IN GIRUM – Les Leçons politiques des ronds-points

Imprévu et défiant toutes les analyses classiques par sa composante hétéroclite, ses méthodes inhabituelles, sa longévité surprenante, mais aussi les réponses qu’il s’est vu proposer, le mouvement des gilets jaunes est parvenu à politiser des groupes populaires et périurbains réfractaires à la politique, laissant sur la touche la plupart des formations politiques et syndicales. Laurent Jeanpierre, professeur de science politique, tente d’en tirer des leçons et dessine une aspiration à un ré-ancrage local où s’articuleraient autonomie, écologie et justice sociale : une politique des Communes.

Avec plus de 50 000 manifestations et rassemblements en six mois, la plupart non-déclarés, le mouvement a obtenu plus que n’importe quelle mobilisation des dix dernières années. En mars 2019, date à laquelle la question a cessé d’être posée par les instituts de sondage, le « soutien » des Français était supérieur à 50%.
Deux modes d’action ont dominé :

  • Des occupations, essentiellement sur des ronds-points, associées à la construction d’espace délibératifs.
  • Des manifestations de rue, notamment « sauvages », se transformant, surtout les 1er et 8 décembre 2018, en émeutes urbaines approuvées par les manifestants qui ne la pratiquaient pas.

À souligner également la démultiplication des foyers de lutte et leur très grande dispersion, jusque dans des zones tout à fait étrangères aux pratiques protestataires. Le rejet de la politique institutionnelle et des idéologies a débouché sur la coexistence, parfois conflictuelle, d’une grande diversité d’individus, autant proches de la droite et de d’extrême-droite que de la gauche et de l’extrême-gauche, au risque d’être qualifiée d’incohérence. « L’exigence d’homogénéité politique peut paraître incongrue lorsqu’elle s’exprime deux années après l’élection à la présidence de la République, d’un candidat ayant fait campagne sur sa capacité à concilier les opinions contraires et se faisant fort de savoir les conjuguer « en même temps ». L’indifférence des gilets jaunes aux clivages hérités entre la droite et la gauche évoque, comme un reflet en miroir, celle qu’Emmanuel Macron et ses conseillers n’ont cessé de projeter ou de prôner. »
De même, les « revendications » ont pu refléter tout aussi fortement cette hétérogénéité, auxquelles le pourvoir a tenté de répondre par un « grand débat », perçu comme un « processus de redéfinition et de réduction de la « parole » jaune par le pouvoir », « une canalisation des paroles contestataires dans des dispositifs de démocratie participative », en opposition aux « petits » débats des réseaux sociaux et des assemblées des ronds-points.
L’autre réponse gouvernement fut une intensification des répressions policières et judiciaires : 2 500 manifestants blessés, 12 000 personnes interpelées dont 17% condamnés, dans les six premiers mois. Les tirs tendus de LBD et l’usage de grenades de désencerclement GLI-F4, notamment, ont porté le niveau de répression à un niveau de violence qui a valu à la France des avertissements de la part du Conseil de l’Europe et de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies. « La violence échangée au cours de cette longue mobilisation est plus importante qu’en mai et juin 1968, sans équivalent depuis la guerre d’Algérie. » Un travail symbolique de « disqualification des manifestants » a été entrepris en parallèle, afin de dépolitiser leur geste par une assimilation à un profil psychologique général de « casseurs haineux ».
Cet usage simultané des techniques de sanction et de participation, « ressort contemporain du nouveau management »,  visait à « construire » un public légitime, avec des protestataires ouverts à la discussion, par opposition aux manifestants violents.

Laurent Jeanpierre revient sur la genèse du mouvement, ses éphémères porte-paroles auto-proclamés, le rôle décisif des réseaux sociaux. Presque tous les gilets jaunes étaient alors dans la situation de « nouveaux sujets politiques ». « Le sentiment d’illégitimité s’est peu à peu retourné en impression de représenter le coeur des valeurs de la société française actuelle. » La composition sociale du mouvement est analysée longuement : interclassiste et transgénérationnelle, quasi parité hommes-femmes, majorité de salariés dans l’impossibilité de se mettre en grève, habitants des zones périurbaines où les dépenses de carburants sont incompressibles et le taux d’endettement élevé (primo-accédants).
Le rond-point est un éléments essentiel des zones périurbaines. Il relie les zones de résidences, les zones de commerce ou d’activités qui n’en finissent pas de quitter les centres-villes. Se rendre les samedis dans la grande ville proche, s’est « se réapproprier des espaces géographiques méconnus ou peu lisibles », d’autant plus pour les quartiers « favorisés ». L’émeute devient alors « un rite d’inversion tel le carnaval ».
L’auteur identifie quatre courants, divisés autour des enjeux tactiques :

  • ceux qui acceptent et recherchent la négociation avec le gouvernement,
  • ceux qui cherchent à construire une autre forme de représentation en intégrant le jeu électoral,
  • ceux qui mettent en place un système autonome de représentation à travers les assemblées et les assemblées d’assemblées,
  • ceux qui rejettent toute les formes de représentation politique.

Le rond-point a d’abord été un espace de rencontres et de partage, de redécouverte d’une vie collective disparue, rejoignant d’autres mobilisations territorialisées (contre des grands projets, des fermetures d’usine,…), transcendant les différences socio-économiques, de genre, les clivages idéologiques et politiques, participant à la relocalisation de la vie politique. Les 65 000 ronds-points, soit huit fois plus qu’en Allemagne et seize fois plus qu’aux États-Unis, offrent ce que le théoricien de l’architecture Eyal Weizman appelle une forme « d’acupuncture politique » puisqu’ « une pression collective exercée à travers eux sur un seul point du tissu territorial est susceptible d’affecter un ensemble beaucoup plus étendu de flux qui le traversent. »
L’auteur interprète ce mouvement comme le signe d’une « tendance historique au réinvestissement protestataire du proche et du local », une réhabilitation de la municipalité, de la commune, du quartier ou de la communauté, « comme niveaux stratégiques de l’action politique collective et comme vecteurs principaux, ou désirables, d’une transformation sociale démocratique voire d’une histoire postcapitaliste », en réponse notamment au reflux actuel des mobilisations altermondialistes.
Beaucoup de mairies ont d’ailleurs accompagné, si ce n’est soutenu, la fronde. L’Association des maires ruraux de France (AMRF) et celle des petites villes (APVF) ont, dès le 5 décembre 2018, publié un communiqué appelant à recueillir les « doléances » des citoyens. Nombre de déclarations présidentielles étaient destinéees à renouer le dialogues avec les élus locaux et de s’assurer qu’ils ne s’associent pas aux gilets jaunes. Finalement, « les maires se sont peu à peu appuyés sur la mobilisation afin de faire progresser leurs intérêts vis-à-vis des pouvoirs centraux sans réformer le pouvoir local ». Les habitants défavorisés des nouvelles « campagnes urbaines » aspirent à un « droit au village », un droit de disposer d’un cadre de vie agréable, d’accéder à des ressources quotidiennes vitales, mais aussi à un droit à la parole, un droit de pouvoir agir sur son environnement de manière autonome.

C’est pourquoi l’auteur propose de s’inspirer de quelques « formes d’agencements collectifs » : les ZAD, le municipalisme libertaire de Murray Bookchin, les utopies communales, les kibboutz, selon lui l’expérience la plus longue et la réalisation à grande échelle la plus proche et la plus aboutie de « commune des communes », les villes de transition. Il prévient qu’il est aujourd’hui plus facile d’organiser collectivement la « sphère de reproduction » que la « sphère de production ». Cependant, dans les zones les plus rurales, une agriculture rénovée et écologique pourrait parfaitement alimenter les communes utopiques urbaines. Ces exemples démontrent que l’utopie communaliste n’est pas une « simple fiction de papier » mais « qu’une science collective de ses limites existe d’ores et déjà ». La conjonction favorable avec les mobilisations écologistes, offre un terreau favorable aux « utopies du local ».

Portrait assez juste du mouvement jaune qui éclairera bien des commentateurs et des éditorialistes. Mise en perspective intéressante qui permet de dessiner l’évolution des protestations, et d’espérer une réappropriation de la politique par le local et l’expérience, une aspiration à une forme communaliste.

IN GIRUM
Les Leçons politiques des ronds-points
Laurent Jeanpierre
194 pages – 12 euros
Éditions La Découverte – Paris – Août 2019

Pour « une analyse extrêmement fine et complexe du mouvement », on peut lire la longue interview du sociologue Michalis Lianos, parue dans LUNDI MATIN PAPIER #4 – Gilets jaunes : un assaut contre la société
Sur la dérive autoritaire du régime d’Emmanuel Macron, voir COEUR DE BOXEUR – Le Vrai combat de Christophe Dettinger

et pour aller plus loin :

ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes

POUR UN MUNICIPALISME LIBERTAIRE

HABITER CONTRE LA MÉTROPOLE

APPEL À LA VIE CONTRE LA TYRANNIE ÉTATIQUE ET MARCHANDE

PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE – Réflexions sur l’effondrement

Sur la “poétique des gilets jaune”,  un archivage photographique des “dos de gilets jaunes” et de quelques murs :

– Site « pour une mémoire populaire, la rue contre le mépris » :
https://pleinledos.org/

https://larueourien.tumblr.com/

https://bibliothequefahrenheit.blogspot.com/2019/09/in-girum-les-lecons-politiques-des.html#more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.