Voiture électrique : une communication trompeuse de la part de la direction de l’UFC-Que Choisir

Mercredi 10 octobre 2018, la direction de l’association UFC-Que Choisir a lancé une campagne de promotion de la voiture électrique sur la base d’une étude dont les résultats sont habilement présentés de façon à lui faire dire… l’inverse de la réalité.

JPEG - 109 ko

.
Note préalable : l’Observatoire du nucléaire précise que, s’il critique fortement (et à juste titre) la voiture électrique, il ne fait pas pour autant la promotion de la voiture thermique (essence ou diesel) qui est, elle aussi, une calamité environnementale et sociale.

.

– La direction de l’association UFC-Que Choisir lance, en faveur de la voiture électrique, une campagne de communication parfaitement trompeuse.

– La direction de l’UFC-QueChoisir collabore avec celle du distributeur Enedis dans le but de favoriser le développement industriel du duo “compteur communicant Linky / Voiture électrique”, et ce au détriment des intérêts des citoyens.

.

Ce mercredi 10 octobre 2018, la direction de l’association UFC-Que Choisir a lancé une campagne de promotion de la voiture électrique sur la base d’une étude dont les résultats sont habilement présentés de façon à lui faire dire… l’inverse de la réalité.
.
En effet, c’est seulement par le biais des fortes subventions publiques (totalement injustifiées, cf ci-dessous) dont elle bénéficie que la voiture électrique est artificiellement rendue compétitive.
.
Cette donnée cruciale est certes évoquée par UFC-QC, mais de façon si délibérément discrète qu’elle passe inaperçue. Le résultat ne s’est pas fait attendre, de nombreux médias titrent aujourd’hui sur le fait que posséder une voiture électrique serait économiquement avantageux, alors que c’est totalement faux.
.
La direction de l’UFC-QC ne triche pas seulement sur l’aspect financier mais aussi sur le plan environnemental, en particulier sur la question des émissions de CO2, en demandant par exemple que soit mis en place “un protocole de mesures des émissions de CO2 et de consommation des voitures en condition de conduite réelle“, ce qui ne peut que privilégier la voiture électrique.
.
Or, ce que ne dit pas l’UFC-QC, c’est que la fabrication des batteries d’une voiture électrique émet en CO2 l’équivalent de 10 à 15 ans d’utilisation d’une voiture thermique, et ce avant même que la voiture électrique n’ait parcouru le moindre kilomètre ! (*)
.
A cela il faut ajouter les très graves conséquences environnementales et sociales causées par l’extraction des matériaux nécessaires à la fabrication de ces batteries, en particulier les filières du graphite et du lithium. Mais il est vrai que ces graves pollutions sont délocalisées : la voiture électrique permet à des urbains occidentaux privilégiés de rouler prétendument “propre” tout en polluant gravement à des milliers de kilomètres. (**)
.
Qui plus est, il est tout aussi injustifiable de recharger les batteries avec de l’électricité majoritairement nucléaire (comme en France) qu’avec de l’électricité produite par des centrales au charbon : c’est la peste et le choléra.
.
Ces graves tares de la voiture électrique suffisent à rendre totalement injustifiées les subventions publiques massives déployées par l’État en faveur des bornes de rechargement et de l’achat des voitures électriques : il est absurde de gaspiller ainsi l’argent public pour remplacer des voiture gravement polluantes (thermiques) par d’autres voitures gravement polluantes (électriques).
.
Cette communication trompeuse de la part de la direction de l’UFC-QC est à rapprocher de sa collaboration avec le distributeur Enedis en faveur du déploiement du compteur espion Linky, ce qui a déjà valu à l’UFC-QC une condamnation en justice (***).
.
Le distributeur Enedis et sa maison mère EDF ont en effet des intérêts industriels et financiers gigantesques à ce que soient développés conjointement les voitures électriques et les compteurs Linky, ces derniers devant servir à réguler le rechargement d’un parc de batteries de voitures électriques.
.
Il a été montré de quelle façon la direction de l’UFC-QC est en affaire plus que trouble avec celle d’Enedis (****), ce qu’illustre son engagement objectif, au détriment de ses propres adhérents et des citoyens en général, en faveur du programme Linky (qu’elle fait mine de critiquer… tout en demandant son “amélioration” !) et aujourd’hui de la voiture électrique.

.http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article357
.

(*) https://www.lemonde.fr/economie/article/2015/10/23/emissions-de-co2-l-impasse-de-la-voiture-electrique_4795636_3234.html

(**) https://reporterre.net/Corruption-pollution-consommation-les-ravages-du-lithium-en-Argentine

(***) https://www.sudouest.fr/2018/01/11/compteurs-linky-que-choisir-perd-son-proces-contre-le-girondin-stephane-lhomme-4101422-4697.php

(****) http://refus.linky.gazpar.free.fr/linky-ufc-que-trahir.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.