Interview d’un volontaire français dans les YPG

mercredi 13 janvier 2016, par admi2

La situation ne fait qu’empirer dans le Bakur [Kurdistan nord dans l’Etat turc], avec des niveaux de répression qui s’apparentent à une nouvelle guerre civile. Comment les gens et les militants (dans le Rojava, mais aussi ailleurs dans le Kurdistan) voient-ils cette guerre qui s’annonce et s’amplifie au nord ? (Cet interview a été réalisé avant les dernières exécutions de Kurdes en Turquie et l’attentat d’Istambul)

Il est difficile de vous dire comment les gens voient cette guerre dans le Kurdistan nord, dans la mesure où je me trouve au Rojava. La guerre civile au Bakûr, qui a déjà commencé, est omniprésente ici. Cela est dû, dans une large mesure, à la présence importante de militants du Bakûr au Rojava. S’il est sans doute abusif, comme le font parfois certains médias, de présenter le PYD et les YPG comme la « branche syrienne du PKK », il est clair que les militants du PKK ont joué le rôle principal dans la formation des YPG. Aujourd’hui encore, la grande majorité des cadres des YPG sont issus du PKK, même si le gros de leurs troupes a été recruté localement. Cela ne procède nullement d’une volonté d’hégémonie ou d’un mépris du PKK envers les « locaux », mais plutôt de la longue expérience de combat des premiers. Il est par ailleurs difficile de vous donner des proportions, même approximatives, car de nombreux militants du PKK cachent, à tout le moins aux occidentaux présents sur place, leur appartenance passée ou présente à cette organisation, toujours considérée comme « terroriste » en Europe, pour des raisons diplomatiques.
On comprend donc aisément que la guerre entre les YPG et l’Etat islamique soit perçue, par les combattants YPG du Bakûr et du Rojava, comme le théâtre local d’un conflit général plus large, en tout cas comme indissociable de la répression de l’Etat turc contre les militants kurdes. L’analyse faite par les chaînes de télévision pro-kurdes prisées des combattants (proches du PKK comme Mednuçe ou du PYD comme Ronahî TV) tranche radicalement, à cet égard, avec le traitement des médias occidentaux qui prennent soin de dissocier ces deux conflits.
On peut certes questionner, objectivement, l’unité du Kurdistan et des conflits en cours dans les différents tronçons, qui répondent plus à des dynamiques « nationales » différentes qu’à une « question kurde » unique. La carte, la représentation d’un Kurdistan un et indivisible dont le partage ne serait que momentané, un accident de l’histoire sont sans doute une construction identitaire, un élément central du discours national des différentes organisations kurdes ; il n’en demeure pas moins que l’arrivée massive de militants du PKK « turc » en Syrie et l’intervention de l’Etat turc dans ce pays ont objectivement imbriqué les deux conflits dans une même problématique.”

La réaction d’Erdoğan est en partie liée à la situation en Syrie, notamment celle de ses divers protégés et proxies (ISIS, al-Nosra, Ahrar al-Sham…). Or aujourd’hui, ceux-ci perdent du terrain ainsi que ceux de l’Arabie saoudite (situés eux surtout dans le sud du pays). Les prochaines batailles des SDF (Forces démocratiques de Syrie, dont les YPG/J forment la principale force), en direction de Mabij et Jarabulus (ouest de l’Euphrate) et dans la région d’Azaz (nord d’Alep), sont des « lignes rouges » pour le régime turc, qui ne cesse de le réaffirmer, surtout qu’il y a (surtout dans la zone d’Azaz) en face des SDF des unités spécifiquement turkmènes, entièrement armées et financées (et encadrées) par des Turcs liés à l’appareil d’État, aux mouvances AKP et MHP (Loups gris, cercles ottomanistes, etc.) La Turquie prendrait-elle le risque de défendre militairement ses « lignes rouges » et donc de pénétrer sur le sol syrien alors que la Russie veille et qu’en l’état actuel des choses, Poutine n’hésitera pas à frapper ? Mais, vu sa rhétorique actuelle, Erdoğan peut-il renoncer à combattre les ‟terroristes” kurdes au sud de sa frontière qui engrangent les victoires sur le terrain ? Dans quelle mesure, sa guerre contre les Kurdes de Turquie n’est-elle pas le prix qu’il fait payer au mouvement kurde dans son ensemble pour la relative mais réelle réussite de la lutte menée par les Kurdes au Rojava (qu’Erdoğan interprète comme une menace, le début d’une défaire ou une défaite à venir) ?

En l’état, il est improbable que la Turquie intervienne directement en Syrie. Cet avis est partagé par la plupart des combattants ici. La Turquie n’était pas intervenu militairement contre les YPG (à l’exception de quelques tirs à la frontière) afin de ne pas froisser son allié américain, on imagine mal qu’elle le fasse aujourd’hui, quand l’entrée en scène de la Russie vient compliquer un peu plus le conflit syrien. Sans doute faut-il interpréter en ce sens la récente attaque contre le barrage de Tishrin et la percée vers Manbij, qui montrent que les YPG ne craignent plus une intervention armée turque directe et franchissent allègrement les « lignes rouges » fixées par Erdoğan. Sans doute l’Etat turc se limitera-t-il à soutenir financièrement et militairement tel ou tel acteur du conflit syrien, comme par le passé, mais on imagine mal que ceux-ci puissent jouer à l’avenir un rôle décisif face au régime et aux YPG, les deux bêtes noires de la Turquie.
En ce qui concerne l’intervention de la Russie en Syrie, il est intéressant de noter qu’elle a été perçue de façon très positive par les combattants que j’ai côtoyés, ce pour plusieurs raisons. D’abord, les frappes russes donnent du fil à retordre aux djihadistes, l’ennemi commun, ce qui est du pain béni pour les YPG. Ensuite, le soutien diplomatique et surtout militaire se limitait pour l’heure à celui des Etat occidentaux, Etats-Unis en tête, ce qui introduisait de fait une relation de subordination des YPG vis-à-vis de ce pays. Aucun contact officiel n’a, à ma connaissance, eu lieu entre la Russie et les YPG, mais la possibilité d’une entente ou d’opérations communes permet de relâcher la bride occidentale sur les YPG qui peuvent désormais, si les exigences des Etats-Unis se faisaient trop rapaces, se tourner vers un autre soutien international potentiel. L’intervention russe offre donc la possibilité aux YPG, comme me l’a résumé un combattant, de jouer sur deux impérialismes, pour le moment antagonistes, ce qui est toujours plus confortable que de dépendre des seuls caprices de la politique étrangère américaine, laquelle pêche rarement par la constance.
Notons au passage que la politique des YPG a souvent été critiquée dans les milieux révolutionnaires en France en raison du soutien des impérialistes américains. C’est oublier un peu vite qu’il s’agit d’un soutien purement conjoncturel, les YPG représentant pour les impérialistes occidentaux, en Syrie du moins, la seule force militaire organisée combattant efficacement l’Etat islamique qui est l’ennemi prioritaire du moment. De leur côté, les YPG profitent des frappes de la coalition contre les djihadistes, qui offrent un avantage militaire décisif et permettent de limiter le nombre de victimes (du côté kurde). Les frappes militaires sont d’ailleurs la décision des puissances impérialistes et il ne dépend pas des YPG de les empêcher ou de les intensifier. Auraient-ils dû se priver d’un soutien militaire à l’heure où ils luttaient pour une existence fragile ? Au lecteur d’en juger.
Pour prendre une référence bien connue des révolutionnaires, et au risque de s’éloigner du sujet, rappelons que l’état-major allemand a permis à Lénine de regagner la Russie en 1917. Des critiques similaires s’étaient alors faite entendre et le « wagon plombé » était devenu le symbole de la collusion supposée entre les intérêts du Kaiser et des bolcheviques. Sans le soutien de l’état-major allemand à Lénine en 1917, il n’y aurait toutefois pas eu de révolution d’Octobre. Tout dépend en réalité des objectifs que se fixent les YPG, s’ils envisagent le « soutien » américain comme le début d’une alliance durable et d’ouvrir le Rojava aux capitalistes occidentaux, ou s’ils ne font que profiter d’un appui militaire qu’ils savent passager par nature.
Je n’ai pas de réponse à cette interrogation et ignore les intentions des dirigeants du Rojava, mais les militants kurdes rencontrés ici ne se font, à quelques exceptions près, guère d’illusions sur le « soutien » des Etats-Unis et des Etats occidentaux. Ils savent que celui-ci est dicté par les seuls intérêts de ces pays dans la région, de même que le soutien inconditionnel américain à l’Etat turc quand celui-ci réprime les « terroristes » du PKK. La question de l’après-Daesh, c’est-à-dire quand les YPG auront perdu leur utilité aux yeux des impérialistes américains et européens, ne cesse de se poser car il est peu probable que la politique du PYD, si critiquable qu’elle soit, trouve un terrain d’entente avec les appétits occidentaux dans la région. L’accueil positif réservé, par les combattants du moins, à l’intervention russe, est révélateur de ces craintes.”

Revenons à l’aspect plus « militaire » au sein des YPG. Quelle est la place des “internationaux”, forment-ils des unités spécifiques ou sont-ils intégrés à d’autres ? Ce qui nous intéresse aussi c’est “l’ambiance”, la façon dont les gens vivent la situation (les mêmes questions se posaient en Espagne dans les BI)… le degré d’information, le sentiment d’être utile, la situation kurde est-elle vécue dans sa totalité ou tend -elle à se restreindre à la zone concernée ?

“Les volontaires internationaux viennent pour des raisons très diverses, on ne peut parler d’un groupe homogène. Les volontaires passent par un entraînement d’un mois environ composé d’une partie théorique, ou « idéologique », qui enseigne aux volontaires des rudiments d’histoire kurde, de la langue, mais aussi les principes du confédéralisme démocratique ou les théories d’Abdullah Öcalan sur l’origine des inégalités hommes/femmes. Ensuite, les volontaires sont dirigés dans différentes unités de leur choix. Ils peuvent s’y retrouver à plusieurs ou seuls, mais restent très minoritaires dans tous les cas. Si des problèmes apparaissent, ou si un volontaire se sent mal dans une unité, il lui est possible d’en changer sur simple demande (je n’ai jamais entendu parler de contrainte à ce sujet). Les volontaires étrangers (occidentaux serait d’ailleurs plus juste dans la mesure où les volontaires venus de Turquie, de loin majoritaires, ne sont pas considérés comme tels) ne jouissent d’aucun statut ou privilège particulier. Ils sont logés à la même enseigne que leurs camarades kurdes et partagent les tâches communes. Certains volontaires reprochent parfois aux YPG, ce qui n’est pas tout à fait infondé, de renâcler à les envoyer au combat ou de chercher à les protéger. Il est courant qu’un volontaire doive insister un certain temps avant d’être envoyer au front. Toutefois, l’idée selon laquelle les volontaires étrangers seraient cantonnés à des tâches inférieures (cuisine, construction, nettoyage, etc.) est fausse, comme en témoigne le nombre de tués parmi ceux-ci (et comme je l’ai constaté). Il s’agit avant tout pour les YPG d’éviter toute perte inutile ou d’envoyer au front des gens sans une formation adéquate.
La comparaison avec la guerre d’Espagne et la Brigade internationale, devenue un lieu commun à l’extrême-gauche, est infondée. Les « gauchistes » venant se battre au Rojava pour des raisons politiques sont en effet une minorité assez insignifiante (une petite dizaine au plus), même si l’on en compte plus dans le civil.
La majorité des volontaires sont d’anciens militaires de carrière venus combattre Daesh, mais ne se préoccupant pas de l’expérience politique et sociale du Rojava. Les anciens militaires sont plutôt, parmi ceux que j’ai fréquentés, indifférents sur le plan politique. Les enragés de la gâchette, les nationalistes forcenés venus tuer de l’islamiste voire du musulman existent, mais ne sont pas majoritaires chez les militaires. Je peux toutefois citer plusieurs exemples. Parmi les volontaires présents à mon entraînement se trouvait un ancien soldat américain ayant combattu en Afghanistan. Républicain convaincu, celui-ci m’a chanté les louanges de George Bush sur tous les tons et semblait enchanté par les Kurdes, très « occidentaux » à son goût, qu’ils opposaient aux Arabes fanatiques par la culture si ce n’est par les gênes. Un autre, Israélien, suintait le mépris envers les Kurdes, qu’il comparait certes aux pionniers de la colonisation juive, mais qui restaient visiblement trop « arabes » ou « islamiques » à ses yeux. Ce même volontaire m’a expliqué que les Arabes israéliens puaient et qu’il était possible, en se promenant dans Jérusalem, de savoir si l’on se trouvait dans un quartier arabe ou juif à la seule odeur. Précisons que ce volontaire se définissait comme étant « de gauche »…
Beaucoup viennent sans but précis, pour s’accomplir, vivre la grande aventure ou tout simplement pour fuir une routine insuportable. Ceux-ci ne restent généralement pas très longtemps, certains quittent le Rojava après avoir posté quelques photos en armes sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’un vrai problème pour les YPG, car faire entrer un volontaire illégalement en Syrie représente des moyens logistiques et financiers non négligeables. Notons enfin la présence des « médiatiques », venus profiter de l’occasion pour se tailler une notoriété à peu de frais et imméritée. Ceux-ci sont souvent méprisés par les autres volontaires qui font le choix de l’anonymat dans leur majorité.
Il importe d’être lucide quant à l’utilité des volontaires internationaux et ne pas se faire d’illusions sur notre rôle. Les anciens militaires de carrière apportent un savoir-faire incontestable et des compétences précieuses au combat. Néanmoins, des divergences de tactique et sur les méthodes de combat apparaissent régulièrement, car les combattants des YPG sont issus d’un mouvement de guérilla. Il est arrivé fréquemment que d’anciens militaires occidentaux quittent les YPG pour cette raison et intègrent les peshmergas irakiens, calqués sur le modèle des armées occidentales, où ils sont rémunérés environ 300 dollars par mois (les YPG ne rémunèrent pas leurs volontaires). La création fin octobre d’une unité entièrement composée d’anciens militaires professionnels, par un ancien Marine américain, visait notamment à stopper le départ de ceux-ci.
Mais l’utilité des volontaires sans formation militaire préalable (dont je suis) est des plus limitées. Nous sommes tout sauf indispensables car d’anciens combattants du PKK, ayant 15 ans de combat à leur actif, peuvent sans problème se passer de l’aide d’étudiants révolutionnaires habitués au confort parisien, même s’ils accueillent ces derniers à bras ouverts. Il faut être certain de son choix et savoir précisément pourquoi l’on vient. Ceux qui viennent se battre au Rojava par « romantisme », ou pour des raisons éthérées et abstraites (« défendre la liberté », « se battre contre la barbarie », etc.) risquent d’être déçus sur place lorsqu’ils prendront conscience de leur place et de la réalité du terrain. Le risque est surtout de ne pas tenir dans les conditions très sommaires du front (peu de sommeil, pas d’eau courante, longues périodes d’attente, pas ou très peu de contact avec l’extérieur…) si l’on vient sur un coup de tête.
Faut-il, pour autant, renoncer à venir au Rojava pour des révolutionnaires de gauche ? Certainement pas ! Je ne puis au contraire qu’encourager ceux qui le souhaitent à venir se battre ici, au Rojava, pourvu qu’ils soient conscients des difficultés qui les attendent et, surtout, qu’ils ne se fassent pas d’illusions.”

La création des SDF (forces démocratiques syriennes) est la meilleure nouvelle qui pouvait arriver pour tout le nord de la Syrie (pour les Kurdes et les non-Kurdes). Mais qu’en est-il ailleurs en Syrie, dans la ville d’Alep même où la situation est très complexe, et aussi dans les autres régions du pays (Idlib, Homs, Hama, Damas….) : y a-t-il à sa connaissance des contacts et des regroupements possibles, ou en cours, similaires aux SDF (ni le régime d’Assad, ni les djihadistes), dans ces autres régions ?

La création des SDF est en effet un excellente nouvelle. Le ralliement de divers groupes combattants aux Kurdes est symptomatique de la bipolarisation en court du conflit entre le régime syrien d’une part, et les YPG de l’autre. Difficile d’imaginer ce qu’il adviendra quand ces deux seuls acteurs resteront en scène. Des pourparlers similaires sont très probablement en cours mais, n’étant pas dans le secret des dirigeants kurdes de Syrie, il m’est impossible de vous en dire plus à ce sujet.”

Sans avoir été à Kobane, comme tu l’as précisé tu as dû un peu te déplacer dans le Rojava. As-tu eu l’impression de zones où il existe une vie économique, quelques productions, quelques échanges, ou bien au contraire une vie plutôt morte du fait de la guerre et du déplacement des populations. Comment les YPG sont-ils approvisionnés ?

J’ai en effet eu l’occasion de me rendre dans plusieurs villes du Rojava. Il existe bien évidemment une vie économique : il suffit de déambuler dans les rues d’Amudê, de Dêrik ou de Qamishlo (encore partiellement aux mains du régime) pour s’en rendre compte. Difficile d’oublier que l’on se trouve dans un pays en guerre avec les check-points, les portraits omniprésents des martyrs et la présence importante d’une police militaire (« Asayisa Rojava »), mais les magasins sont relativement bien achalandés, sur la frontière du moins. On constate d’ailleurs que de nombreuses marchandises viennent de Turquie. Mais cette vie économique ne doit pas masquer les difficultés terribvles que traversent le Rojava. Les salaires y restent très bas (70 dollars par mois pour certains fonctionnaires) et le chômage endémique. Cela amène nombre de jeunes à ne voir aucun avenir dans ce pays et à se laisser séduire par le rêve d’une vie meilleure en Europe. Les campagnes de prévention organisées par plusieurs organisations politiques semblent inefficaces pour le moment. Je passe ici sur les zones de combats, désertées totalement par la population civile et en partie détruites.
La vie économique du Rojava est donc précaire et Daesh sait où frapper pour désorganiser celle-ci. Après les derniers attentats meurtriers au camion piégé, des contrôles routiers poussés ont été instaurés pour les poids lourds.
Sans être allé moi-même à Kobanê, j’ai entendu dire que la situation là-bas était très différente. D’arès les bruits qui me sont parvenus, la ville est toujours privée d’électricité et reste plongée dans le noir la nuit tombée. Les besoins les plus vitaux y sont assurés par des groupes électrogènes. La ville reste largement en ruines. La reconstruction a certes avancé mais, paraît-il, celle-ci se ferait sans véritablement de plan, de façon spontanée et désorganisée.
J’ignore où et comment les YPG s’approvisionnent, mais le ravitaillement des unités militaires, y compris sur le front, ne représente pas de problème majeur. En cas d’opérations, les repas sont préparés à l’arrière et amenés directement aux combattants, de façon plus ou moins régulière.

Tu parles d’une présence importante de militants du Bakur au Rojava. Que feront ces derniers en cas de victoire sur Daesh (ce qui n’est pas gagné !) : rester et s’intégrer au Rojava (avec par exemple la mission de servir de cadres pour redémarrer et réorganiser la zone) ou retourner chez eux ?

J’ignore ce que feront les militants venus du Bakur après la victoire sur Daesh. Il est clair que beaucoup d’entre eux retourneront là-bas, surtout si la situation militaire s’y aggrave et qu’Erdogan persiste dans sa logique de confrontation armée. Certains combattants du Bakur brûlent déjà de rentrer chez eux pour en découdre avec l’armée turque, mais restent au Rojava par sens du devoir, pour ne pas déserter un front où ils sont indispensables.
• Il a été dit récemment que les organisations kurdes (hostiles au PKK) d’Irak voulaient instaurer un enrôlement obligatoire dans l’armée. Cela est-il évoqué au Rojava parmi les unités que tu a côtoyé ? Question annexe l’informations sur ce qui se passe en Irak remonte-telle à peu près vers le Rojava
J’ignore ce qu’il en ait pour le Kurdistan irakien. La conscription obligatoire est déjà en place au Rojava, mais j’en ignore les modalités, n’ayant pas cotôyé moi-même de conscrits. Ces derniers seraient d’ailleurs plutôt employés à l’arrière, mais je n’ai guère plus d’informations à ce sujet. Je n’ai pas entendu parler, pour le moment, de la conscription obligatoire voulue par certains Kurdes d’Irak.
Pour ce qui est de Barzani, celui-ci est très largement méprisé par les Kurdes de Syrie, surtout chez les YPG. La liste des reproches adressés à « Dollarzani » (le sobriquet donné par les YPG) est longue : corruption et népotisme endémique, soummission aux intérêts américains, proximité avec l’Etat turc (l’armée turque forme des unités de l’armée kurde d’Irak), trahison (notamment la fuite des peshmergas et l’abandon de Shengal aux djihadistes).
Le PDK essaie certes de s’implanter au Rojava, mais avec un succès des plus limités pour le moment. Notons au passage que, si le PDK n’est pas en odeur de sainteté auprès des YPG et du PYD, celui-ci est autorisé et a pignon sur rue. Il arrive de trouver, dans certains commerces, des portraits de Barzani sans que ceux-là ne soient réprimés. Pour l’anecdote, il existe un magasin dans la ville de Dêrik où l’on trouve, au milieu des écussons YPG et des drapeaux du PKK, des portes-clefs et d’autres babioles à l’effigie de Barzani ! Les affaires sont les affaires : cette anecdote démontre bien qu’il existe une demande en ce sens, que certains s’empressent de satisfaire.”

Interview OCL/courant alternatif
http://www.oclibertaire.lautre.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.