Brésil : ce que réserve Bolsonaro aux femmes, aux travailleurs, aux homos et aux noirs

 

par Ivan du Roy

 

Le miracle que les Brésiliens humanistes espéraient encore la veille du second tour ne s’est pas produit : le candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro a été élu président avec 55 % des voix. Si son programme de gouvernement et les mesures concrètes qu’il prendra demeurent encore flous, sa vision du Brésil – et du monde – ne l’est pas : il l’a déclinée tout au long de sa carrière politique, depuis trois décennies, par de multiples déclarations et provocations, que nous vous présentons ici. Le Brésil selon Bolsonaro, c’est un Brésil aux ordres, sous l’égide de Dieu, où ceux qui naissent riches et favorisés le demeurent, où tous les autres sont intimés de rester à la place que les dominants leur auront assignée.

Le Brésil « est un État chrétien, et si une minorité s’oppose à cela, alors qu’elle dégage ! Faisons un Brésil pour les majorités. Les minorités doivent s’incliner devant les majorités ! La loi doit exister pour défendre les majorités. Les minorités doivent s’intégrer ou tout simplement disparaître ! » Telle est, résumée par le nouveau président, sa vision de la société brésilienne [1] : une vision exprimée abruptement, sans habillage, par la litanie des citations et déclarations prononcées par Jair Bolsonaro tout au long de sa carrière politique, en tant que député de Rio depuis 28 ans puis lors de sa campagne présidentielle lancée depuis plus d’un an.

Qui sont ces « minorités » qui doivent s’incliner sinon « dégager » ou « disparaître » ? Nous en faisons la liste ci-dessous : les femmes et les mouvements féministes, l’homosexualité et les mouvements LGBT, les Amérindiens, les Afro-descendants, les populations pauvres et les travailleurs. En clair : toutes celles et tous ceux qui ne daignent pas rester à la place que les classes dominantes – et blanches – leur assignent. Ceux qui sont considérés comme les alliés de ces « minorités » dans leur combat pour l’émancipation, ceux qui osent parler d’égalité, de droits à respecter ou d’environnement à protéger, figurent aussi en bonne place dans le viseur de l’ancien lieutenant de l’armée brésilienne : aux militants de gauche, de mouvements sociaux et d’organisations non gouvernementale, le nostalgique de la dictature militaire promet « l’exil ou la prison ». Quant aux « bandits » – les délinquants, ou présumés tels, des quartiers pauvres, pas les autres –, ce n’est même plus l’emprisonnement qui les attend, mais la mort, délivrée arbitrairement par une police toute puissante.

C’est cette vision du Brésil qu’ont choisi – par intérêt assumé, par ignorance ou par colère – 57,8 millions d’électeurs brésiliens (55 % des voix). Dans les mois qui viennent, le Brésil va ainsi devenir un laboratoire pour tous les mouvements nationaux-populistes qui progressent dans bien des endroits du monde, y compris en Europe. Un laboratoire qui confirmera ou non l’acceptabilité sociale de leur projet ultra-conservateur d’assignation sociale : conforme-toi à nos normes, à notre domination, reste à ta place sans faire de bruit, ou périt, brutalement ou lentement.

Combattre le féminisme, assumer les inégalités de salaire et la culture du viol

- « J’ai eu quatre fils et, pour le cinquième, j’ai eu un moment de faiblesse et c’est une femme qui est sortie. » (discours au Club hébraïque, Rio de Janeiro, 3 avril 2017) [2]

- « Je ne voudrais pas employer [une femme] avec le même salaire [qu’un homme]. Mais beaucoup de femmes sont compétentes. » (15 février 2016) [3]

- « Entre [embaucher] un homme et une jeune femme, qu’est-ce que l’entrepreneur pense ? Eh bien, cette femme a une bague au doigt, un peu enceinte, six mois de congé de maternité, et mignonne à croquer. Qui va payer la note ? L’employeur. Le rythme de travail sera cassé, et à son retour [de l’employée], elle aura encore un mois de vacances, c’est-à-dire qu’elle aura travaillé cinq mois en un an », explique -t-il lors d’un entretien donné en février 2015, pour justifier qu’une femme soit payée moins qu’un homme parce qu’elle peut tomber enceinte [4].

- « Je ne te violerai pas. Tu ne le mérites même pas », lance celui qui est alors député de Rio à Maria do Rosário, députée du Parti des travailleurs (PT), qui vient de rendre hommage aux travaux de la Commission nationale de la vérité sur les crimes commis par la dictature militaire au Brésil, en décembre 2014. Dans une interview, il réitère ses propos, se disant victime d’une agression : « Je ne suis pas un violeur. Mais si je l’étais, je ne la [Maria do Rosário] violerais pas, parce qu’elle ne le mérite pas. Elle est très méchante, et très moche. Ce n’est pas mon genre. »

- « Je suis un violeur maintenant !? Je ne te violerais jamais, parce que tu ne le mérites pas… salope ! Vas pleurer plus loin », avait-il déjà lancé à la députée Maria do Rosário, onze ans plus tôt, dans les couloirs du Parlement brésilien, le 11 novembre 2003 [5].

Combattre l’homosexualité

- « [Les homosexuels] ne trouveront pas la paix. Et j’ai l’immunité [du Congrès] pour dire que, oui, je suis homophobe, et très fier de cela si c’est pour défendre les enfants à l’école. » (5 juin 2013) [6]

- « Grosse gouine », lance-t-il lors d’un discours au parlement à l’intention de Eleonora Menicucci, ministre du droit des femmes, du gouvernement de Dilma Roussef (Parti des travailleurs, PT), le 1er avril 2013. Face à une réaction d’une députée du PSOL (gauche radicale), il répond que cette formation « est un parti de connards et de pédés ».

- « Si un couple homosexuel vient vivre à côté de chez moi, cela va dévaloriser ma maison ! S’ils se promènent en se tenant la main et en s’embrassant, cela le dévalorisera », déclare-t-il à la revue Playboy, le 7 juin 2011.

- « Si votre fils commence à jouer un peu gay, frappez-le avec du cuir et il changera de comportement. » (17 octobre 2010) [7]

- « Je serais incapable d’aimer un enfant homosexuel. Je ne vais pas me comporter comme un hypocrite ici : je préfèrerais que mon fils meure dans un accident de voiture plutôt que de le voir avec n’importe quel type moustachu. Pour moi, il serait mort. » (17 octobre 2010) [8]

- « Je ne me battrai pas et ne ferai aucune discrimination, mais si je vois deux hommes s’embrasser dans la rue, je les frapperai. » (19 mai 2002) [9]

Les Amérindiens, les afro-descendants et les écologistes

- « Vous n’aurez plus d’ONG [organisations non gouvernementales] pour étancher votre faim de gauche. Ce sera une purification jamais vue dans l’histoire du Brésil », lors d’un discours en vidéo prononcé le 21 octobre 2018 [10].

- « Si je [deviens président], il n’y aura pas d’argent pour les ONG. Ces gens sans valeur devront travailler », déclare-t-il, le 3 avril 2017, lors d’un discours à Rio de Janero. « Si j’arrive là, chaque citoyen aura une arme à feu chez lui. Vous n’aurez plus aucun centimètre [de terre] démarqué pour les réserves indigènes ou les quilombolas. » [11]. Les quilombolas sont des communautés, en général rurales, composées de descendants d’esclaves et dont le statut est protégé lorsqu’elles sont reconnues par l’État.

- Répondant à une actrice noire, le 28 mars 2011 lors d’une émission TV, qui lui demande ce qu’il ferait si son fils est amoureux d’une noire : « Je ne vais pas parler de promiscuité ni avec toi ni avec personne. Cela ne risque pas d’arriver, car mes fils ont été très bien élevés et n’ont pas grandi dans le type d’environnement qui, malheureusement, est le tien. » [12]

Contrôler les naissances des pauvres

- « J’aimerais que le Brésil ait un programme de planification familiale. Un homme et une femme instruits voudront difficilement avoir un enfant supplémentaire pour faire grossir un programme social », déclare-t-il le 23 mai 2018, à Brasilia. Le candidat d’extrême droite ne cache pas sa volonté d’instaurer un programme de contrôle des naissances visant les catégories populaires [13].

- « Il est inutile de parler d’éducation parce que la plupart des gens ne sont pas prêts à recevoir une éducation et ne s’instruiront pas eux-mêmes. Seul un contrôle des naissances peut nous sauver du chaos. » (Juillet 2008) [14].

Les travailleurs doivent rester à leur place

- « Le travailleur devra décider : moins de droits mais des emplois ou tous les droits mais le chômage », déclare-t-il lors d’un discours dans une banlieue riche de Floride, aux États-Unis, le 8 octobre 2017 [15].

Les militants de gauche : l’exil ou la prison

- « Ce groupe, s’ils veulent rester ici, devra se soumettre à la loi de chacun de nous. Ou sinon quitter le pays ou aller en prison. Ces marginaux rouges seront bannis de notre patrie », lors d’un discours en vidéo prononcé le 21 octobre 2018 [16].

- « Nous devons éviter que les marginaux, les terroristes du MST [le Mouvement des sans terre] continuent leurs actions barbares, là, au Brésil », déclare-t-il lors de sa tournée en Floride, aux Etats-Unis, le 8 octobre 2017. Le MST, qui fédère plusieurs centaines de milliers de paysans sans terres, demande depuis longtemps une réforme agraire et une redistribution d’une partie des terres au profit de l’agriculture familiale. Le MST n’hésite pas à occuper des terres inexploitées mais appartenant à de gros propriétaires fonciers, pour y permettre l’installation de petits paysans.

La nostalgie de la dictature

- « Avec le vote, vous ne changerez rien dans ce pays, rien, absolument rien ! Malheureusement, cela ne changera que lorsqu’un jour, nous déclencherons une guerre civile et accomplirons le travail que le régime militaire n’a pas accompli. Tuer quelque 30 000 personnes, à commencer par FHC [Fernando Henrique Cardoso, président (centre-droit) de l’époque], ne pas les mettre à la porte, mais les tuer ! Si des innocents vont mourir, bon, dans n’importe quelle guerre, des innocents meurent », lance-t-il, sur une chaîne de télé, le 23 mai 1999 [17].

- « Je suis en faveur d’une dictature, un régime d’exception », lance-t-il au congrès, en 1993, alors qu’il a été élu pour son premier mandat de député. Le nouveau président du Brésil est député depuis 28 ans…

- « Le pau-de-arara [technique de torture qui consiste à suspendre une personne par les pieds en lui attachant les jambes et les genoux à une barre métallique] fonctionne. Je suis favorable à la torture, vous le savez. Et les gens également y sont favorables » (23 mai 1999) [18].

On ne juge pas les délinquants, ou présumés tels, on les tue

- « Un bon bandit est un bandit mort », déclare-t-il régulièrement pendant sa campagne électorale.

- « Je donnerai carte blanche à la police pour tuer », déclare-t-il lors de son discours dans une banlieue riche de Floride, aux États-Unis, le 8 octobre 2017.

- « Si [un policier] tue dix, quinze, vingt personnes, il doit être décoré, pas poursuivi », dit-il au JT de Globo, la principale chaîne du pays, le 28 août 2018 [19].

Pour plus de détails, lire aussi cet article (en anglais) de The Intercept, celui de Big Browser (blog du Monde) ou le portrait de Jair Bolsonaro que nous avons publié il y a un an.

Ivan du Roy

Dessins : Rodho

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

No announcement available or all announcement expired.