A propos de « Ni Dieu ni maître – Une histoire de l’anarchisme »

Proudhon peint par Courbet
12 avril 2017 par Floréal

Le documentaire « Ni Dieu ni maître – Une histoire de l’anarchisme », réalisé par Tancrède Ramonet, était diffusé sur la chaîne Arte, mardi 11 avril. Commençons donc par saluer cette chaîne pour avoir osé aborder un sujet habituellement réservé, quand il est traité, aux bouche-trous de l’été, à des horaires ne pouvant satisfaire que les insomniaques. Signalons également combien l’histoire de femmes et d’hommes dépourvus d’ambitions personnelles, luttant pour une égalité, une liberté et une fraternité véritables, est venue apporter une bouffée d’air frais et agréablement respirable au cœur d’une période marquée par la politicaillerie la plus vulgaire, campagne électorale oblige.
Dans l’ensemble, ce documentaire, qui présente un premier intérêt en abordant l’histoire mondiale de l’anarchisme, et non plus seulement celle des principaux pays européens où ce courant de pensée joua un rôle important, se révèle très honnête et de nature à fournir une première approche intéressante à qui ne connaît rien ou pas grand-chose en la matière. Il pourra même, espérons-le, amener les non-initiés à approfondir le sujet, une littérature abondante étant désormais disponible. Les connaisseurs, eux, trouveront bien sûr à redire sur certains points de détail, ce qui est inévitable pour ce type de travail, l’abondance des informations fournies se devant d’être condensée.
Pour ma part, il m’a semblé fort discutable, par exemple, d’enrôler aussi aisément Marinus van der Lubbe, l’incendiaire du Reichstag en février 1933, dans les rangs anarchistes. Une grande confusion suit également l’information sur la tenue d’une « Conférence internationale pour la défense sociale contre les anarchistes », tenue à Rome en 1898, où se retrouvèrent les représentants d’un nombre important de gouvernements du monde entier. Pour souligner l’inefficacité de cette rencontre, le commentateur dresse une liste de têtes couronnées et de chefs d’Etat « tombés sous les coups des anarchistes » au cours des années suivantes. Or il est évident que certains des meurtriers de ces personnages importants n’ont rien à voir, ni de près ni de loin, avec l’anarchisme. C’est le cas, par exemple, de Gavrilo Princip, l’assassin de l’archiduc François-Ferdinand, en juin 1914, qui était un nationaliste yougoslave totalement étranger à l’anarchisme et pourtant curieusement inclus dans la liste qu’égrène la voix off.
Au début du second volet, sur fond de carte du monde indiquant les pays où le mouvement anarchiste fut solidement implanté, le même commentateur se laisse quelque peu emporter par son sujet en affirmant sans rire qu’il fut une époque « où l’anarchisme domina le monde ». Tout doux, l’ami, n’exagérons rien…
Dans l’ensemble, les interventions des historiens et personnalités invitées à s’exprimer apportent un éclairage bienvenu sur chacun des épisodes évoqués dans cette longue histoire, à l’exception sans doute de Frank Mintz évoquant la plateforme d’Archinov et qui, une fois de plus, apparaît davantage ici sous un jour militant plutôt que sous celui d’un historien rigoureux, même occasionnel. Rappelons, car cela n’a pas été précisé, que cette fameuse plateforme fut très largement rejetée par les diverses organisations et principaux penseurs de l’anarchisme, tels Malatesta, Voline et d’autres, et y compris d’ailleurs par le mouvement libertaire espagnol, le plus organisé et le plus constructeur.
Mais, répétons-le, ce documentaire, qui embrasse la période s’étendant de 1840 jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et qui présente le mérite supplémentaire de ne rien omettre des erreurs, des égarements et des épisodes très controversés comme celui de la « propagande par le fait », demeure une excellente introduction à une histoire de l’anarchisme trop largement méconnue.
On trouvera les deux volets de ce documentaire ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.