IN MEMORIAN DE CANEK, el nieto libertario del Che

IN MEMORIAN DE CANEK, el nieto libertario del Che

La nouvelle m’est arrivée par voie téléphonique : « Est-tu au courant? », me dit Jorge. Je lui ai répondu : « Sur quoi ? » Jorge ajouta : « Canek vient de mourir… »
Par la suite, j’ai vu et lu – à travers Google – la nouvelle dans plusieurs médias… Le journal mexicain La Jornada donne la nouvelle avec ce titre : Canek Sánchez Guevara, petit-fils du ‘Che’, est mort, et conclut ainsi : « Sa mort, qui coïncide avec le début d’un historique dialogue entre les États Unis et Cuba à la Havane, a été le résultat de complications d’une chirurgie cardio-vasculaire, selon le portail Café Fuerte. »
Le mot “complications” m’ a fait me rappeler immédiatement ce qu’avait été – sur tout ces derniers années – la vie de Canek (“serpent noir”).
Dans son dernier e-mail il me disait qu’il était à Marseille et qu’il avait l’intention de venir nous voir… Nous, Ariane et moi, l’avons attendu… Mais, il n’arriva pas… Les “complications” !!! Cela ne nous a pas surpris. Cela est arrivé plusieurs fois depuis que, début l’année 2000, il vint, avec sa compagne et leur fils ou fille (je ne m’en souviens pas trop bien), pour rester quelques jours avec nous dans l’appartement du quartier de Belleville, à Paris, où nous vivions.
Les “complications” dans sa vie firent aussi que plusieurs projets, qu’il nous avait proposé pour les mener avec les camarades du bulletin CUBA libertaria, restèrent dans l’état…
Les “complications” l’obligèrent aussi à interrompre son périple par Europe et retourner au Mexique, d’où, de tant en tant, il nous arrivaient des nouvelles sur lui et ses projets littéraires qu’il essayait de mener à bien…
Cette fois, la nouvelle de sa mort nous est arrivé à travers Jorge Masetti, le fils d’un autre « héros » de la « Révolution cubaine », et il m’est apparu, après l’avoir pensé un bon moment, que le plus indiqué pour conclure ces lignes sur Canek, c’était de les finir avec la notice que j’avais écrit en 2008 pour rendre compte de la publication du livre que Canek et Jorge Masetti avaient écrit pour une éditorial française intéressée en éditer un livre l’année du quarante anniversaire de la mort du “Che”. Livre qu’ils acceptèrent d’écrire forcés par les “complications” (sur tout matérielles) dans lesquelles ils se trouvaient depuis qu’ils avaient assumé publiquement leur condition de “dissidents” de gauche absolument indépendants.
JORGE MASETTI & CANEK SÁNCHEZ GUEVARA
Les “héritiers” du Che : mythe et réalité d’une légende
PAR OCTAVIO ALBEROLA
mardi 15 janvier 2008 par T.L.

À l’occasion du 40e anniversaire de la mort d’Ernesto Guevara, plus connu comme le Che, les éditions Presses de la Cité ont publié un livre, Les héritiers du Che, de Canek Sánchez Guevara et Jorge Masetti. Cet ouvrage s‘est ajouté à la longue liste des édités cette année sous le prétexte d’une commémoration qui, contrairement à ce que voulait représenter le Che, s’est convertie en une des plus commerciales du monde.
En réalité, le président bolivien René Barrientos devait être loin de penser qu’en donnant l’ordre d’exécuter le Che et de le faire enterrer en catimini le 8 octobre 1967 aux alentours d‘un petit village bolivien il en ferait un martyr qui deviendrait une des légendes les plus médiatisées et mondialisées du XXe siècle. Une légende transformée rapidement en mythe et en culte idéologique parmi les jeunes en rébellion sur les cinq continents ; mais aussi transformée en source inépuisable d’exploitation mercantile de l’idolâtrie juvénile pour les icônes médiatiques que la société de consommation a étendues sur toute la planète.
Le fait est qu’au moment où seuls les Castro, Chávez et compagnie convoquent les masses pour rendre un hommage rituel au célèbre guérillero, « héraut et héros de la lutte contre le capitalisme et l’impérialisme », pour faire croire qu’ils poursuivent cette lutte, l’effigie du Che sert aussi à orner toute sorte d’objets et de vêtements vendus dans les temples et les cathédrales du capitalisme et de l’impérialisme : les boutiques et les supermarchés. C’est ainsi que le Che sert d’appât pour faire vendre des écharpes, tee-shirts, maillots de bain et vêtements divers des grands couturiers, jusqu’aux briquets, cartes postales, étiquettes de vin et articles d’usage courant, comme assiettes, cafetières, plateaux, coquetiers, etc.
Le paradoxe, c’est que cette légende messianique, convertie en un mythe, est interprétée de mille manières différentes et, dans la majorité des cas, uniquement par intérêt partisan ou cupidité mercantiliste. Nonobstant c’est vrai aussi que, pour certains secteurs conscientisés des jeunes générations, le nom du Che leur rappelle un homme révolté contre les injustices de ce monde, et que c’est pour cela qu’ils le revendiquent dans leurs protestations contre la mondialisation capitaliste. Même parmi les plus allergiques au messianisme et au dogmatisme – marxiste ou autre -, on en trouve encore. Et ils sont aussi disposés que les autres à témoigner cette sympathie envers celui qui, abandonnant les privilèges et vanités du pouvoir institué à Cuba, périt en luttant les armes à la main dans les Andes boliviennes pour « libérer le continent américain des griffes de l’impérialisme yankee ».
Or, même si la personnalité profonde du Che a été mise en évidence dans quelques livres qui lui ont été dédiés antérieurement, les témoignages de Canek Sánchez Guevara, petit-fils du Che, et de Jorge Masetti, fils d’un des compagnons d’armes le plus proche du Che et ex-agent des services conspiratifs cubains, apportent des informations surprenantes et un éclairage saisissant sur cet archange à double face. Surtout pour ne pas oublier sa rigidité idéologique et une sévérité insoupçonnable derrière ce portrait retouché en visage d’icóne ; mais aussi pour comprendre la véritable nature du régime dictatorial cubain, qui était le modèle que le Che voulait installer dans le reste du continent.
À différentes périodes, Canek et Jorge ont vécu à Cuba quand ils étaient jeunes et ils savent, par expérience, comment la jeunesse cubaine vivait la réalité quotidienne de cette révolution imposée d’en haut. Une révolution qui s’est rapidement réduite en slogans de propagande et défilés pour acclamer leurs chefs et les martyrs de la lutte révolutionnaire. Loin de la vision mythologique du Che et du régime cubain, Canek Sánchez Guevara et Jorge Masetti esquissent une image très différente des mythifiés par les services de propagande procastristes. Leurs témoignages montrent la dureté implacable des chefs révolutionnaires, les mensonges et escroqueries de la caste des privilégiés et les arcanes d’un monde policier omniprésent et répressif. Les témoignages de Jorge et Canek montrent aussi l’existence d’une société pétrifiée dans un apartheid social et d’un surprenant « underground » dans lequel les jeunes révoltés s’identifient plus à la culture rock, punk ou hippy qu’à la martyrologie officielle et aux codes de la bourgeoisie castriste. Une jeunesse qui aspire à la liberté et qui reste indifférente à l’épopée guévariste promotionnée et exploitée par l’oligarchie révolutionnaire à son profit exclusif. Ces témoignages font tomber les masques et démythifient la légende du Che et sa guérilla, mais surtout celle de la révolution cubaine.
Un livre à lire et à recommander.
Octavio Alberola
http://divergences.be/spip.php?article774

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.