Le syndicalisme au service du politique : Mélenchon veut marquer le point

8 avril 2018 Grégoire Capelle
syndicalisme

Jean-Luc Mélenchon réunit syndicalistes et associations autour de lui à Marseille pour une manifestation « anti-Macron » le 14 avril, en attendant de reproduire nationalement l’initiative. En reprenant la main, il se positionne comme l’alternative politique de remplacement à un gouvernement jugé fragile, quitte à donner pour fonction au syndicalisme de se mettre au service de son dessein politique. Déjà, lors des mobilisations contre les ordonnances de la loi travail, il vilipendait le dogme de l’indépendance syndicale en s’attaquant à la Charte d’Amiens, dépassée selon lui.

À l’automne dernier, Jean-Luc Mélenchon, en déplacement à Athènes, a violemment tempêté contre les organisations syndicales dans le cadre des lois dites Macron. Au cœur du problème, comme il l’a expliqué ensuite sur son blog, « le dogme du mouvement social indépendant de la politique », qui aurait selon ses mots « montré sa limite ». Pour le tribun désormais marseillais, à cause de cette division, Emmanuel Macron aurait tout simplement remporté la bataille. Il affirme depuis lors l’impérieuse nécessité d’une « jonction » entre les partis politiques, les syndicats et les associations, dans le but d’opposer la force la plus unitaire possible face aux offensives néolibérales.

Cette sortie médiatique de Jean-Luc Mélenchon a fait resurgir un débat historique sur le lien unissant partis et syndicats. Pour les uns, les syndicats ne doivent être que des courroies de transmission pour le parti, seul à même d’assurer politiquement la représentation du peuple et des travailleurs. Pour d’autres, l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes, se référant à la devise de la première internationale ouvrière dont le syndicalisme tire ses origines. Une vision laissant peu de place au rôle de représentation politique des partis. En France, le syndicalisme, en particulier révolutionnaire apparaît comme un mouvement autonome porteur d’un projet spécifique de transformation sociale. L’historien David Rappe en résume les principales caractéristiques : « Anticapitalisme, antiétatisme, projet social révolutionnaire, grève générale et autonomie par rapport à toutes formes de représentation politique comme moyen d’y parvenir ».

Chartes d’Amiens : un texte de compromis

Cette question de l’indépendance des syndicats vis-à-vis des partis a été mise à l’ordre du jour du neuvième congrès de la CGT à Amiens en 1906. Elle a été tranchée par un vote très majoritaire des délégués en faveur de la motion portée par les anarchistes et ralliée par diverses tendances socialistes. Depuis lors, au moins théoriquement, le syndicalisme n’entretient aucun rapport avec les partis politiques. Il faut bien entendu relativiser l’influence de cette stricte séparation. Dans les faits, au cours des décennies suivantes, la CGT a longtemps été inféodée au PCF et la CFDT entretient encore aujourd’hui des liens troubles avec le PS. Par ailleurs, les réponses faites à Jean-Luc Mélenchon par toutes les grandes centrales syndicales visaient, en quelque sorte, à empêcher l’élu des Bouches-du-Rhône de braconner sur leurs terres. Une forme de division de travail : aux partis politiques la politique, aux syndicats la défense des revendications des travailleurs.

Comme le constatait David Rappe en 2006 : « le poids du PCF sur le mouvement ouvrier en général et sur la CGT en particulier, était aussi le reflet de l’abandon tout au cours du siècle du principe d’autonomie ouvrière et la mise en place d’une division des rôles entre syndicats et partis. » Pourtant, à observer de près la Charte d’Amiens, dont se réclament encore la plupart des organisations syndicales, la CGT d’alors souhaitait opérer sur deux fronts en même temps. Celui des revendications immédiates, mais aussi celui, plus profond, de la transformation de la société. Un objectif depuis perdu de vue, excepté dans les textes de la CNT ou de Solidaires.

Jean-Luc Mélenchon, un socialiste moins jauressien que guesdiste

Dans ce débat renouvelé, Jean-Luc Mélenchon partage un certain nombre de points communs avec un de ses grands prédécesseurs : Jules Guesde. Ce nom est désormais peu familier du peuple de gauche, mais Guesde a été une figure majeure du premier socialisme français. Comme Mélenchon, Guesde était un grand orateur, un polémiste virulent, un habile propagandiste plutôt qu’un théoricien. « Il y a une volonté d’efficacité chez Jules Guesde et ce qui marche à l’époque c’est le modèle allemand », précise l’historien Jean-Numa Ducange, auteur d’une biographie sur le créateur du premier parti socialiste français. Autrement dit, un parti fort et influent qui entend fédérer, sous sa bannière, toutes les forces opposées au système capitaliste. De là, pour Guesde, « la question syndicale en tant que telle devient secondaire », ce qui prime étant l’hégémonie à gauche.

De ce fait, guesdistes et syndicalistes se sont souvent opposés. « Dans le Nord, fief historique de J. Guesde, il s’affronte aux dirigeants de la CGT. Cela peut être violent », rappelle Jean-Numa Ducange. Un degré d’hostilité qu’on peut mesurer en feuilletant un ouvrage d’Émile Pouget intitulé Variations guesdistes. Il y recense les évolutions doctrinales des socialistes qu’il qualifie d’autoritaires. Pour celui qui fut l’un des principaux rédacteurs de la Charte d’Amiens, Guesde « avant de devenir le Saint-Paul du marxisme […] a coqueté avec les anarchistes ». Depuis, selon l’auteur du Père Peinard, il serait devenu un simple « opportunard » obsédé par les joutes parlementaires et les résultats électoraux : « La folie de gouverner les tourneboule et leur horizon se limite aux quatre murs de la chambre des députés ».

Jean-Luc Mélenchon revendique souvent son appartenance au socialisme. Cependant, il s’inscrit davantage, comme tous les socialistes, dans la droite ligne de Jean Jaurès. À tel point d’ailleurs qu’il a longtemps cherché à s’asseoir dans le même siège que le député tarnais à l’Assemblée nationale. Néanmoins, à aucun moment, il n’associe son image à celle de Jules Guesde pourtant cofondateur du même parti socialiste. Les points de convergence sont pourtant nombreux : une certaine fermeté doctrinale, des idées simples d’une grande efficacité, la présence de propagandistes doués (François Ruffin, Alexis Corbière), la volonté d’unifier toutes les tendances dans un parti structuré dont il assurerait la direction.

La raison en est simple. « Jules Guesde est désormais perçu comme une figure négative de l’histoire de la gauche. », énonce l’historien. Son positionnement dans l’affaire Dreyfus et son ralliement à l’Union Sacrée en 1914 ont achevé de le placer dans le camp du dogmatisme forcené voire du complet retournage de veste. Des épithètes qu’il est aujourd’hui difficile de faire siennes. Reste que pendant longtemps, comme le souligne Jean-Numa Ducange, « Guesde pense que son courant va triompher ». Sans doute encore un point commun entre Jean-Luc Mélenchon et lui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.