Petite hyène

Publié le 13 mai 2016
Paris |

Jeudi, j’ai reçu un coup de matraque, et des coups de poings. Non, pas de la part des flics. De ta part à toi, camarade de la CGT.

Il est un peu plus de 15h30 quand nous arrivons en vue de la Place Vauban. Toi, tu trustes la tête du cortège avec tes petits copains de FO et de la CGT. Tu formes le service d’ordre. Tu joues les durs, les virils, les costauds. T’es là pour montrer tes muscles et prouver que tu sais encadrer une manif. Je suis un peu plus loin, façon estival, vêtu léger et sans rien pour m’encombrer. J’ai prévu d’aller pique-niquer devant l’Assemblée.
Tes allures de guerrier, je m’en tamponne.

Il est un peu plus de 15h30 quand nous arrivons en vue de la Place Vauban. Sur ma droite, ça chahute entre autonomes et service d’ordre. Ça se bouscule, ça crie, ça balance. Sur la gauche du bitume où je me trouve, les gens ne comprennent pas vraiment ce qu’il se passe, on s’interroge. Jusqu’à ce que deux de tes potes sortent des gazeuses. D’autres exhibent des bâtons, et des matraques télescopiques. Avec la complaisance de la police.
Et tu charges.

Tu charges la foule. Une première fois. Avant de te replier, faisant face à la manif qui hurle des “milice !” et des “dégage !”. Puis une seconde fois.
C’est à la seconde charge qu’on se rencontre tous les deux.
Moi qui n’ai ni sac, ni casque, ni masque, ni lunettes, ni foulard, ni armes. Toi qui as une matraque télescopique dans les mains et un brassard CGT.

Je me protège la tête comme je peux. Tu cognes, avec au moins deux de tes potes qui se joignent à toi. Je sens des poings, je sens ta matraque. Avec de l’aide, je peux m’éloigner de ta rage.
De ta violence.
Mon crane saigne. Une douleur au mollet droit, à la main gauche, une bosse à la droite du crane et une plaie saignant abondamment à l’occiput. Une première équipe de street-médics me prend en charge avant qu’une seconde ne m’évacue de la manif.
C’est un peu compliqué de prodiguer des soins dans un bain de lacrymo…

Tu seras, je pense, ravi d’apprendre que tu m’as envoyé à l’hosto.
La localisation des coups, alors que je protégeais ma tête, témoigne de ton acharnement, de ta volonté de faire mal, de ta rage. Tu t’es défoulé sur un manifestant qui n’avait aucune arme, aucune protection.
Tu as fais le plus sale boulot des plus sales flics.

Oui, crois-moi, ta matraque et toi, vous serez plus en harmonie avec la bleusaille. D’ailleurs, c’est derrière leurs boucliers que tu es parti te réfugier après avoir défoulé ta hargne…
Tu fais honte à ton syndicat.
Tu fais honte à ses militants.
Tu fais honte aux travailleurs que tu prétends défendre.

Tu fais un bel exemple de lâcheté, toi et ton substitut télescopique de virilité en acier trempé.
Cognant au hasard de la foule, avec la complaisance des flics, tu n’opposes par contre pas la moindre résistance à la violence d’État.
Tu mords les plus faibles, et tu t’écrases devant les plus forts.
Petite hyène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.