Après le goupillon, le sabre

1 décembre 2017 par Floréal

Après le curé célébrant Franco et son coup d’Etat de juillet 1936 dans une église de Valence, le 21 novembre dernier (voir « Célébration très chrétienne d’un dictateur »), c’est au tour de Mariano Rajoy, président du gouvernement espagnol et ardent démocrate, de se distinguer dans le même domaine.
A Marín, une ville de la province de Pontevedra, en Galice, une rue portant le nom d’un militaire factieux et franquiste, l’amiral Salvador Moreno, a été débaptisée il y a dix ans, dans le cadre de la loi sur la mémoire historique, et s’est vu attribuer en échange le nom de la poétesse galicienne Rosalía de Castro. Rendant visite à des militaires dans cette ville, le 30 novembre, Mariano Rajoy, lui-même originaire de Galice, s’est étonné de ce changement de nom : « J’ai vécu de nombreuses années à côté de l’école navale de Marín, dans la rue Salvador Moreno. Maintenant je ne sais pas pourquoi ils ont changé le nom de la rue. Moi je continue à l’appeler ainsi », a-t-il déclaré. Président du gouvernement d’un pays démocratique, il ne voit pas pourquoi…
Rappelons que Rosalía de Castro est l’auteur du poème Galice qui, adapté en français par Luc Bérimont et mis en musique par José Niza, a donné une très belle chanson interprétée par Marc Ogeret. Mais Mariano Rajoy préfère sans doute la musique militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.