fukushima hypothèse

de : Jean-Yves Peillard
jeudi 5 septembre 2013 – 00h25

sur http://rt.com/op-edge/fukushima-rad… traduction franca d’independentwho

Une fusion en plein air à Fukushima ? L’augmentation du taux de radiation ne peut pas s’expliquer juste par des fuites aléatoires Par Christopher Busby le 2 septembre 2013

La dernière augmentation du taux de radiation à la centrale de Fukushima pourrait suggèrer qu’il ne s’agit pas seulement d’autres fuites d’eau sur le site, mais qu’une fusion est en train de s’opérer à l’extérieur du réacteur abimé, explique Chris Busby, du Comité Européen sur les Risques Radioactifs.

L’augmentation de la radiation est trop significative pour être imputée à des fuites aléatoires d’eau, croit Busby.

RT : la situation au Japon serait devenue très sérieuse ?

C.Busby : je pense que nous avons ici une indication de la très soudaine et significative détérioration durant la semaine passée. Ce qu’ils ne disent pas et qui est la pièce manquante est que les radiations ne peuvent pas tout d’un coup augmenter sans que quelque chose se passe et ce quelque chose ne peut pas être une fuite venant de la centrale, car les radiations gamma va droit dans un réservoir. Le réservoir a de très minces murs de métal. Ces murs peuvent seulement atténuer les radiations gamma de 5% même s’ils sont d’un cm d’épaisseur.

Différents nouveaux enregistrements de radiation haute ont été détectés pendant l’inspection journalière samedi et ceci à proximité des réservoirs où est stockée l’eau radioactive. Ceci a obligé l’opérateur à admettre qu’il y avait plus que des fuites à la centrale nucléaire de Fukushima totalement abimée.

Auparavant, l’autorité Réglementaire Nucléaire du Japon avait relevé l’évaluation de la fuite radioactive d’eau après le tsunami de Fukushima au Niveau 3 – “un incident sérieux” à une échelle internationale de radioactivité.

Bien qu’ils puissent penser que ceci est une fuite du réservoir – et il peut bien sûr y avoir des fuites du réservoir – , cette augmentation soudaine de 1.8 Sieverts par heure est une énorme dose qui peut probablement tuer quelqu’un entre 2 et 4 heures.

Aujourd’hui il y a eu une autre fuite trouvée à 1.7 Sieverts par heure plus ou moins au même endroit. Cette énorme augmentation de la radiation, signifie, selon moi, que quelque chose a lieu à l’extérieur des réservoirs, qu’une certaine fission radioactive se produit, comme un réacteur en plein air, si vous voulez, sous la terre.

RT : Quel impact cela aura-t-il sur l’opération de nettoyage et sur ceux qui sont impliqués dans cette opération ? C.B : tout d’abord, il est clair que la situation est hors contrôle et ensuite que personne ne peut s’approcher de l’endroit. Personne ne peut aller mesurer où sont ces fuites et faire quoi que ce soit à leur sujet parce que personne ne peut s’approcher d’une telle zone sans risquer de mourir très vite. Ils seraient sérieusement atteints.

RT : Alors il est vraisemblable que quelqu’un qui était là précédemment sans savoir que les niveaux de radiation étaient si hauts, est en danger maintenant ? CB : je pense que beaucoup de personnes vont mourir des conséquences de ceci comme les liquidateurs sont morts après Tchernobyl. Ils sont morts environ au cours des dix années suivant l’accident.

RT : Pourquoi a TEPCO n’a-t-il pas réussi à contenir la radiation ?

CB : Je pense que personne ne s’est en réalité rendu compte combien la situation était grave parce que les industries nucléaires internationales ont tellement essayé de la minimiser, qu’ils en sont venus à l’idée que d’une façon ou d’une autre elle peut être contrôlée. Tandis que depuis le début, elle ne pouvait jamais être contrôlée.

J’ai récemment vu une photographie prise d’avion, sur laquelle l’eau de l’Océan Pacifique semble bouillir. Eh bien, elle ne bout pas. Vous pouvez voir que c’est chaud. La vapeur se détache de la surface. Il y a une condensation de brouillard sur la zone de l’océan près des réacteurs, ce qui signifie que l’eau chaude entre dams le Pacifique, ce qui signifie que quelque chose fissionne tout près du Pacifique et ce n’est pas à l’intérieur des réacteurs, ce doit être à l’extérieur des réacteurs à mon avis.

RT : avant tout ceci, l’industrie nucléaire internationale devrait être venue à l’aide de TEPCO ? CB : Oui. Ils devraient l’avoir fait. Ceci n’est pas une affaire locale. Ceci est une affaire internationale. Je ne pourrais pas dire pourquoi ils ne l’ont pas fait. Je pense qu’ils espèrent tous que rien n’arrivera, espérant que tout ceci partira et ils croisent leurs doigts Mais depuis le début il était tout à fait clair que c’était très sérieux et qu’il était vraisemblable que ça allait aller de plus en plus mal.

Et maintenant il semble soudainement que la situation s’est beaucoup détériorée et aggravée. Si cette photographie que j’ai vue est vraie, ils devraient commencer à évacuer les gens au delà d’une zone de 100 kilomètres.

RP : Ainsi ne seraient pas seulement en danger ceux qui vivent dans le voisinage mais aussi ceux dans une périphérie de 100 km ? CB : S’il ne s’agit pas d’une photographie truquée, mais si elle est vraie et que ces niveaux de 1.8 Sieverts par heure sont vrais, je dis que quelque chose de très sérieux est arrivé et je pense que les gens devraient commencer à partir.

RP : Puisque la radiation fuit dans l’océan, y aura-t-il un impact écologique majeur ailleurs ? CB : Bien sûr. Ce qui arrive c’est que se déplace toute la radioactivité de haut en bas le long de la côte jusqu’à Tokyo. J’ai vu une déclaration faite par le maire de Tokyo disant que ceci n’affectera pas la prise en considération de la demande de Tokyo pour les Jeux Olympiques. J’ai en réalité pensé qu’ils devraient envisager d’évacuer Tokyo. C’est très, très sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.