Hollande s’est-il sacrifié? Est-il devenu le fusible des autres?

Tous les avis s’accordent à dire que François Hollande joue habilement, ou involontairement, le rôle du paratonnerre de toutes les rancoeurs et de toutes les rages. C’est un « président fusible », comme l’expliquait Laurent Bouvet au micro de France Culture il y a quelques jours. Hollande s’est sacrifié. Il est devenu le fusible des autres. 1. Tous ses ministres, ou presque sont plus populaires que lui. Cela se constate dans chacun de ses affreux sondages de popularité. Bien sûr, on nous matraque com 2. La récente séquence « Léonardienne est un bel exemple. Et elle n’est pas finie. Ce mercredi, voici le Figaro, propriété d’une Serge Dassault soupçonné du pire, qui remet avec une insistance coupable une pièce dans ce mauvais jukebox: « Le juge des référés a ordonné aujourd’hui l’expulsion sans délai d’un campement de quelque 300 demandeurs d’asile albanais, installés depuis juillet sous un pont d’autoroute à Lyon, comme l’avait réclamé la Communauté urbaine de Lyon. » Pourquoi écrire pareil billet ? Pour exciter la gauche de la gauche, la vraie gauche, la gauche que vous appelerez comme bon vous l’entendrez. Point barre. 3. Hollande sert d’exhutoire hebdomadaire. Pour la droite – c’est logique, la gauche – c’est surprenant – et l’extrême gauche – c’est attendu. Gérard Filoche, pour le Point, résume le réflexe qui frappe des élus de la majorité: « Leonarda en est l’illustration : Harlem Désir, qui n’ose pas dire qu’il est contre la réforme des retraites, ose dire qu’il est pour le retour de la famille Dibrani. On a ça chez des dizaines de dirigeants socialistes. Les affaires de type Leonarda servent d’exutoire au mécontentement qu’il y a sur tout le reste. Ça leur est plus facile de s’opposer au président sur ce genre de sujets. » 3. La politique réclame de la distance. Nicolas Sarkozy s’excitait au quotidien. Hollande ne comprend pas que l’on s’excite au quotidien. 4. Hollande, ces dernières heures, bossait sur le sujet des écoutes monstrueuses pratiquées par la NSA. Le Monde s’était porté volontaire pour publier d’effroyables révélations, un beau moment de journalisme qui devait nous réconcilier. Hollande a trouvé cette idée, une coopération bilatérale entre les Etats-Unis et la France. Car la France, aussi, espionne les Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.