Grève du Samu social et des professionnel.le.s de l’urgence sociale pour dénoncer le manque de places d’hébergement dans le Rhône

Publié le 18 janvier 2017
1 complément

Le Samu Social refuse d’être le complice silencieux de la détresse qu’il observe chaque jour. Il ne peut se taire face à ces vies chaque jour mises en péril.
Alors que le 115 est sensé avoir une mission d’écoute, d’orientation et de mise à l’abri, il est aujourd’hui dans l’incapacité de répondre aux appels, face à l’explosion de la demande. Malgré les annonces ministérielles, le peu d’appels décrochés ne donnent pas lieu systématiquement à une proposition de solution, faute de place. Le 115 ne peut plus supporter de faire attendre les personnes 30 minutes au téléphone pour leur annoncer que cet appel était vain.

Parce que en dépit de l’annonce du ministère de l’intérieur, en cette période de grand froid, hier, à Lyon des hommes, des femmes, des enfants sont encore restés sans solution.
Parce que, il est irresponsable de se satisfaire de l’ouverture temporaire de gymnases.
Parce qu’il faut enfin sortir de cette gestion au thermomètre et pouvoir proposer de vraies solutions à la question du sans-abrisme.
Le samu social et les professionnels de l’urgence sociale de Lyon maintiennent leur grève du jeudi 19 janvier 2017.
Comment le Préfet pouvait-il imaginer que 340 places grand froid permettrait le « zéro personne à la rue » promis par le Ministre de l’Intérieur, lorsque 1500 personnes appellent le 115 sans se voir proposer de solution ?

Aujourd’hui, le Samu Social tourne dans les rues de Lyon sans pouvoir proposer de solutions d’hébergement à toutes les personnes à la rue qu’il rencontre.
Nous, professionnels de l’urgence sociale refuserons, jeudi 19 Janvier, de jouer la mascarade consistant à faire tourner la machine à vide ou presque pour faire croire que tout le monde est à l’abri. Nous serons donc en grève parce que nous le devons aux personnes que nous accompagnons, au nom de leur dignité et de notre éthique professionnelle.

Nous demandons :

 L’application, à Lyon, des consignes ministérielles demandant à ce que personne ne soit contraint de dormir à la rue en période de grand froid.

 L’ouverture immédiate des places restantes prévues dans le cadre du plan froid, ainsi que leur continuité après l’hiver.

 La fin de l’hypocrisie des chiffres et des remises en question perpétuelles des besoins des personnes à la rue. Nous souhaitons un travail en collaboration car les besoins de terrain sont connus des équipes et il est irresponsable de feindre de les découvrir ou tenter de les cacher en période de grand froid.

 La création de places supplémentaires et adaptées pour une prise en compte réelle de la situation des personnes à la rue dans le Rhône et ce dans une politique sociale ambitieuse. Dans l’urgence, face à la crise, nous appelons à la mise à disposition des logements et bâtiments vacants (réquisition des bâtiments publics et appel aux propriétaires privés), afin de respecter la loi qui stipule que toute personne en situation de rue doit se voir proposer une solution d’hébergement.

Lors de cette journée de grève, nous vous invitons à venir écouter nos vœux et répondrons à vos questions. Nous serons place de la République dès 15h, déclaration publique des vœux et conférence de presse à 16h.

Le collectif PUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.