam se révélera un substitut providentiel au stalinisme d’État ». Afin de neutraliser préventivement les groupes terroristes, la loi du 22 juillet 1996 crée le délit d’ « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », indépendamment, donc, de la réalisation d’une infraction, forme pénale du procès d’intention. La procédure judiciaire est utilisée comme mode de régulation et d’intimidation des groupes visés.

« Néologisme et sémantique sont les moyens de la lutte des classes. » Afin de construire idéologiquement un ennemi, des désignations sont inventées. Ainsi, le 11 novembre 2008, la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie parle de « l’ultra gauche mouvance anarcho-autonome » à propos des interpellations de Tarnac. Désormais, n’importe quel individu arrêté avec un fumigène peut être accusé d’appartenance à cette organisation créée par le simple fait d’être nommée.

En septembre 2001, la Commission européenne propose deux « décisions-cadres », contraignantes pour les législations des États de l’Union européenne, définissant comme « terroriste » tout acte de contestation, par exemple lorsque l’auteur les commet dans le but de de contraindre des pouvoirs publics à accomplir ou s’abstenir d’accomplir un acte quelconque. L’incitation, sans être définie, est également réprimée. Ainsi sont requalifiées « terroristes » des infractions à partir du moment où l’autorité décide d’appliquer cette étiquette à leurs auteurs, tandis que les motivations politiques sont déqualifiées et disqualifiées. Un mandat d’arrêt européen est créé, permettant à un magistrat de faire arrêter dans son lieu de résidence un ressortissant européen. C’est la législation de l’État émetteur du mandat, sans recours, qui est prise en compte. Le Conseil de l’Europe adopte la Convention pour la prévention du terrorisme en mai 2005, qui entrera en vigueur en France en août 2008. Claude Guillon présente, comme pour chaque nouvelle législation étudiée ici, les infractions introduites à cette occasion et dénonce la fiction du « contrôle démocratique » : « Le Parlement met en scène la fiction d’une souveraineté populaire, depuis longtemps dissoute dans le mécanisme de la délégation de pouvoir. » Les « démocrates critiques », en admettant la nécessité de lutter contre le « terrorisme » comme s’il s’agissait d’un concept sans tenant idéologique, signent leur défaite et contribuent à renforcer les idées qu’ils prétendent combattre.

« La figure de l’étranger/danger est au coeur des dispositifs sécuritaires, qu’ils visent le « terrorisme » extérieur ou intérieur, c’est-à-dire l’insécurité sociale. L’ « étranger » fantasmé fraude la sécu et les allocations chômage, encombre les écoles de ses enfants (lesquels font baisser le niveau et régner la terreur), casse les prix en travaillant au noir, pratique des cultes bizarres. Il est peut-être le soldat clandestin d’une « guerre des civilisations ». » Dès la présidence Chirac, la « sécurité » s’oppose à la délinquance et au terrorisme, l’identité nationale à l’immigration, mais c’est sous Sarkozy que s’incarnera idéalement « cette association de stimuli idéologiques et émotionnels dans un épouvantail tricéphale – terrorisme, immigration et délinquance des jeunes ». Désormais les mesures « antiterroristes » sont inextricablement liées aux dispositions réprimant l’immigration dite irrégulière : vérification des filiations et fichage des immigrés par tests génétiques, suspicion de tout mariage avec une personne étrangère, fichage biométrique des bénéficiaires de l’aide au retour, répression des militants associatifs assimilés aux passeurs.

Sa conclusion est sans équivoque : « Aucune force politique susceptible d’exercer le pouvoir dans les pays européens n’envisage de rompre avec la politique de terrorisation consolidée dans les dernières décennies. Cette politique continuera donc d’être menée, affectant d’abord les étrangers en situation dite « irrégulière », les Français musulmans soupçonnés de sympathies islamistes et, ponctuellement, des militants, dont on tentera par ce moyen de disqualifier les projets et les actes. Si ses moyens techniques évoluent, ils seront plus insidieux, plus difficiles à identifier, voire à combattre. Pour l’heure le ministre et le terroriste – celui qui pose la bombe dans le métro – cherchent à susciter une identique sidération de la pensée critique, et concourent au maintien du même ordre social. »

Si l’éclairage porté sur ces législations s’arrête avant la dernière décennie, puisque cet ouvrage est paru en 2009, nul doute que celle-ci s’inscrit dans la continuité des précédentes. L’on comprend combien les politiques sont habiles à tromper, en soumettant les grenouilles à un feu progressif plutôt que de les ébouillanter.

LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
Claude Guillon
162 pages – 7 euros.
Éditions Libertalia – Collection « À boulets rouges » – Paris – Mai 2009
http://www.editionslibertalia.com/

Voir aussi :

À LA RECHERCHE DU NOUVEL ENNEMI 

ENNEMIS D’ÉTAT – Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes

L’EXERCICE DE LA PEUR : Usages politiques d’une émotion

https://bibliothequefahrenheit.blogspot.com/2019/12/la-terrorisation-democratique.html#more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.