Les grèves de la faim se multiplient dans les conflits du travail

grèves de la faim

Signe d’entreprises ou d’administrations sourdes aux revendications de leurs employés, de plus en plus de salariés optent pour la grève ultime, celle de la faim. Dimanche 28 octobre, deux agents de l’hôpital de Vierzon ont entamé un jeûne, alors qu’une partie du personnel est en grève depuis 138 jours pour le maintien de plusieurs services.

 

Ce n’est pas par désespoir, mais pour défendre leur hôpital ont expliqué à la presse locale Pierre et Olivier, deux agents de l’hôpital de Vierzon dans le Cher. La dernière réunion, le 24 octobre, entre l’intersyndicale représentant les grévistes et l’Agence régionale de la santé (ARS) n’a pas donné de garanties sur le maintien des services, dont celui de maternité, de l’hôpital de cette petite ville de 70 000 habitants. Et ce, malgré 135 jours de grève contre la suppression de 25 postes. La directrice de l’ARS écrivait même ne pas s’engager à « maintenir l’ensemble des services dans leur totalité, leurs capacités et leurs fonctions actuelles », appuyant sa décision sur l’endettement et la trésorerie exsangue de cet hôpital.

Le sentiment de ne pas être entendu sur ce qu’ils jugent essentiel, ici le maintien d’un accès aux soins de proximité pour la population, les a amenés à cette forme ultime de protestation : la grève de la faim. Pourtant, les agents mobilisés avaient déjà mis en œuvre des actions innovantes : cortège de fausses femmes enceintes partant à pied de l’hôpital de Vierzon pour celui de Bourges, poupons accrochés aux grilles de l’hôpital, chaîne humaine de 2500 personnes associant la population, clip vidéo, etc. En vain, les contraintes budgétaires restent indépassables pour l’ARS, comme pour le ministère, ou le gouvernement qui s’apprête à faire voter la loi de finances 2019 sans moyens supplémentaires en personnels soignants. Ce, malgré les annonces d’un plan santé le 18 septembre.

 

 

Hôpital : à la vie à la mort

 

La grève de la faim à Vierzon n’est pas un cas isolé. Dans le secteur de la santé publique, les messages d’alertes se multiplient et plusieurs conflits sociaux s’enlisent, faute de trouver des réponses auprès de leurs tutelles. En 2017 déjà, deux centres hospitaliers ont été touchés par des grèves de la faim du personnel. D’abord au CHU de Limoges où quatre syndicalistes CGT et SUD cessent de s’alimenter pour exprimer la souffrance dans laquelle travaille le personnel de l’établissement. Ils tentent ainsi d’obtenir de leur direction, sourde jusque là, les embauches nécessaires pour faire tourner des services au bord de l’asphyxie. Quatre jours plus tard, ils obtiennent 17 postes d’infirmiers et d’aides-soignants, un pool de 60 personnes pour les roulements et un accord sur le remplacement de tous les départs en retraite.

À Bastia, le jeûne a duré plus longtemps : un mois. Entamé par trois militantes de la CGT, il a finalement été mené par sept femmes du centre hospitalier. Leurs exigences : que la dette de leur hôpital, estimé à 50 millions d’euros, soit reprise par l’État, et qu’une avance de 15 millions soit débloquée en urgence pour payer les fournisseurs. Les grévistes mettaient en avant une pénurie de médicaments et de matériels en plus des suppressions de poste et de locaux vétustes. Avant d’entamer leur mouvement, elles ont tout essayé. Même la visite deux mois plus tôt d’Agnès Buzyn au centre hospitalier de Bastia n’a rien changé à leur quotidien. Malgré leur détermination, les deux dernières grévistes de la faim encore debout ont dû arrêter leur mouvement au bout d’un mois pour raison de santé. Elles n’ont obtenu qu’une enveloppe de 5 millions d’euros de l’ARS pour régler les factures de 2016. La rallonge de l’ARS a finalement atteint 15 millions dix jours plus tard.

« Si nous mettons notre santé en danger, c’est pour montrer que celle des usagers est aussi en danger », expliquaient les grévistes de la faim du CHU de Limoges en 2017. Mettre leur vie dans la balance est un acte particulièrement fort pour des personnels dont le métier est de sauver des vies. Un dilemme éthique. L’année 2018 connaît aussi ses grèves de la faim. Celle de 17 jours en juin concluant trois mois de conflit à l’hôpital psychiatrique de Saint-Étienne-du-Rouvray a mis un coup de projecteur sur les difficultés particulières de cette spécialité. Malgré un malaise des personnels largement reconnu, aucune avancée avec l’ARS ou le ministère n’avait eu lieu pendant les longues semaines de grève précédant l’arrêt d’alimentation de huit soignants. Même avec celui-ci, il a fallu 17 jours de jeûne pour sortir du conflit avec le déblocage de 30 postes sur les 50 demandés. Il est vrai que depuis sa prise de fonction au ministère de la Santé, Agnès Buzyn n’a eu de cesse d’affirmer que les difficultés des hôpitaux ou des Ehpad sont dues à des questions d’organisation et non à un manque de personnel.

 

 

Depuis, l’hôpital de Pinet à Amiens présente les mêmes caractéristiques sans pour autant être touché par une grève de la faim : manque de personnel, agents à bout, maltraitance institutionnelle et sentiment d’être empêché de réaliser son travail. Une grève longue de 134 jours s’enlise sans que l’ARS ou la ministre de la Santé interviennent malgré les nombreuses interpellations des grévistes. Un blocage à haut risque. Les grèves de la faim témoignent d’un « dérèglement de la régulation conflictuelle des rapports sociaux » estime Stéphane Sirot, historien spécialiste des grèves, du syndicalisme et des relations sociales. « Des années 50 aux années 80-90, le rapport de force déclenchait en général la discussion pour aboutir à un compromis. Depuis, ce système de régulation s’est progressivement délité avec la désyndicalisation, la radicalisation du patronat, et le désengagement de l’État par rapport à ce mode de régulation ». Une raison qui explique pour lui le retour d’actes plus spectaculaires.

 

Un tout pour le tout qui ne concerne pas que la santé

 

Ainsi, le recours à des modes d’action originaux n’a pas manqué dans la santé. Les grévistes de l’hôpital du Havre sont montés sur le toit de leur établissement pour se faire entendre. Ceux du CHU de Toulouse ont inauguré la vague de création de clips vidéo pour dire leur réalité. Pourtant, pour un syndicaliste s’exprimant en off, ces formes nouvelles ne traduisent pas seulement le mutisme des directions. Elles illustrent aussi une difficulté à mobiliser l’ensemble des salariés et compensent ce manque dans le rapport de force. Une réalité qui se retrouve dans des conflits crées par des plans sociaux. Début octobre, quatre syndicalistes de la société Happychic, détentrice de la marque de prêt-à-porter Jules, entamaient une grève de la faim pour contester un plan social supprimant 466 emplois. De son propre aveu, un des grévistes espérait, par son action, réveiller les consciences de ses collègues. Une lutte le dos au mur face à une situation jugée inacceptable.

Dans la Creuse à La souterraine, les salariés de l’entreprise GM&S ont aussi pensé mener une grève de la faim en septembre 2017. Placé en redressement judiciaire depuis 2016 l’équipementier automobile emploi alors 277 personnes, dans un département où l’emploi est sinistré. Sans solutions, les salariés ont occupé l’usine, puis menacé de la faire sauter. Ballotés entre l’État, un repreneur et les constructeurs automobiles donneurs d’ordre, les salariés ont envisagé de cesser de s’alimenter considérant qu’ils n’avaient plus rien à perdre. Un repreneur a finalement racheté l’entreprise en ne conservant que 120 emplois. La lutte s’est poursuivie sur d’autres terrains, notamment juridique, pour attaquer le plan de sauvegarde de l’emploi. Le tribunal administratif de Bordeaux leur a d’ailleurs donné raison le 12 octobre.

La grève ultime, un facteur de l’Ain l’a lui aussi entamée en mai 2018 suite à une réorganisation. Il dénonce alors « une surcharge de travail et des conditions qui ne sont plus acceptables ». Il vit son geste comme une indignation et dit ne plus supporter de voir « ses collègues de travail tomber comme des mouches ». Là encore, toutes les autres options ont été tentées en vain jusque là, affirme-t-il. Pour lui, c’est la dernière « tentative pacifique ». Sa grève de la faim a duré 17 jours sans qu’il n’obtienne rien de la direction de La Poste. Sans être exhaustives, toutes ces grèves de la faim ont en commun de toucher à ce qui paraît essentiel aux yeux des salariés qui les mènent : sauvegarder leur emploi pour les uns, pouvoir exercer leur métier au service de la population pour les autres. Des exigence qui ne peuvent souffrir aucun compromis. Autre trait commun, celui de se heurter à un mur et d’avoir déjà tout essayé.

Des caractéristiques qui inspirent une autre grève de la faim cette fois étrangère au monde du travail : celle des opposants à la construction de la rocade de contournement de la ville de Strasbourg (GCO). Celle-ci est accusée de détruire des terres agricoles et de mettre en danger des espèces protégées. Les opposants ont été expulsés par 500 gendarmes au mois de septembre, et le nouveau ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a assuré que « le projet se poursuivrait ». Le 22 octobre, dix anti-GCO ont entamé une grève de la faim

https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/les-greves-de-la-faim-se-multiplient-dans-les-conflits-du-travail-11012437

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

No announcement available or all announcement expired.