Les temps difficiles (hommage à Léo Ferré)

26 août 2016 par Floréal

Photo Marcel Lannoy

Il y a cent ans naissait Léo Ferré. Au long de son parcours, en fonction de l’actualité du moment, il avait écrit plusieurs versions d’une même chanson, « Les Temps difficiles ». A son tour, l’auteur compositeur interprète Bernard Joyet avait repris le flambeau en proposant, au fil des ans, à l’occasion de divers galas, quatre autres versions très brillantes de cette chanson. C’est en regardant et en écoutant une vidéo de l’une de ces versions, sur un réseau social, que m’est venue l’idée d’écrire mon propre texte. C’est un exercice amusant et stimulant, et ce sera, accessoirement, un hommage modeste au poète monégasque né il y a un siècle et qui nous a laissé quelques chefs-d’œuvre.

Quand la gauche perd les élections
C’est jamais pass’ qu’elle est trop con
C’est la faute aux abstentionnistes
Et pire encore aux anarchistes
Les temps sont difficiles

Il va falloir attendre cinq ans
C’est long cinq ans, c’est épuisant
Ça va nous faire cinq ans d’perdu
Avant d’être à nouveau cocus
Les temps sont difficiles

A gauche, y’a des priorités
Pas les pauvres, pas les ouvriers !
Voler au s’cours d’la religion
C’est meilleur pour les élections
Les temps sont difficiles

Y’a deux ans ils étaient Charlie
Les voilà maint’nant burkini
Que s’écoulent encore quelques mois
Et ils défendront la burka
Les temps sont difficiles

A droite, revoilà Sarkozy
Et ça fait déjà beaucoup d’bruit
Mais dans l’concert de ce mariolle
On entend surtout les cass’roles
Les temps sont difficiles

Les élections c’est très primaire
De Fillon à Bruno Le Maire
Ça volait déjà pas très haut
Et voilà qu’arrive Morano
Les temps sont difficiles

Pour le futur présidentiable
Les voilà déjà treize à table
Jean-François Copé passe les plats
Au menu : pain au chocolat
Les temps sont difficiles

Juppé arrose ça au bordeaux
Et trinque avec la Kosciusko
Mariton boit de l’eau bénite
Mais pour lui les carott’ sont cuites
Les temps sont difficiles

D’Henri Guaino à Rama Yade
Douze au moins vont rester en rade
Ils iront se faire voir ailleurs
Sans doute pas aux Restos du cœur
Les temps sont difficiles

Les Français n’ont plus le moral
Car tout va de plus en plus mal
Mais la mémoire leur fait défaut
Alors ils sourient aux fachos
Les temps sont difficiles

Avec le borgne Jean-Marie
Ils goûtaient aux eaux de Vichy
Puis ont trouvé chez la Marine
Un meilleur goût à sa bibine
Les temps sont difficiles

Un jour faudra bien réagir
On pourra de nouveau sourire
Quand Marion Maréchal-Le Pen
Finira à Sigmaringen
Les temps sont difficiles

Les gagneurs sont désespérés
Ils foutent le camp à l’étranger
En Suisse ou bien à Monaco
Le pognon est leur seul credo
Les temps sont difficiles

Depardieu parti à Grozny
Hallyday aux Etats-Unis
Mais dans cette fuite des cerveaux
On a conservé Morano
Les temps sont difficiles

Bref, les amis, c’est pas la joie
Mais qu’on ne compte pas sur moi
Pour la farce de l’isoloir
Je préfère mon drapeau noir
En ces temps difficiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.