Répression anti-syndicale dans les Conserveries Marocaines DOHA à Agadir

30 avril 2015 par Contribution – une – Solidarité – International

Depuis le 16 Mars 2015, 700 salariés, en majorités femmes, sont en grève.

Le patron, l’un des archi-milliardaires de la région (Groupe BICHA), a licencié la totalité de la section syndicale, affiliée à la Confédération Démocratique du Travail, ainsi que 25 autres membres du syndicat .

L’usine tourne actuellement avec des ouvriers nouveaux, en infraction avec l’article 16 du code du travail qui interdit l emploi de salariés nouveaux à la place des grévistes.

Les autorités et l’inspection du travail sont du coté du patron. Les autorités n’interviennent que pour réprimer les travailleurs en grève.

La guerre patronale contre le syndicat vise à retirer les droits des travailleurs, acquis de haute lutte en 2011. Avant Avril 2011 les travailleurs –euses étaient payés-es à 50% du salaire légal et sans sécurité sociale, ni autres droits inscrits au code du travail.

Dans le sillage des soulèvements populaires dans la région en 2011(Printemps arabe), les salariés des Conserveries Marocaines DOHA se sont soulevés en s affiliant au syndicat et revendiquant leurs droits élémentaires. Ils les ont arrachés après 19 jours de grève en Mai 2011

En 2014 le patron déjà tente de tout reprendre en réprimant les syndicalistes .

Un soutient est indispensable pour la réintégration des syndicalistes licenciés et pour la préservation des droits et acquis des salariés

Aidez les salariés en envoyant des courriers de protestation au Patron

 Fax : +212 5 28 24 00 08

 email : doha@conserveriesdoha.com

 Wilaya d Agadir : Fax : +212 5 28 84 04 14

 Province Inezgane : Fax + 212 5 28 33 78 31

LA LUTTE CONTINUE

QUE CETTE CHAINE DE SOLIDARITE, SOIT PLUS FORTE QUE CELLES DU PATRONAT !

Comité de Solidarité – Grand AGADIR
Rechercher :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.