CONFERENCE-DEBAT: Présentation magazine Gibraltar n°4

Joyeuse troupe,

A noter dans vos tablettes overbookées et sursaturées : jeudi prochain, Santiago Mendieta, concepteur de la belle revue Gibraltar sera à Perpignan pour présenter le numéro 4 de la revue. Comme j’y ai écrit un texte sur Fillols, je dirai aussi quelques mots sur ma démarche, la révolution conflentoise, l’érostisme tellurique du Cogollo, etc. Si j’ai mal à la gorge et ne peux pas parler, j’amènerai un théâtre d’ombres chinoises et grâce à nos imaginations cumulées, on reconstituera, l’espace de quelques minutes, une de ces scènes typiques, agreste et encanaillée, propre au territoire fillolois.

Du plus sérieux ci-dessous.

Un salut fraternel,

Sébastien

2-48.jpg
Jeudi 11 Juin 2015

1-80.jpgL’archipel contre-attaque propose Jeudi 11 juin à 19h à cents mètres du centre du monde conférence débat, présentation magazine Gibraltar (numéro 4) qui fait la part belle au village catalan de Fillols sur les contreforts du Canigou.

Rencontre avec Sébastien Navarro, auteur du récit sur Fillols “Les alchimistes du Cogolló”, et Santiago Santiago Mendieta, rédacteur en chef de Gibraltar.
Georges Bartoli (sous réserve) animé par Nicolas Caudeville

Quoi de commun entre les populations de Gaza, le village de Fillols, un mur anti-migrants en Grèce, le mouvement Adidopizzo en Sicile, une radio itinérante à dos de mulet en Andalousie ? Le souffle de la résistance, le désir de s’en sortir, de ne pas subir. De tout cela et de bien d’autres choses, la revue Gibraltar, Un Pont entre deux Mondes déroule son lot de récits et d’histoires vraies dans une Méditerranée plurielle, les Méditerranée(s), de Fillols, dans les Pyrénées-Orientales à Gibraltar.

La revue Gibraltar, Un Pont entre deux Mondes publie deux fois par an des récits sur les mondes méditerranéens et les histoires humaines.

Le dossier central de ce nouveau numéro Contre les murs, ces héros du quotidien se penche sur les murs et barrières qui parsèment la Méditerranée : en Grèce, à Gaza, à Chypre, au Liban, en Turquie. Murs physiques mais aussi barrières psychologiques, mentales, ferments de conflits et de ruptures des sociétés. Contre ces impasses, des héros ordinaires résistent, tentent de rester debout malgré l’injustice et la désolation. De vivre et d’aller de l’avant comme les habitants de Gaza qui racontent leur quotidien entre fatalisme et humour noir à travers des récits courts de l’écrivain François Beaune.

Fidèle à son désir d’immersion et d’authenticité, Gibraltar évoque les Méditerranée(s), tantôt lointaine, proche, tourmentée ou plus rassurante voire quotidienne

Deux récits sous la forme d’un carnet dessiné puis d’un récit de l’intérieur évoquent le village catalan de Fillols (Pyrénées-Orientales). On y pratique un autre vivre ensemble, grâce à l’apport de nouvelles populations et d’expérimentations sociales inédites. Un second voyage propose d’aller à la rencontre des Pyrénéens qui jouent à saute-mouton sur la frontière entre France et Espagne ou qui la subissent, entre les vallées d’Are et de Bielsa et celles de Luchon avec Benasque, en Aragon.

Un grand souffle de liberté et de résistance parsème ce numéro 4 avec l’expérience magnifique d’une radio itinérante à dos de mulet à travers une sierra d’Andalousie en Espagne et une fiction qui porte un regard amusé et bienveillant sur les naturistes de l’île du Levant dans le Var. Un coup de projecteur sur l’Italie et ses sociétés gangrénées par les mafias avec une bande dessinée : Addiopizzo, une association de commerçants refusant de payer l’impôt de la Mafia ainsi qu’un récit sur les chanteurs qui font l’apologie de la Camorra à Naples et en font un commerce juteux. Un regard particulier sur l’enclave britannique de Gibraltar, paradis fiscal à l’insolente santé économique, fiché dans le talon de l’Espagne à travers l’objectif du photographe Arno Brignon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.