Les attaques du pouvoir contre le mouvement antifasciste

de : sbastien
vendredi 20 septembre 2013 – 10h55

ob_b52926b887f39ef804960313afd96003_photo-13-625x468.jpg

Le gouvernement a fait le choix de la répression policière envers les antifascistes. 38 arrestations hier à Paris lors du rassemblement en hommage au militant et rappeur grec, Pavlos Fryssas, assassiné par les nervis d’Aube Dorée. 9 interpellations samedi lors d’une manifestation en hommage à Clément Méric.

Mais combien de fachos en prisons ? Combien d’Ayoub, Soral, Dieudonné, Le Pen, ou autres cafards fasciste libres ? Quand cela va t-il cesser ?

Cette volonté inflexible de réprimer le mouvement antifasciste et d’extrême gauche, montre la vraie nature du gouvernement Hollande/Ayrault, un gouvernement ouvertement au service de la bourgeoisie. Un gouvernement qui tourne ostensiblement le dos aux classes populaires et à l’idéal même de gauche !

Alors même que les fascistes paradent et menacent à tour de bras, la première année du règne de François Hollande aura malheureusement vu et vécu :

La multiplication des attaques racistes envers les immigrés, les musulmans et les roms. Mosquées et synagogues profanées, pratiquants menacés ou roués de coups. La situation des Roms est, elle, particulièrement inquiétante par l’ampleur et la violence de la haine : pogroms, démantèlement sauvage, parfois incendie, des camps, appels au meurtre tel ceux entendus dans les propos de ce maire UMP qui resteront certainement impunis. Multiplication des dérapages racistes ou sexistes.

La mort sous les coups de la vermine fasciste de Clèment Méric. Son nom trainé dans la boue dans les mass-médias, l’amalgame crasse entre extrême droite et extrême gauche, comme si en fin de compte, nous parlions des même personnes. La dissolutions des groupes néo-nazis, n’a pas eu lieu ou de manière symbolique. Bien au contraire une tribune leur a été grandement ouverte et ils jouissent d’une impunité aussi scandaleuse que dangereuse.

Des manifestations homophobes d’ampleurs, de la petite bourgeoisie catholique intégriste, de la droite et des groupuscules fascistes et néo-nazis. UMP et F-Haine main dans la main pour casser du “pédé”. L’union dans la haine aveugle de l’autre !

La chasse aux sans-papiers, la multiplication des expulsions, Valls faisant dans ce domaine (comme dans de nombreux autres) encore pire que Gueant ou Hortefeux. Les dirigeants socialistes allant se corrompre sur le terrain sécuritaire et démagogique réservé, normalement, à la droite populiste.

La montée de l’extrême droite, sciemment entretenue et dédiabolisée à de viles fins électoralistes par le PS, à de basses fins commerciales pour les médias. La bourgeoisie capitaliste sait qu’elle pourra compter sur la violence de l’extrême droite pour sauvegarder son pouvoir. Colosse aux pieds d’argile, le F-Haine sera son ultime recours, quand tous les autres seront épuisés, pour étouffer les revendications du peuple.

Des attaques contre les classes populaires mises sous le jougs des politiques austéritaires, politiques créant misère et désespoir. La répression des syndicalistes et des acteurs du mouvement social. Le démantèlement des services publics et des acquis sociaux, commencé sous la droite et bientôt achevé par le PS et ses alliés. Des décennies de luttes ouvrières balayées négligemment d’un revers de la main par des arrivistes.

Il nous faut une gauche qui ne renonce pas : radicale et insoumise.

Nous devons impérativement faire émerger les alternatives progressistes que porte notre gauche, radicale et unitaire. Ne pas laisser un pouce de terrain à cette “gauche” qui a abandonné le combat pour se mettre au service de la finance. Nous devons nous tourner vers l’extérieur, être inlassablement présent dans les luttes.

En cela, nous devons gagner en crédibilité, en proposant un autre modèle de société, égalitaire et solidaire. En montrant notre union au delà des conflits de personnes ou d’appareils, pour nous mettre au service du peuple, pour une démocratie réelle et une économie qui répond aux besoins sociaux. En démontrant que OUI c’est possible. “Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.”

Nous devons briser une bonne fois pour toute, le lien historique mais mortifère qui a pu nous enchainer à la social-démocratie démissionnaire. Front unique contre l’extrême droite d’accord. Mais nous refusons les misérables négociations électoraliste d’arrière cuisine, où se prépare l’infâme brouet de la trahison.

Comme ce sont les classes sociales qui séparent les femmes et les hommes et pas la culture ou la couleur de la peau. Comme nous reconnaissons comme unique frontière celle qui départage la bourgeoisie, du prolétariat, il nous faut clamer que nous sommes la gauche internationaliste, celle des peuples grecs, portugais,espagnol, tunisiens, libyens, syriens ou égyptiens.

Pas celle de la troïka (FMI, BCE, commission européenne). Pas la “gauche” impérialiste et guerrière !

“Quand les lignes stratégiques se brouillent ou s’effacent, il faut en revenir à l’essentiel : ce qui rend inacceptable le monde tel qu’il va et interdit de se résigner à la force aveugle des choses.” Daniel Bensaïd

Levons nous, enrageons nous : si le capitalisme et le nationalisme sont des poisons, alors nous serons l’antidote !

“Ils pourront couper toutes les fleurs, mais ils n’arrêteront pas le printemps.” Pablo Neruda.

Publié sur le site de la GA82– S.T le 20 sept 2009 – No pasaran ! Visuel emprunté à la Horde Samizdat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.