Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances

grève

22 août 2019Stéphane Ortega

Déjà six mois de grève dans les services d’urgence, plus de quatre pour les femmes de chambre de NH Collection à Marseille, et deux et demi pour les travailleurs sans-papiers de Chronopost à Alfortville. En cette fin d’été, aucun de ces trois conflits n’a pour l’heure obtenu de solution. Leurs luttes se poursuivent et débordent sur la rentrée.

L’été est souvent meurtrier pour les conflits sociaux. Pourtant, septembre approche et ces trois grèves ont passé le cap et feront partie de la rentrée sociale. Dans les services d’urgence, les mesures prises par Agnès Buzyn le 14 juin pour éteindre l’incendie ont échoué. Les 70 millions mis sur la table, dont 55 millions pour l’octroi d’une prime de 100 € et 15 millions pour des embauches pendant l’été, ont fait flop face aux attentes des soignants. Ces derniers réclamant 10 000 postes pérennes supplémentaires et une augmentation de 300 € de leur rémunération.

Ainsi, le mouvement aux urgences a pris de l’ampleur passant de 119 services mi-juin à plus de 217 en cette fin du mois d’août, selon le collectif Inter-Urgences. D’autant que les postes supplémentaires promis pour la période estivale ont souvent tardé à arriver dans les services. À tel point que, malgré cette période d’affluence touristique, les urgences de l’hôpital de Sisteron ont été fermées pour la nuit, obligeant les patients à se rendre à Gap, 50 kilomètres plus loin. Depuis le 8 juillet, quelque 200 habitants et agents hospitaliers se sont rassemblés à huit reprises pour réclamer la réouverture du service. En vain jusque-là.

Un ministère en besoin de sonotone

Une non-écoute qui provoque la colère un peu partout à l’hôpital public. L’annonce ce  sur le plateau de RMC par la ministre de la Santé qu’elle recevrait de nouveau les représentants du collectif Inter-Urgences début septembre a d’ailleurs essuyé de leur part une réponse cinglante : « nous n’avons jamais été reçus dans le cadre de négociations ou de discussions constructives ». Le collectif notant également qu’aucune mesure concrète n’a été avancée par Agnès Buzyn. Pourtant, les risques d’extension du mouvement sont bien là, et ce malgré la signature de protocoles de sortie de grève dans 28 établissements, notamment à l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris (APHP), où la grève avait débuté en mars.

« Ce qui est donné aux urgences est pris ailleurs », précise Christophe Prudhomme. Le porte-parole de l’Association des médecins-urgentistes de France (Amuf) indiquant qu’à l’APHP, parallèlement à la création de 230 postes dans les services d’urgence, 800 à 1000 suppressions d’emplois par an sont prévues jusqu’en 2022 dans le cadre d’un plan de retour à l’équilibre. Le 9 août, l’Amuf a fait état de ses revendications et écrit à la ministre en se réservant « d’utiliser tous les moyens d’action, y compris la grève dans les plus brefs délais » en l’absence de réponse. Déjà, un préavis spécifique pour les médecins a été déposé à l’hôpital de la Timone à Marseille, dont le service d’urgence a rejoint le mouvement mi-août.

La ministre de la Santé et le gouvernement n’en ont pas fini avec cette mobilisation qui pourrait encore déborder sur l’ensemble de l’hôpital public à l’approche des discussions automnales sur la loi de finances à l’Assemblée nationale. En attendant, une journée d’action est déjà programmée par la CGT le 11 septembre et le collectif Inter-Urgences évoque lui une nouvelle date nationale le 26 septembre.

Pleine lumière pour les invisibles du nettoyage

Dans le secteur de la propreté, la CGT des Hôtels de prestige et économiques (CGT-HPE) et la CNT Solidarité ouvrière (CNT-SO) organisent régulièrement des grèves avec les salariés travaillant pour des sous-traitants de grands groupes hôteliers. Deux conflits ont marqué les esprits au cours de l’année passée : celui de Park Hyatt dans Paris intra-muros qui a duré 87 jours et celui de l’Holiday Inn de Clichy pendant 111 jours. Depuis, une autre grève longue soutenue par la CNT-SO a débuté au mois d’avril, au NH Collection du boulevard des Dames à Marseille. Comme souvent le conflit a trouvé sa source dans le non-paiement d’heures ou de primes. Les femmes de chambre réclament également une majoration salariale pour le travail dominical et un treizième mois.

Un mois plus tard, une autre grève conduite par la CGT-HPE touche cette fois les hôtels Campanile et Première classe à Suresnes. Peut-être une des raisons de la sortie de Marlène Schiappa qui affirmait le 22 juin dans Le Parisien vouloir s’engager pour améliorer les conditions de travail des femmes de chambre, et organisait une première rencontre, le 3 juillet, devant déboucher sur le lancement d’une mission sur les conditions de travail des femmes de chambre au mois de septembre. Pourtant, malgré cette bienveillance ministérielle assurée, le conflit bute sur le refus du sous-traitant Elior d’accéder aux revendications des grévistes. Et ce, malgré une médiation tardive lancée le 11 juillet par le préfet des Bouches-du-Rhône, jusque-là plus enclin à faire embarquer les syndicalistes marseillais de la CNT-SO.

Depuis l’échec de la médiation – Elior ne proposant qu’une prime de 500 € après trois mois de conflit – les femmes de chambre poursuivent leur mouvement. Durant l’été, les grévistes ont déplacé leur pression sur le groupe hôtelier NH Collection. Elles ont maintenu une action par semaine, parfois associées avec la CGT-HPE qui mène une nouvelle grève à l’Ibis des Batignolles depuis le 17 juillet. Ce jeudi 22 août à 18 h, elles seront encore devant un hôtel NH Collection, celui de la corniche Kennedy. En tout cas, après un affaiblissement du soutien au mois d’août, elles espèrent remobiliser lors d’actions de soutien programmées à la rentrée et attendent le retour de vacances des deux directeurs de NH Collection en vue de possibles discussions.

Ces employeurs qui ne connaissent pas les travailleurs sans-papiers qu’ils emploient

Inconnus, selon leurs dires, par Chronopost pour qui ils travaillent, par Derichebourg Propreté, le sous-traitant qui les emploie, et par Mission intérim qui les recrute, la trentaine de travailleurs sans-papiers du Chronopost d’Alfortville sont les invisibles parmi les invisibles. Mais depuis le 11 juin, ils occupent de jour comme de nuit les extérieurs de cette agence du Val-de-Marne afin d’obtenir les documents de leurs employeurs permettant leur régularisation, et pour que Chronopost les emploie sans intermédiaire. Jusque-là, ni Chronopost ni Derichebourg ni Mission intérim n’a satisfait à leurs demandes, prétextant ne pas les connaître.

Depuis plus de deux mois, une centaine de personnes, principalement des sans-papiers solidaires du collectif des travailleurs sans-papiers de Vitry-sur-Seine, se relayent sur le piquet de grève. Tout au long de l’été, ils ont multiplié les actions pour se faire entendre. Devant le siège de Chronopost avec 300 soutiens, dont des élus, le 9 juillet, puis devant les locaux de la Direction régionale des entreprises de la concurrence du travail et de l’emploi (Dirrecte) à Créteil, ou encore en envahissant durant deux heures l’agence intérim de Corbeil-Essonnes le 29 juillet.

Ce jeudi à 15 h, c’est au tour du siège du sous-traitant de recevoir leur visite. Parallèlement, une demande de rencontre avec le nouveau préfet du Val-de-Marne a été faite. Sans réponse pour le moment. Leur lutte continue. Samedi, ils seront présents lors de l’anniversaire de l’expulsion de Saint-Bernard, et devraient dans les semaines qui viennent participer activement à la campagne «égaux, égales, personne n’est illégal », dont l’objectif est la régularisation de tous les sans-papiers. La rentrée s’annonce chargée, à moins que l’enquête de l’inspection du travail, qui s’est déplacée sur le site d’Alfortville, n’accélère la résolution du conflit. En attendant, un appel aux dons est lancé pour, entre autres, nourrir deux fois par jour les sans-papiers présents sur le piquet de grève.

https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/urgences-femmes-de-chambre-travailleurs-sans-papiers-trois-greves-qui-nont-pas-pris-de-vacances-08224050

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.