Où est mon « home », camarades ?

3 décembre 2019 par Floréal

Deux articles publiés dans le numéro du mois de novembre de la revue Catalunya, organe de la régionale catalane de la Confederación general del trabajo (CGT) d’Espagne, favorables à la participation des anarchistes aux manifestations liées à la question indépendantiste, ont amené l’ami Tomás Ibañez à réagir, à travers un texte* publié ici même. Cette saine réaction m’amène à mon tour à faire deux remarques.

__________

En premier lieu, même si cela peut paraître anecdotique, je suis surpris que des libertaires ou anarcho-syndicalistes intitulent leur publication du seul nom de la région où ils vivent et militent. Ce n’est certes pas la première fois que le nom d’une région d’Espagne apparaît dans le titre d’un journal ou d’une revue de là-bas, mais les camarades qui donnaient naissance à ces publications ont toujours pris soin d’y ajouter un qualificatif explicite. Il y eut ainsi Castilla libre, Andalucía libertaria, etc. Là, le seul nom de « Catalunya » laisse supposer que les promoteurs du titre sont bien davantage catalans que libertaires, et cet arrière-goût de patriotisme régional a déjà quelque chose d’amer.
J’aimerais bien sûr me tromper, mais cette impression pénible me paraît en second lieu confirmée par l’expression lamentable choisie par nos anarcho-catalanistes pour dénigrer ceux qui exercent leur sens critique vis-à-vis des manifestations actuelles en Catalogne, à savoir : « Anarcho-puristes, go home ! » Comme le rappelle Tomás Ibañez, la seconde partie de cette expression renvoie à celle qui fut employée abondamment par le passé et qui invitait fermement les Américains à quitter un pays qui n’était pas le leur, à leur signifier qu’ils n’étaient pas chez eux au Vietnam.
Rapporté au cas de la Catalogne actuelle, on a peur de comprendre ce que signifie cette expression. Laissons de côté l’appellation idiote d’« anarcho-puristes ». Avec l’expression « gardiens du temple », elle est utilisée depuis longtemps et partout par ces libertaires qui, pensant qu’il est des moments où toute réflexion est inutile, aiment à n’agir qu’avec leurs tripes et à servir de petits soldats ou de troupes sans cervelle à des projets qui les dépassent et n’ont rien à voir avec l’anarchisme. Ce qui est plus intéressant ici, c’est ce « go home ! », qui laisse entendre encore une fois que ceux à qui il s’adresse ne seraient pas « chez eux » en Catalogne, pour cause de critiques adressées aux complices, conscients ou non, du nationalisme catalan. Là encore, cette espèce de slogan qui invite les anarchistes critiques à quitter un territoire qui ne serait pas le leur a des relents quelque peu nauséabonds.
Si je vivais en Catalogne, moi qui suis d’accord avec les positions exprimées par Tomás Ibañez, donc « anarcho-puriste » j’imagine, je ne participerais pas aux manifestations actuelles de Barcelone. Mais moi qui suis aussi le fils d’un exilé chassé de son Andalousie natale en 1939 et d’une mère française, donc d’une certaine impureté territoriale, dites-moi, camarades, où est cet « home » où vous m’inviteriez à foutre le camp puisque je ne serais pas digne de votre Catalunya ?

__________

* Voir « Que se passe-t-il en Catalogne ? “Anarcho-puristes, go home!” ». https://florealanar.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.