La BAC de Marseille en mode Gestapo

|

Le 14 novembre dernier, lors de la Marche de la Colère, les flics de la BAC se sont salement lachés sur les habitant.e.s du centre-ville populaire. « Chasse à l’homme », « injures sexistes, racistes et homophobes », « ratonnades », « frappes à l’aveugle », « sévices corporels touchant les organes génitaux », « lynchages », « exactions » : les termes employés par les nombreux témoins soulignent l’ultraviolence à l’oeuvre ce soir-là… Le 24 novembre, lors de la manifestation contre le chantier et le mur de la Plaine, la BAC réitère, sur ordre de la préfecture, ses expéditions punitives. Retour en témoignages…

14 novembre, Marche de la Colère

En fin de rassemblement, les CRS chargent et repoussent les manifestant.e.s vers le Vieux-Port puis la Canebière. Il y a plusieurs blessés graves, dont un homme qui a la joue éclatée par une grenade lacrymogène qu’il a reçu en plein visage. S’en suit une grosse charge de la BAC non loin de la Chambre de Commerce et d’Industrie. Les marseillais.es qui manifestaient ne comprennent pas tout de suite de qui il s’agit : une quinzaine de molosses sans brassard déboulent, frappent et gazent au hasard, en rigolant et insultant. « Qui c’est ? C’est les fascistes ? » demandent certain.e.s sous le choc. Tandis que d’autres comprennent que c’est la BAC : « C’est la BAC, ils sont en mode Gestapo », « On dirait une milice ! ». Les coups pleuvent, sans qu’ils ne cherchent à faire la moindre arrestation. La suite de leur expédition punitive est connue par les habitant.e.s de Noailles : insultes, agressions et tabassages à tout va. Jusque dans la rue d’Aubagne fraichement endeuillée. Plusieurs habitant.e.s parlent de réelles « exactions  »… Un appel du “Collectif 5 novembre – Noailles en colère” à témoignages se concrétise quelques jours plus tard par une conférence de presse le 29 novembre à la Maison méditerranéenne des Droits de l’Homme (32 cours Julien). En voici la vidéo…

De nombreux témoignages fleurissent également spontanément sur Facebook, notamment sur la page du Collectif 5 novembre. Le journal papier Massdrovia, diffusé à plusieurs milliers d’exemplaires lors de la manifestation contre le mur de la Plaine, publie lui aussi un récit de Denise, manifestante choquée :

« Ils se marraient entre deux passages à tabac »

Quand la manif est arrivée devant l’hôtel de ville, je me suis mise un peu à l’écart avec quelques amis, sur les marches menant vers le Panier. Sans prévenir, les CRS nous ont chargé. Je me suis retrouvée à terre, et j’ai senti des pieds me piétiner. Et c’est là qu’un baceux a voulu me shooter dans la tête. Heureusement une bouteille en plastique que je tenais a amorti le coup. Ensuite, des camarades m’ont tiré en arrière.

Choquée, j’ai quand même continué la manif. Et j’étais sur le bas de la Canebière quand les baceux ont lancé leur chasse à l’homme. Ils étaient une petite dizaine, dont une flique. Ils ont frappé tout ce qui se présentait, surtout des femmes et des personnes âgées. À ce moment-là, la queue de manif était déjà partie, ils ne ciblaient pas, se défoulaient purement et simplement. J’ai vu une personne se faire ouvrir le crâne. Une autre frappée à la tempe. Et des gens se faire cogner par derrière à coups de matraques, derrière les genoux ou dans le dos. Il y avait notamment ce type qui venait de se garer avec son scooter. Ils l’ont provoqué avant de la gazer et de s’acharner sur lui à terre. Effrayant. D’autant qu’ils se marraient entre deux passages à tabac, ravis.

Ensuite, ils sont partis vers Noailles. Là-bas, et notamment au bas de la rue d’Aubagne, ils ont continué à taper les gens au hasard, des jeunes, des vieux, et même un homme qui était avec ses enfants. Il y a une vidéo où on les voit rue Pollak, en train de provoquer les jeunes, de taper sur leurs scooters, en disant « allez viens, viens ». Ces scènes étaient d’autant plus monstrueuses qu’elles touchaient un quartier en deuil, traumatisé par les effondrements du 5 novembre. Il y a même eu une bombe lacrymo balancée rue d’Aubagne, dont la fumée a remonté jusqu’aux immeubles effondrés. On bosse avec des amis pour recueillir des témoignages. En tout, ils ont fait des dizaines de blessés. Il y a par exemple huit suturés à la tête. Et environ vingt-cinq personnes qui témoignent s’être fait frapper : épaules, genoux, mains, tête, etc.

Ce n’est qu’un début, d’autres témoignages vont arriver. Et la question se pose : est-ce possible qu’ils se soient comportés ainsi sans consignes de leur hiérarchie ?

Le 24 novembre, manifestation contre le mur de la Plaine

Rebelote. La BAC est de retour. Après le violent tabassage et l’arrestation de deux personnes en bas du Cours-Julien par les CRS lors d’une charge sans logique, quelques rapides affrontements ont lieu sur la Plaine. C’est le moment choisi pour la préfecture de lâcher sa milice sur les habitant.e.s. Là encore de nombreux témoignages. Une femme, par exemple, qui veut rentrer chez elle rue des Trois Rois reçoit un coup de poing en pleine tête et tombe au sol. Elle se relèvera immédiatement en panique et insultera vigoureusement les Bacqueux qui partiront tranquillement. Sont également aperçues des groupes de jeunes filles du quartier, spectatrices du déploiement policier, qui se font taper, tirer par les cheveux, insulter : elles sont terrorisées.

Mais c’est dans les rues entre le boulevard Chave et Eugène Pierre que la BAC se remettra à nouveau en chasse à l’homme et ratonnade. Toujours sans brassards, et à moitié cagoulés, ils foncent sur les groupes de deux-trois personnes et tapent au hasard avec leurs matraques télescopiques. Aucune arrestation à faire – et pour cause la confrontation des manifestant.e.s avec les flics a été minime – mais de l’ultraviolence pour tenter de terroriser celles et ceux qui osent manifester contre la Mairie et la Soléam…

Le jeu dangereux du préfet, Olivier de Mazières…

Depuis 15 jours, les discussions autour des interventions plus que musclées de la BAC vont bon train dans les quartiers du centre-ville. Plusieurs hypothèses reviennent régulièrement dans la bouche des habitant.e.s :

Le « trop plein de coke ». Régulièrement depuis plusieurs années, l’addiction des Bacqueux à la poudre est une hypothèse qui revient extrêment souvent. Mythe ou réalité ? Pour qui connait les effets de cette substance et assiste aux interventions survoltées des flics de la Bac, il n’est pas étonnant qu’un doute surgisse…

Le « dérèglement hormonal de leur taux de testostérone » ! Hypothèse plus farfelue, avancée par un habitant du quartier de la Plaine le 24 novembre au soir, elle est également difficilement vérifiable. Ce qui est certain, néanmoins, c’est que les insultes sexistes, homophobes pleuvent à chaque intervention de ces « bonshommes à grosses couilles » et qu’ils ont sans doute un problème à régler avec leur virilité !

La volonté délibérée de la préfecture de châtier et terroriser les habitant.e.s. C’est l’hypothèse la plus vraisemblable. La BAC reçoit ses ordres du préfet, Olivier de Mazières, et n’a normalement que peu de latittudes et d’autonomie dans les interventions qu’elle fait. La politique de la préfecture est-elle de faire la guerre aux habitant.e.s des quartiers du centre-ville ? De les terroriser pour essayer de les décourager à lutter contre la politique de la ville ? Ou de les punir physiquement d’avoir oser ouvrir leur gueule ? Une politique du maintien de l’ordre qui tient de plus en plus ouvertement de la milice et du travail de terreur…

Plusieurs habitant.e.s soulignent que c’est un jeu dangereux de la part du préfet. Car rien ne garantit que ça fonctionne. Les habitant.e.s sont déjà écoeuré.e.s par l’insalubrité de leurs quartiers et de la chasse aux pauvres que la Mairie veut imposer en centre-ville. Mais l’ultraviolence policière que la préfecture est en train d’installer les ulcèrent plus encore. La colère grossit jour après jour. Le retour de bâton risque d’être violent pour la Mairie et la préfecture. Comme celui des gilets jaunes avec le mépris de Macron d’ailleurs. Olivier de Mazières prendra-t-il le 1er décembre lors de la manifestation des quartiers pour un logement décent la responsabilité de nouvelles ratonnades de la BAC ? L’avenir nous le dira…

Appel à témoin

Si vous avez été victime ou témoin de violences policières lors des dernières manifestations, écrivez à marche.colere@@@gmail.com

https://mars-infos.org/la-bac-de-marseille-en-mode-3581

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.