Second bras d’honneur de l’exécutif sur fond de coupe du monde et même la vraie gôche tombe dans le panneau Pendant la coupe du monde la destruction du modèle social, entamé par celui du service public ferroviaire, continue.

mercredi 18 juillet 2018

On aura connu le représentant de la France Insoumise plus prudent et rétif aux sirènes du capitalisme-neo-libéral-mondialo-heureux. La coupe du monde de football, vitrine éclatante de la marchandisation de tout, y compris des joueurs objets de spéculations sur un « mercato » comme à la foire aux bestiaux, à peine achevée que les prédictions de lendemains qui déchantent se concrétisent. Alors qu’une partie des merdias continue de nous maintenir sous soporifique à coup de « que vont faire les joueurs » et autres reportages élogieux au plus près de l’action et tandis que l’autre partie nous promène à coup de mise en examen du très honnête homme de convictions solère ou d’un sujet qui doit bien concerner allons 1 % voire moins de la population (ha ces questions sociétales de droits individualo-individualistes, comme le mariage pour tous, qu’elles détournent bien les foules des vraies préoccupations), la casse du modèle social à la française issu du CNR continue à coups redoublés.

Alors qu’une personne aussi avisée que JL Mélenchon, se laisse imprudemment aller à l’euphorie sur-faite et spontanée comme un discours de l’énarque-président, ambiante, les « pisse-vinaigre », accusés d’être anti footeux, voient leurs avertissements près de se confirmer. Comme Kaa dans le livre de la jungle, la victoire des joueurs français en Russie, a hypnotisé ceux qui seront les premiers à subir la destruction du service public français où chacun accède à titre gratuit aux mêmes prestations quelques soient la situation ou les revenus. Tandis que les 3000 familles les plus riches, après la suppression de l’ISF et de l’exit-tax, se frottent les mains, ce gouvernement composé d’un ramassis de traites opportunistes de tous bords, mais tous assurément convaincus du bien-fondé de l’individualisme, de l’égoïsme, de rêves d’enrichissement et des bienfaits du néo-libéralisme mondialisé heureux, continue méthodiquement son œuvre de destruction de tout le système public français.

Ainsi que nous l’apprend capital sur des indiscrétions publiées dans le Figaro, non seulement la DGFIP devra rendre des effectifs (et quoi de mieux pour limiter les capacités d’action de ceux qui luttent contre la fraude fiscale) mais nombre de missions et non des moindres (la surveillance des frontières qui protège contre les trafics de stupéfiants, d’armes, d’humains, de produits impropres voire dangereux), vont se voir attribuées à des agences privées. Opérateurs privés qui comme chacun le sait sont particulièrement efficaces, comme l’a démontré le système bancaire lors de la crise des subprimes, qui ne détourne en aucun cas la plus importante partie de la création de richesses pour la dissimuler dans les paradis fiscaux ou qui comme telle grande société du secteur laitier jamais ne privilégiera le chiffre d’affaires à la santé des nourrissons. Nous voilà ainsi rassurés sur ce qui nous attend. Des économies budgétaires dont nous ne verrons jamais la couleur puisqu’elles viendront couvrir les manque à gagner des suppressions de l’ISF et autres aberrations type CICE ou CIR, qui ont coûté un pognon de dingue pour une création minable d’emplois de merde. Pour ce qui est des sectaires du capitalisme-neo-libéral et mondialisation heureuse, après la propulsion à la tête d’un Etat d’un médiocre mu par l’unique ambition de soi, une seconde victoire du dispositif de manipulation de masse merdiatique sur les esprits.

Tandis que des décérébrés s’imprègnent à la bière en agressant sexuellement des dindes, tandis que la colère populaire qui a trouvé à s’exprimer sur les champs sous une prompte et brutale répression policière toujours empressée à défendre les biens des puissants, la casse continue pour le plus grand plaisir de ceux qui jouissent de voir à quel point nous pouvons être sots et désunis. Eux ont une conscience aiguë de classe et de ses intérêts. Nous nous en sommes à un représentant de la « vraie gôche » traitant ceux qui n’ont pas perdu toute lucidité sur ce qui s’est joué là dans cette « victoire » de pisse-vinaigre, sans qu’on ne comprenne trop s’il est réellement transporté (mais par quoi) ou prêt tout pour ramasser des voix.

En attendant, rendez-vous pour une rentrée qui déchante.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article160117

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.